Taxer les transactions financières : en parler ou le faire ? par Attac France

mardi 25 janvier 2011

« La France est favorable à une taxe sur les transactions financières »
a répété ce matin le Président Sarkozy lors de sa présentation des
objectifs de la Présidence française du G8-G20. ?Pour Attac la mise en
place d’une telle taxe ne saurait attendre une énième étude ou un
nouveau rapport, comme le propose le Président, qui va confier une
mission à une personnalité "de la société civile". De nombreuses études
de faisabilité ou d’impact existent déjà, c’est la volonté politique qui
manque. Une taxe d’un niveau significatif sur les transactions
financières est non seulement possible, mais indispensable, dès
maintenant, pour réduire drastiquement la spéculation financière et pour
financer la lutte contre la pauvreté et le réchauffement climatique. La
France et ses partenaires européens ont les moyens de l’instaurer dans
la zone euro dès qu’ils le décideront.

Mais Nicolas Sarkozy et ses collègues européens, avec le FMI, font
aujourd’hui payer aux citoyens les dérives de la finance par des coupes
sombres dans les dépenses sociales, des pertes d’emploi, le
démantèlement des services publics.

Depuis 2008, la France n’a rien mis
en œuvre pour désarmer la finance. Elle lui a même donné des gages en
adoptant une réforme des retraites payée par les seuls salariés. Comment
croire qu’elle fera mieux au G20, où elle devra composer avec 19
interlocuteurs aux intérêts divergents ? Alors même qu’au sein de l’Union
européenne - représentée au G20 - la France défend sans relâche une
orientation néolibérale ? Il est permis d’en douter puisque le président
français s’est à nouveau déclaré hostile à tout contrôle des mouvements
de capitaux, qui est précisément l’objectif premier d’une vraie taxation.

Plus largement les propositions de la Présidence française pour le G20
en 2011 sont bien en deçà des attentes et des urgences. Il faudrait
interdire les paradis fiscaux et les fonds hautement spéculatifs ainsi
que la spéculation sur les produits agricoles, séparer les banques
d’investissement et de dépôt, limiter drastiquement les rémunérations
des banquiers et traders, proposer la mise en place d’une monnaie
mondiale de coopération...??Concernant la « gouvernance mondiale », le
quarté gagnant annoncé par Nicolas Sarkozy ne laisse guère d’illusions
sur ses intentions : une nouvelle organisation sur l’environnement, une
organisation agricole unique, mais surtout le FMI pour surveiller et
l’OMC pour enrayer tout écart au dogme du libre-échange. Aucune mention
des Nations unies. Belle leçon de démocratie et de « respect du droit
des peuples à se gouverner eux mêmes », selon ses propres termes. Les
Nations unies restent pour Attac le seul cadre légitime pour mettre en
place une régulation mondiale de la finance, de l’économie et de l’écologie.

Attac France, Paris, le 24 janvier 2011

http://www.france.attac.org/spip.php?article12158

Pour en savoir plus :
- G20 : Les peuples avant la finance !
http://www.france.attac.org/spip.php?article12059
- Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la Taxe sur les
transactions financières
http://www.france.attac.org/spip.php?rubrique99


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 120 / 502149

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers  Suivre la vie du site Impôts, Taxations globales, Paradis Fiscaux   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License