Tafta, Ceta : on n’en veut pas ! par la Confédération Paysanne

dimanche 18 janvier 2015

Vous trouverez ICI : http://www.confederationpaysanne.fr/sites/1/cs/documents/CS%20299%20DOSSIER.pdf , un document très intéressant de la Confédération Paysanne sur TAFTA

TAFTA, CETA. Des sigles, des lettres, des initiales, qui font partie de notre quotidien de syndicalistes ou de citoyens impliqués, curieux et concernés par l’avenir de notre société. Mais pour le commun des mortels… Tafta, Ceta... Il me semble que ce sont surtout des mots compliqués, bien loin des préoccupations quotidiennes.
Et pourtant ! Sans entrer dans le petit jeu de la traduction des acronymes, il faut reconnaître que Tafta, Ceta et consorts vont impacter durablement notre quotidien, notre devenir, nos vies, si nous n’agissons pas.
Ces accords de libre-échange ont pour but de faciliter le « commerce », de favoriser la circulation des marchandises d’un bout à l’autre de la planète.

 ?Et si ces accords sont actuellement en négociations – secrètes, les négos, faut pas déconner non plus... – c’est que nos dirigeants ont donné mandat à la Commission européenne pour que ces tractations puissent avoir lieu.
Au cœur de ces négociations se trouve un volet agricole qui va marquer notre métier et avoir des conséquences sur l’alimentation et l’environnement de millions de citoyens.
Dans ce climat politique sur lequel souffle un vent de libéralisme peu commun, face à la fuite en avant de nos politiques qui se raccrochent au mythe de la croissance comme des noyés à un fer rouge, nous devons nous donner les moyens de dire « STOP ! Ça suffit ! »
Nous refusons de voir les producteurs de viande bovine servir de monnaie d’échange aux appétits d’export d’une filière laitière incapable d’appréhender avec intelligence la sortie programmée des quotas. Nous dénonçons cette hérésie qui va faire arriver dans les assiettes européennes des produits aux conditions de production totalement différentes des nôtres. Nous refusons la mise à mal des AOC* et autres signes de qualité qui nierait les efforts sur la longue durée de producteurs appliqués et vertueux.
Nous allons faire barrage à Tafta et à Ceta pour promouvoir un autre idéal : l’agriculture de demain que nous voulons.
Nous, à la Confédération paysanne, nous revendiquons une agriculture avec des paysans, au service de territoires vivants et d’une alimentation de qualité. ?Nous réaffirmons qu’ici, comme de l’autre côté de l’Atlantique, ce sont les producteurs, pas la production, qu’il faut sauver ! Comme vous le verrez dans ce dossier, la résistance est déjà en marche : depuis le territoire européen où les zones déclarées « hors Tafta » se multiplient, jusqu’aux Etats-Unis, au Canada ou en Colombie.
Y en a marre de ce diktat de la finance (le fameux ennemi de qui vous savez), de ces discours surréalistes de gens déconnectés des réalités ! L’agriculture et l’alimentation seront les maillons faibles de leur offensive néolibérale.
Tafta, Ceta. Peut-être sommes-nous peu lettrés, mais nous voulons reprendre le sens du bien commun. C’est pour cela que nous gagnerons ces combats-là !
 
Laurent Pinatel,
paysan dans la Loire,
porte-parole de la Confédération paysanne


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 58 / 502019

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers  Suivre la vie du site GRAND MARCHE TRANSATLANTIQUE   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License