L’appel de Manille est sans ambition et régressif ! Analyse 28 février 2015 | Par Maxime Combes sur son blog de Médiapart

samedi 28 février 2015

Beaucoup ont parlé de l’appel de Manille lu par Marion Cotillard lors du voyage présidentiel de François Hollande aux Philippines. Peu l’ont analysé avec précision, sauf à dire qu’il ne contenait rien de spectaculaire. Ce n’est pas vrai. Il est spectaculairement sans ambition et régressif. Analyse.

régressif. Analyse.

Lu avec difficulté par Marion Cotillard, l’appel de Manille a finalement été peu commenté sur son contenu. Il est pourtant exemplaire. Exemplaire d’une machinerie diplomatique française qui tourne à vide et qui ne semble avoir aucune vision globale de ce qu’implique une lutte déterminée contre les causes des dérèglements climatiques.

Une ambition édulcorée

En septembre 2013, lors de la réception des travaux du GIEC, Laurent Fabius avait fixé le cap. En 2015, à Paris, il s’agissait d’aboutir à « un accord applicable a ? tous, juridiquement contraignant et ambitieux, c’est-a ?-dire permettant de respecter la limite des 2 °C ». Dans l’appel de Manille, il n’y a plus aucune référence à l’objectif des 2°C. Les négociateurs français n’ont-ils pas déjà averti que l’accord (éventuel) de Paris ne serait pas « en capacité d’être dans un scénario de limitation du réchauffement à 2 °C » ? Jugé inatteignable, cet objectif chiffré que la communauté internationale s’est elle-même fixée, est donc tout simplement passé sous silence.

L’appel de Manille ne mentionne pas plus l’objectif consistant à obtenir un accord juridiquement contraignant à Paris. Insistance est faite sur la volonté d’obtenir un accord universel, s’appliquant à tous les Etats, mais rien n’est dit sur la nature juridique de l’accord auquel il faudrait aboutir. Ainsi, a ? la contrainte juridique, seule a ?-me ?me d’instituer une contrainte et un engagement politique autour des engagements des Etats, il est jugé pre ?fe ?rable de s’appuyer sur la bonne volonté des Etats. Preuve également que le gouvernement français est prêt à accepter n’importe quel type d’accord, pourvu qu’il y ait un accord à Paris.

Historique ?

« Nous espérons que nous écrirons ensemble l’histoire à Paris en décembre et que nous ne nous contenterons pas de la regarder se dérouler en simple spectateurs » est-il écrit dans l’appel de Manille (article 2). François Hollande a déjà plusieurs fois mentionné qui souhaitait « laisser sa trace » dans l’histoire en obtenant un « accord historique » (voir cet article). Sans que le contenu de ce serait « un accord historique » ne soit précisé. Pas plus dans dans les précédentes déclarations publiques de François Hollande que dans l’appel de Manille.

Faisant le constat que « nous atteignons le point de non-retour en matière de changement climatique » l’appel de Manille se limite à dire qu’il faut passer « des intentions à l’action » (article 10), sans caractériser précisément de quelle action il s’agit. Quand l’article 6 évoque les « émissions », c’est pour indiquer qu’il faudrait un accord pour les « réduire », sans objectif assigné – quelle ambition ! A l’ambition édulcorée et à la forme juridique non précisée, cet (éventuel) accord de Paris pourrait donc bien être qualifié comme « historique » du simple fait qu’il existe, si l’on suit la philosophie de l’appel de Manille.

La novlangue de Manille, ou la diversité de l’inaction

La première phrase de l’article 6 est exceptionnelle. J’ai beau être habitué de la novlangue des négociations internationales sur le changement climatique, je n’ai pas compris ce qu’elle signifie, si ce n’est qu’elle nous dit que les pays sont divers et différents – grande découverte : « Nous avons besoin d’un accord négocié et accepté par tous et pour tous, qui tienne compte de toutes les différences de situation et fasse converger diverses perspectives pour accélérer l’action collective ». Les pays sont divers, il faut accélérer, mais il n’est pas indiqué dans quelle direction

Lire la suite


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 37 / 508085

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers  Suivre la vie du site Ecologie et société   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License