Hollande pollue la COP21 et le climat des négociations 28 MAI 2015 | PAR MAXIME COMBES (blog de Médiapart)

vendredi 29 mai 2015

En confiant une partie du financement de la conférence de l’ONU sur le changement climatique à des champions de la pollution, François Hollande et Laurent Fabius polluent les préparatifs de la COP21 et sabotent sa crédibilité. Une décision absurde pour qui annonce vouloir une conférence « historique » !

Tapis rouge pour les champions de la pollution

Au lendemain du festival de Cannes, François Hollande et le gouvernement ont déroulé un tapis rouge pour les champions de la pollution que sont les énergéticiens Engie (ex- GDF Suez) et EDF, le constructeur automobile Renault-Nissan et l’avionneur Air France, ou encore pour la banque d’un monde qui pollue davantage BNP-Paribas, le faux-nez du lobby français favorable aux gaz des schiste Suez Environnement, le fabriquant de pneus Michelin, la filiale de Veolia qu’est le Syndicat des eaux d’Ile-de-France, etc. Une décision vivement contestée par Attac France, les Amis de la Terre, Corporate Europe Observatory, 350.org, le WECF dans ce communiqué.

En proposant à des champions de la pollution de financer la conférence de l’ONU sur le changement climatique, le gouvernement offre sur un plateau, et à très bon prix, la possibilité à ces multinationales climaticides d’opérer de véritables opérations de greenwashing : aucune entreprise ne débloque des financements sans obtenir un retour sur investissement, notamment en termes d’image. Contre quelques euros, et avec l’onction de François Hollande et du gouvernement, voilà quelques champions de la pollution en mesure de faire croire qu’ils agissent pour le climat alors que tout montre le contraire. Pourtant, cela ne viendrait à l’idée de personne de sensé de faire financer une conférence internationale sur le tabagisme à des cigarettiers, pas plus que de confier le respect du code de la route à des chauffard.

Pas besoin de fonds privés !

Le gouvernement justifie ce choix en affirmant qu’il fallait « réduire le plus possible l’addition pour le contribuable ». Les données montrent le contraire : l’organisation de la COP21 doit coûter 170 millions d’euros. Le gouvernement veut que 20 % de ce budget, soit 34 millions d’euros proviennent d’entreprises privées. A titre de comparaison, le budget du prochain Euro2016 de football en France est de 1,7 milliard d’euros, dont environ 700 millions d’euros – 40 % du budget – proviennent de fonds publics. Pour l’Euro2016, le contribuable paiera donc 4 fois le budget de la COP21, et près de 20 fois le montant que le gouvernement voudrait récupérer pour la COP21 via les champions de la pollution.

Avoir décidé de confier 20% du financement de la COP21 à des multinationales privées est donc un choix politique, fondamentalement idéologique, qui ne répond aucunement au besoin de réduire les dépenses publiques. Si François Hollande et le gouvernement français voulaient réellement organiser une COP21 « historique » à Paris, ils auraient pu aisément trouver les 34 millions d’euros manquant dans le budget public dédié à l’Euro2016 ou, mieux encore, en luttant efficacement contre l’évasion fiscale mise en œuvre par les grands groupes désormais sponsors de la COP21 (IKEA, LVMH, BNP Paribas notamment).

Un gouvernement inconséquent pour des décisions absurdes

Autre argument avancé par le gouvernement : ces financements privés permettent d’impliquer des multinationales dans la préparation de la COP21 et de les conduire à modifier leurs systèmes de production de façon à ce qu’ils émettent moins de gaz à effet de serre. Ainsi, pour le secrétaire général de la COP21, Pierre-Henri Guignard, la question n’est pas de savoir combien d’entreprises polluantes financent la COP21, mais combien d’entre elles auront réduit leurs émissions après la COP21 (cité par France Info – Mercredi 27 mai - 15h15).

Autrement dit, le gouvernement offre une campagne de greenwashing aux champions de la pollution et espère que ces derniers réduiront d’eux-mêmes leurs propres émissions. Sans exiger aucun engagement ferme de leur part. L’Etat, pourtant actionnaire majoritaire d’EDF et très significatif d’Engie, aurait pu exiger de ces entreprises qu’elles s’engagent, a minima, et avant de financer la COP21, à se retirer de tous les projets de centrales à charbon dans lesquelles elles sont impliqués aux quatre coins de la planète. Il n’en est rien : le gouvernement fait donc sponsoriser la COP21 par des entreprises dont il cautionne la construction de centrales à charbon, les plus polluantes de la planète. C’est absurde et révélateur des inepties inconséquentes du gouvernement en matière de climat.

Un gouvernement qui ne tient pas ses propres engagements

Suite de l’article


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 38 / 503242

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers  Suivre la vie du site Ecologie et société   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License