Après la Grèce, l’affrontement inévitable | Lundi 03 Août 2015 | par Pierre Khalfa dans Marianne

mardi 4 août 2015

Pierre Khalfa, coprésident de la Fondation Copernic, tirent les leçons de l’épisode grec. Pour lui, il est clair qu’il "n’y aura pas d’alternative aux politiques néolibérales sans l’ouverture d’une crise politique en Europe". "Prendre des mesures unilatérales, même si elles sont contraires aux traités et aux directives européennes, est la condition pour appliquer un programme de rupture", écrit-il ainsi. Quant à la sortie de l’euro, si elle "ne peut être un projet en soi", "la refuser d’emblée, c’est, comme l’a montré l’exemple de la Grèce, se paralyser soi-même."

La signature le 13 juillet d’un accord mettant la Grèce sous tutelle et imposant des mesures d’austérité inouïes constitue une débâcle politique pour un gouvernement qui avait été élu pour restaurer la souveraineté populaire et en finir avec les politiques néolibérales. Quelles leçons peut en tirer pour l’avenir la gauche de transformation sociale et écologique ? Quatre points sont à souligner.

1) Le premier concerne le champ stratégique européen. La Grèce a eu à affronter la coalition de tous les États européens et des institutions européennes. En face, les mouvements de soutien au peuple grec sont restés limités et n’ont pas permis de peser sur le cours des choses. Cette situation renvoie à un échec historique, celui de la construction d’un mouvement social européen capable d’agir comme force unifiée face aux institutions européennes. La disparition du Forum social européen, la faiblesse du processus qui l’a remplacé (l’Altersummit), la carence totale de ce géant aux pieds d’argile qu’est de la Confédération européenne des syndicats ont empêché l’émergence d’un contre-pouvoir à l’échelle européenne alors même que les politiques se décident essentiellement à ce niveau. Face à cet échec, la tentation est grande d’abandonner le terrain européen. L’exemple de la Grèce vient de nous rappeler qu’une rupture au niveau national peut être étouffée en l’absence d’appui dans d’autres pays. La construction d’un mouvement social européen capable de faire contrepoids aux institutions européennes est décisive pour rééquilibrer les rapports de forces en Europe, même si d’expérience nous savons que cela ne sera pas facile.

2) Le deuxième concerne l’attitude des dirigeants européens. Il est vain de croire qu’il est possible de convaincre les mandataires de l’oligarchie financière dans une discussion rationnelle de bonne foi. L’expérience des négociations entre la Grèce et la Troïka a montré que tout était une question de rapports de forces. L’objectif unanime des dirigeants européens était d’empêcher un succès du gouvernement Syriza. Il fallait montrer qu’il était impossible de mener une politique alternative en Europe. Les institutions et les gouvernements européens avaient ainsi parfaitement compris l’enjeu de la situation : un succès de Syriza remettrait en cause trente ans de néolibéralisme en Europe et risquerait d’entraîner une contagion dans tout le continent. Cette leçon doit être retenue. Un gouvernement voulant rompre avec les politiques néolibérales fera face à l’opposition acharnée des dirigeants européens. Il n’y aura pas d’alternative aux politiques néolibérales sans l’ouverture d’une crise politique en Europe.

3) Comment un gouvernement de gauche voulant rompre avec les politiques d’austérité peut-il alors construire les rapports de forces nécessaires ?

LIRE LA SUITE


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 48 / 528724

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers  Suivre la vie du site Europe   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License