Ébauche de réflexion sur les stratégies du mouvement pour la justice climatique après Paris Par Maxime Combes et Nicolas Haeringer

jeudi 18 février 2016

Après la COP21, que faire pour sauver le climat ? Dans cet article, Maximes Combes (économiste et membre d’Attac) & et Nicolas Haeringer (chargé de campagne pour 350.org et membre de Mouvements) esquissent des pistes de réflexion pour continuer à construire le mouvement pour la justice climatique.

2015 fut à l’évidence une année intense concernant le climat. Le mouvement pour la justice climatique a pris de l’ampleur et a gagné en vigueur, engrangeant de nombreux succès : des journées mondiales du désinvestissement (13 et 14 février), aux actions organisées en clôture de la COP 21 à Paris (12 décembre), en passant par le gel définitif du projet d’oléoduc de Keystone-XL aux États-Unis (annoncé par B. Obama le 6 novembre), le blocage d’une mine de charbon en Allemagne (15 août), la dynamique Alternatiba qui a au total rassemblé plusieurs centaines de milliers de personnes, ou encore les mobilisations contre les financements que les banques accordent aux projets climaticides, nous avons multiplié les mobilisations au cours des 12 derniers mois.

2015 est donc une année qui nous a servi à construire des bases, plus solides, d’un mouvement capable d’engager la grande transition vers des sociétés justes et durables. En cela, ce fut une année d’espoir – un espoir concret et tangible : nous savons désormais que nous pouvons lutter efficacement pour éviter le chaos climatique.

C’est d’autant plus important que 2015 fut également une année extrême : les catastrophes climatiques se sont multipliées, les records d’émissions de GES et de chaleurs ont été battus les uns après les autres…

Nous devons donc poursuivre nos mobilisations et nos engagements, avec une détermination intacte. L’accord adopté en décembre à Paris, à l’issue de la COP21 ne règle rien. Ses dispositions sont nombreuses qui laissent le champ libre aux projets climaticides. Ce n’est pas une surprise. Mais l’accord de Paris, une fois signé et ratifié, est là pour durer : aucun processus de révision ne sera engagé à court et moyen terme. Nous devons donc également l’utiliser pour ce qu’il ouvre comme perspectives et ressources pour avancer vers la justice climatique. En le ratifiant, les États vont s’engager, en droit, à maintenir le réchauffement climatique sous la barre des 2°C – un objectif ici conçu comme un plafond, non un plancher, puisqu’il mentionne la nécessité de tendre vers les 1,5°C.
Voici quelques perspectives dont nous proposons de débattre pour 2016 et qui constituent ensuite autant d’occasions de nous retrouver et de construire, ensemble, ce vaste mouvement pour la justice climatique.

1/ L’objectif des 1,5°C doit s’imposer à tou.te.s.
Nous savons bien entendu qu’un accord ne règle rien en soi. Voilà plus de 20 ans que la communauté internationale négocie un plan « universel » de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Pourtant, sur la même période, ces émissions ont augmenté de plus de 60% (soit la croissance historique la plus forte). Nous sortons donc de deux décennies extrêmement paradoxales : plus la communauté internationale négociait un accord de réduction des émissions de gaz à effet de serre, plus ces émissions augmentaient.
Il ne s’agit évidemment pas d’une relation de causalité, mais d’un rappel extrêmement important : en politique, les mots (même lorsqu’ils ont un statut théoriquement contraignant) ont deux destins. Ils peuvent rester lettre morte, ou devenir performatifs. Les prophéties ne s’auto-réalisent jamais. Elles sont construites, pas à pas – et l’issue dépend largement de des mobilisations, diverses et variées, de la société civile.
L’après COP21 et le devenir de l’accord Paris dépendent en grande partie de ce que nous ferons. Nous savons que l’enjeu est trop sérieux pour abandonner ce devenir aux seuls États.

LIRE LA SUITE


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 179 / 508085

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers  Suivre la vie du site Ecologie et société   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License