"Attac et le débouché politique du mouvement alter mondialiste" par Marc Delepouve

Membre du bureau d’Attac de 1999 à 2002, syndicaliste FSU
dimanche 27 juin 2004

Situation/historique

La question des listes 100 % alter mondialiste a amené une quarantaine de comités locaux, dont une forte proportion de ceux ayant une grande taille, à exprimer sur les listes électroniques une insatisfaction collective à l’ égard du fonctionnement d’Attac.

Leurs déclarations furent parfois prises à l’unanimité de leurs CA, ou encore à la quasi-unanimité d’AG ou de réunions plénières.

C’est du jamais dans l’histoire d’Attac !

Le CA du 15 mai en a pris note en affirmant que la situation « fournit à l’association l’occasion de poursuivre la réflexion sur ces formes d’ organisation et sur ses modes de fonctionnement ».

La place des comités locaux dans le mouvement Attac est une question récurrente qui a donné lieu à la mise en place de la CNCL et à la rédaction de la Charte des relations entre l’association Attac et les comités locaux Attac validée par un vote de l’AG 2002.

On y trouve, article 2.10, « La CNCL peut se doter d’une structure de préparation et de suivi » et, article 2.11, « La CNCL peut se doter d’un règlement intérieur ».

Depuis une structure minimale de préparation, mais pas de suivi, a été mise en place et le règlement intérieur n’a pas vu le jour. Si bien que la CNCL et à fortiori les comités locaux sont quasi-absents des processus de décision de l’ association.

Dans l’urgence la décision de rédiger un règlement intérieur de la CNCL a été prise par le bureau du 1er juin.

Trois comités locaux et deux membres du bureau ont en charge la préparation d’un projet de ce règlement, lequel devrait être envoyé aux comités locaux pour décision dès la CNCL de novembre.

En outre deux représentants de comités locaux (et non pas des comités locaux) auront le statut d’invités au bureau. Ces représentants changeront chaque semaine afin que chaque comité local puisse participer à une réunion tous les deux ans.

Le CA décidera ce samedi 19 de la façon dont il fera participer les (des) comités locaux à ses séances.

Au-delà de l’urgence, quelle place aux comités locaux, pour quels objectifs ?

Il est prévu, par la charte, que les comités locaux peuvent émettre des propositions au CA via les trois ou quatre séances annuelles de la CNCL.

Aucune autre intervention de leur part dans les processus de décision de l’ association Attac n’est prévue. Cette situation ne peut durer.

Deux objectifs sont à atteindre.

Objectif 1. Toute décision portant une évolution de l’orientation ou de l’ identité d’Attac ou encore concernant l’enrichissement de notre corpus alternatif doit être partagé par les comités locaux.

Pour cela une procédure de co-décision CA/CLs doit être mise en place.

Objectif 2. La CNCL doit être pourvue d’une structure de suivi et de préparation en capacité d’appeler l’ensemble des comités locaux à s’exprimer sur toute question dès lors qu’elle le juge utile.

Ces deux objectifs étant fixés, la question des structures et des procédures peut être abordée. Je ne vais pas la développer ici, mais seulement aborder quelques premiers points.

La structure de suivi et de préparation de la CNCL pourrait être composée de 6 membres comme le suggère un communiqué du bureau adressé le 10 juin dernier aux comités locaux.

Ce chiffre me semble convenable. Par contre ces 6 militants doivent constituer une équipe jouissant d’une relative stabilité, et d’une forte légitimité auprès de, et issue de, l’ensemble des comités locaux.

Sinon ils ne seront guère très utiles à la prise en compte des comités locaux. Ils doivent donc être élus pas les comités locaux selon des modalités à définir et à introduire dans le règlement intérieur de la CNCL.

Ne faudrait-il pas qu’ils soient élus pour un an renouvelable une fois (avec possibilité de destitution avant échéance par la CNCL selon une procédure à définir) ?

Dans l’attente d’avoir fixé des règles pérennes, dès la CNCL de novembre une première élection pourrait avoir lieu selon des règles provisoires.

D’ici novembre la procédure mise en place en urgence par le bureau serait appliquée.

Deux de ces six militants élus par les comités seraient invités permanents au bureau. Toute absence pouvant être supplée par l’un des quatre autres militants. Les six seraient invités permanents au CA. Les frais de déplacement seraient pris en charge à 100 % par l’association Attac (avec les cartes d’abonnement le coût pour l’association ne serait pas ruineux).

Quant à l’objectif 2 donné ci-dessus, c’est par l’usage de la voie électronique qu’il peut être atteint.

Attac doit innover et s’adapter constamment

.

La capacité d’expression des comités locaux (objectif 2 ci-dessus) et la pleine participation aux décisions les plus importantes (objectif 1 ci-dessus) est une nécessité au stade actuel de la vie d’Attac et de du développement de l’alter mondialisation.

C’est ainsi que le mouvement Attac en France renforcera sa cohésion et son développement.

C’est ainsi qu’il mènera dans la plus grande unité des campagnes nationales qui marqueront fortement le paysage : la participation active du plus grand nombre aux décisions est porteuse d’ intégration et de dynamisme.

En outre, cette démarche participative n’ est-elle pas au cour du projet alter mondialiste ?

Attac et le débouché politique du mouvement alter mondialiste

Il est, selon moi, inévitable et à priori souhaitable qu’un mouvement politique européen d’obédience alter mondialiste voit le jour d’ici un ou deux ans.

En même temps, le mouvement associatif et syndical alter mondialiste doit poursuivre son développement afin de devenir un « pilier porteur » de la démocratie européenne et international à construire.

Une difficulté est de ne pas mélanger les rôles.

Pour Attac, en particulier, des règles doivent s’appliquer. Celles déjà définies telles que « Attac ne soutien, ne présente ni ne suscite aucune candidature aux élections » ou encore « Aucun candidat ne peut se prévaloir de son appartenance à Attac ».

Mais aussi de nouvelles règles, à définir collectivement, y compris avec les comités locaux : par exemple sur l’incompatibilité entre certaines responsabilités au sein du mouvement Attac et certaines responsabilités au sein des mouvements politiques.

Pour conclure, un paradoxe

.

Face à la crise de la démocratie, face au libéralisme, en Europe un mouvement politique alter mondialiste se présentant au suffrage universel me semble inévitable.

En même temps, je suis convaincu qu’un tel mouvement se dénaturera - plus ou moins- du fait de la fréquence des élections, de l’étroit espace de la nation où s’exerce le suffrage des citoyens, du pouvoir des médias, de l’ivresse de la conquête des voix, de l’affrontement pour le pouvoir....

Cela renforce, décuple la nécessité de clairement séparer Attac et l’alter mondialisation politique, notamment afin d’éviter tout affaiblissement de notre mouvement consécutif à une contagion ou une confusion d’image publique.

Marc Delepouve


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1711 / 509928

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers  Suivre la vie du site Altermondialisme   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License