Notre-Dame des Landes : vers un conflit de légitimité démocratique ! 27 juin 2016 Par Maxime Combes dans Blog de Médiapart

lundi 27 juin 2016

Pour Manuel Valls « la démocratie a parlé ». Les élus locaux appellent à ce que les travaux commencent à l’automne. « Consultation illégitime, résultat biaisé » répondent les opposants qui prévoient de maintenir l’occupation du site pour « habiter, cultiver et protéger le bocage ». Si le Oui l’a emporté, la consultation sur le transfert de l’aéroport n’a manifestement pas réglé le conflit.

Le principe « des plus concernés » mis à mal

Sur la base d’un périmètre et d’une question choisis par un gouvernement pro-aéroport, 51% d’électeurs de Loire-Atlantique se sont rendus aux urnes, soit 480 000 habitants qui ne se sont pas déplacés (résultats complets ici). La victoire du Oui est nette : 55% des votants, soit 268 000 personnes, se sont montrés « favorables au projet de transfert de l’aéroport de Nantes-Atlantique sur la commune de Notre-Dame-des-Landes ». Plus de 218 000 personnes ont voté Non. De fortes disparités selon les communes peuvent être obervées. Les « plus concernés » par le transfert, à savoir les habitants des communes qui seraient touchées par la construction du nouvel aéroport, ont voté majoritairement contre. Tandis que celles qui imaginent en tirer profit sur le plan économique, comme les communes relativement peuplées d’Orvault et Saint-Herblain, ont voté largement pour. Les communes rurales, et les cantons historiquement de droite (La Baule, Guérande) ont également appuyé le transfert. Plus surprenant, Nantes sort du scrutin coupé en deux parts égales puisque le Oui l’emporte d’à peine 100 voix sur 84730 votants et le vote est disparate dans les communes à proximité de l’aéroport actuel (Bouguenais, Rezé, etc).

François Hollande et Manuel Valls avaient justifié la restriction du périmètre de la consultation aux habitant.e.s de Loire-Atlantique au nom du principe de ne consulter que « les plus concernés ». Les habitant.e.s des autres départements des Pays-de-la-Loire et de Bretagne ont ainsi été écartés alors que les deux régions sont supposées financer la construction d’un l’aéroport dénommé « aéroport du Grand-Ouest ». Si ce principe avait été pris dans un sens plus restrictif (les seules communes touchées par la construction de l’aéroport) ou dans un sens plus étendu (tous les habitants supposés contribuer au financement de l’aéroport), le résultat de la consultation aurait été totalement opposé. C’est d’ailleurs ce que les sondages montraient, tel celui-ci de l’IFOP en date du 29 mars, sur la base desquels le gouvernement à décidé de restreindre le périmètre au seul département de Loire-Atlantique.

LIRE LA SUITE


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 46 / 503242

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers  Suivre la vie du site Ecologie et société   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License