La stupidité autoritaire 23 février 2018 / Hervé Kempf (Reporterre)

vendredi 23 février 2018

Force et bêtise : le gouvernement a montré jeudi 22 février deux aspects de son visage. Force brutale, on l’a raconté ici. Mais bêtise, aussi, quand le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, explique dans un lapsus : « Nous ne voulions plus qu’un certain nombre de lieux puissent être évacués indûment. » Ou quand l’Andra annonce qu’elle va « nettoyer le bois » — alors qu’elle veut à terme y installer des bouches d’évacuation des gaz radioactifs… Sébastien Lecornu, secrétaire d’État à la Transition écologique, affirme aussi que « la concertation dure depuis 1990 ». On mettra sur le compte de la jeunesse — M. Lecornu est né en 1986 — cette plaisanterie : dès 1987, l’opposition très vive dans tous les sites pressentis en France par les gouvernements de l’époque a fait reculer ceux-ci, et si Bure a été choisi, c’est essentiellement parce que ce territoire peu peuplé paraissait plus faible.

Et en ce qui concerne la concertation à Bure, elle s’exprime par une répression policière continue depuis des mois — qui témoigne d’un État policier bien plus que d’un État de droit

— et par le déversement d’argent aux limites de la corruption depuis des années, dans un territoire à qui on veut faire accepter une installation occupant à terme 300 hectares d’entreposage en surface de déchets radioactifs, des galeries souterraines courant sur 300 km, une émission continu de gaz radioactifs, et la consommation d’eau de 500 m3 par jour — sans compter les risques, sur lesquels on va revenir.

Carte schématique de l’emprise du projet réalisée par l’Andra en 2015.

La constante référence à « l’État de droit » relève du même registre de la plaisanterie sinistre, alors que presque tous les actes entrepris par le gouvernement ou l’Andra donnent lieu à des contestations juridiques, où les autorités sont régulièrement sanctionnées. On se rappelle aussi que M. Macron, alors ministre de l’Économie, a tenté maintes fois, en 2014 et 2015, de faire passer en douce le projet Cigéo sous forme d’un « cavalier législatif » — le Conseil constitutionnel l’avait alors recalé.

La concertation supposerait que l’on réponde aux questions que posent les élus et les médias libres aux autorités. Mais quand des députés demandent au gouvernement la publication de la carte des sites de déchets nucléaires existant en France ou des informations sur le projet de stockage en piscine à Belleville-sur-Loire, ils ne reçoivent pas de réponse.
C’est bien M. Macron qui est en cause, et c’est bien de stupidité qu’il s’agit

La stupidité autoritaire : voici donc l’attitude adoptée par M. Macron face au problème lancinant des déchets nucléaires. C’est bien M. Macron qui est en cause, et c’est bien de stupidité qu’il s’agit. Expliquons-nous.

On l’a vu, M. Macron agit depuis des années pour imposer l’enfouissement des déchets nucléaires, si nécessaire à l’industrie nucléaire, dont il reste un vigoureux promoteur. Ne rêve-t-il pas, par exemple, de vendre six réacteurs EPR à l’Inde, où il se rend dans quelques semaines ? Mais pour cela, il est indispensable de faire croire que l’on maîtrise toute la chaîne, dont ce si ennuyeux problème de déchets toxiques pour des centaines de milliers d’années. De surcroît, la question est si importante qu’elle relève in fine de la responsabilité du président de la République.

SUITE et SOURCE dans REPORTERRE

LIRE le communiqué d’Attac Frrance" Non aux expulsions à Bure. Pour l’abandon du projet CIGEO"


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 17 / 484371

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers  Suivre la vie du site Ecologie et société   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License