Notre-Dame : un Téléthon des milliardaires totalement indécent |17 avr. 2019| Par Maxime Combes* Blog : Sortons de l’âge des fossiles ! sur Médiapart

jeudi 18 avril 2019
Les milliardaires déversent une pluie d’argent qu’ils refusent de payer en impôts © Antoine Stouls

*Maxime Combes, économiste et auteur de Sortons de l’âge des fossiles ! Manifeste pour la transition, Seuil, Anthropocène, 2015.
L’incendie n’était pas totalement éteint que les plus grandes fortunes du pays se livraient déjà à une inédite surenchère de dons mirobolants. La barre d’un milliard d’euros pourrait être dépassée ce mercredi. Ce Téléthon des milliardaires révèle l’indécence de milliardaires, plus enclins à vouloir accoler leur nom à la rénovation de Notre-Dame que payer leur juste part d’impôts.

Depuis 48 heures, l’empressement des milliardaires français à promettre des centaines de millions d’euros pour reconstruire Notre-Dame a frappé l’opinion publique : 200 millions € pour les Arnault et Bettencourt, 100 millions € du côté des Pinault et Total, tandis qu’on ne compte plus les annonces de quelques millions à quelques dizaines de millions d’euros (JCDecaux, Bouygues, BNP Paribas, BPCE, Société générale, Axa, Française des jeux, etc). Récemment condamné pour abus de biens sociaux dans l’une des affaires Fillon, le milliardaire Marc Ladreit de Lacharrière y est lui aussi allé de sa promesse de 10 millions d’euros.

Les milliardaires déversent une pluie d’argent qu’ils refusent de payer en impôts © Antoine Stouls Les milliardaires déversent une pluie d’argent qu’ils refusent de payer en impôts © Antoine Stouls

Ces dons, promis par les multinationales, les fondations d’entreprise ou par les milliardaires eux-mêmes, seront défiscalisés à 60% (entreprise) ou à 66% (particuliers). Ils peuvent être étalés sur plusieurs années. Le directeur général de la collection d’oeuvres d’art de François Pinault, Jean-Jacques Aillagon, a même proposé qu’un taux de 90% soit appliqué. C’est sans doute cette suggestion hâtive qui a le plus choqué : Notre-Dame fumait encore qu’on quémandait déjà une ristourne fiscale majorée pouvant conduire à ce que l’essentiel de ces dons soient couverts par des exonérations d’impôts.

Défiscalisés, ces dons, vont en effet être en grande partie rétrocédés sous forme de réductions d’impôts : les contribuables vont donc, in fine, financer une grande partie des donations annoncées, pendant que les milliardaires et les multinationales pourront tranquillement s’adjuger le mérite d’avoir financé la restauration de la cathédrale. Par leur geste, ils vont accoler leur nom à la rénovation héroïque de ce bâtiment tout en essayant de faire croire qu’ils renflouent et soulagent l’Etat dans sa tâche, alors que ce sont justement les contribuables qui vont, dans un anonymat total, financer leur générosité.

Sans doute auront-ils même leurs noms et une plaqué dédiée sur le monument rénové afin de rendre grâce à leur extrême générosité. Et ce ne sera peut-être pas tout. Le mécénat d’entreprises va généralement de pair avec de nombreux avantages en nature (entrées gratuites, mise à disposition des lieux, opérations marketing, etc) dont ces milliardaires savent très bien s’accommoder, comme vient à nouveau de l’illustrer l’affaire Carlos Ghosn. Les exonérations fiscales liées au mécénat en France sont d’ailleurs de plus en plus critiquées, y compris par la Cour des comptes (voir cet article de l’Observatoire des multinationales).

LIRE LA SUITE sur le blog de Maxime Combes sur Médiapart


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 50 / 505819

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers  Suivre la vie du site Impôts, Taxations globales, Paradis Fiscaux   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License