Deux mille activistes du climat ont bloqué « la République des pollueurs » 20 avril 2019 / Camille Martin (Reporterre)

mardi 23 avril 2019

L’opération « Bloquons la république des pollueurs » s’est révélée d’une ampleur inédite. Vendredi 19 avril, plus de 2.000 activistes écologistes ont bloqué les sièges d’EDF, de la Société Générale et de Total à la Défense, ainsi que le ministère de la Transition écologique. C’est la plus grande mobilisation de désobéissance civile non violente jamais organisée en France. Récit en mots et en images.

La Défense (Hauts-de-Seine), reportage

Vendredi peu avant 9 h, des activistes ont bloqué les entrées de trois différentes entreprises , à La Défense — EDF, Société générale et Total — ainsi que le ministère de la Transition écologique. Tandis que certains se sont assis, en « chenille », devant les portes et à l’intérieur des bâtiments, des colleurs ont entrepris de décorer l’espace et de taguer le sol, avec des slogans. « Macron, président des pollueurs », pouvait-on lire un peu partout.

Lire ici notre récit détaillé et chronologique durant la journée de vendredi

Des portraits présidentiels, réquisitionnés par dizaines depuis le 21 février dans les mairies par les activistes d’Action non-violente COP21 (ANV-COP21), afin de dénoncer le vide de la politique climat d’Emmanuel Macron, ont également fait leur apparition. Ils ont été placés à l’intérieur et à l’extérieur des tours, « afin de symboliser les réels lieux de pouvoir en France ». Des affiches du président de la République ont également été accolées à des écrans publicitaires. La peinture et la colle utilisées pour cette transformation visuelle de l’espace étaient bios, ont assuré les activistes.

« La République des pollueurs, a déclaré à Reporterre la porte-parole d’Alternatiba Pauline Boyer, c’est l’alliance toxique entre les grands patrons des entreprises les plus polluantes et le gouvernement qui verrouille la lutte écologique et reste sourd à la mobilisation. Il est temps de faire de la désobéissance de masse. Tant que la politique du gouvernement se fera sous la pression des lobbies, Macron sera président de la “République des pollueurs” et on sera là pour lui barrer la route. » L’action a été pensée et organisée par Greenpeace France, Les Amis de la Terre, Alternatiba et ANV-COP21.

« La Société générale, c’est la dernière banque à financer les gaz de schiste »

Alice, 29 ans, faisait sa première action de désobéissance civile. En « chenille », elle bloquait une des entrées de la Société générale avec une dizaine d’autres personnes au moment où on leur a annoncé la « bonne nouvelle », autour de 9 h 30 : « Toutes les cibles visées ont été atteintes et des personnes se trouvent dans chacun des bâtiments visés. »

LIRE LA SUITE sur Reporterre


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 35 / 505882

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers  Suivre la vie du site Ecologie et société   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License