Quelques unes des réunions mensuelles d’Attac Pays d’Aix de janvier 2002 à septembre 2002

et un diaporama : "déléguer ou créer"
mardi 1er octobre 2002

Le site n’étant pas re-strucuté à cette époque, nous n’avons pu rassembler que quelques unes des réunions mensuelles d’Attac Pays d’Aix dont en fichier-joint le diaporama de Christiane : "déléguer ou créer"

CAC sur l’Argentine du 22/01/02

Les méfaits des politiques néo-libérales et convivialité
Une assemblée nombreuse a participé au dernier CAC organisé en collaboration avec Attac Sud-Lubéron. Les discussions se sont poursuivies autour d’un buffet, dans une grande convivialité.

Une assemblée nombreuse a participé au dernier CAC organisé en collaboration avec Attac Sud-Lubéron. Les discussions se sont poursuivies autour d’un buffet, dans une grande convivialité.

Les 4 intervenants mettent en évidence à la fois, l’échec des politiques néolibérales dont l’Argentine a été un cham-pion et les particularités politiques et his-toriques dans lesquelles cette faillite s’inscrit.

Daniel Van Euwen dresse un por-trait à la fois historique, politique et social de l’Argentine pour éclairer les événements récents.

Michelle Fourny par une analyse chiffrée de la dette publique extérieure, met en évidence son importance dans le budget de l’état. L’endettement a été effectué sans aucune justification économique, dans une parfaite complicité entre les fonctionnaires de la dictature, le FMI et la Réserve Fédérale des USA, pour leur plus grand profit, au détriment des intérêts du peuple argentin.

Cette dilapidation s’est poursuivie avec une politique ultralibérale prônée par le FMI dont l’Argentine a été un des meilleurs élèves. Le jugement Olmos rendu par la cour fédérale Argentine en juillet 2001, déclare la dette illégitime et les créanciers et les débiteurs, coresponsables de l’endettement. Raymonde Lagune souligne, à la suite de ce procès, l’intérêt de lutter pour l’annulation de la dette d’un pays.

Carlos Quenan, dans un dialogue très riche avec la salle, insiste sur la dégradation de la situation sociale, le ralliement d’une partie de la classe moyenne paupérisée aux mobilisations populaires et l’impasse politique en l’absence d’une solidarité latino-américaine encore à construire.

R. Lagune


CAC 16 avril : Pour un autre combat politique. Déléguer et/ou participer ?

Depuis janvier, sur la base de ce Manifeste, les militants un peu partout en France, ont imaginé des formules permettant d’inciter la grande masse des citoyens à s’impliquer dans l’action politique...

Le 19 janvier 2002 au Zénith Attac lançait son Manifeste pour peser sur la campagne électorale.

Depuis janvier, sur la base de ce Manifeste, les militants un peu partout en France, ont imaginé des formules permettant d’inciter la grande masse des citoyens à s’impliquer dans l’action politique pour qu’émergent enfin au moins au niveau des propositions faites pour le futur gouvernement de la France, les alternatives envisageables au nouvel ordre néo-libéral qui nous est imposé.

Attac Pays d’Aix propose ici un diaporama qui résume les principales idées de ce Manifeste : menaces néo-libérales présentées comme le summum de la "modernité", propositions alternatives, ressources et moyens pour redonner à la vie la force de combattre les puissances de l’argent, redonner à la démocratie participative tous ses droits.

Déléguer certes, le temps d’un vote, aux plus sincères, le pouvoir de nous engager dans cette voie, mais sans jamais renoncer à l’action et au droit de regard que nous devons avoir naturellement sur la politique qui est menée en notre nom.

Pour qu’un autre monde soit possible, il faut "participer"....

Diaporama en fichier joint à la fin de l’article


CAC 15 mai : L’affaire ENRON ou les désastres de la déréglementation

L’énergie, un bien pour tous : débattre et agir pour préserver le service public. Il y a urgence d’une appropriation publique des questions de l’énergie Point de vue du syndicat CGT PROVENCE EDF GDF

Après le succès du référendum anti-FN et des mobilisations populaires contre l’extrème droite, l’objectif d’Attac est de faire émerger dans la campagne électorale des législatives, les thèmes qui sont détaillés dans son Manifeste 2002 : services publics, agriculture et OGM, impôts, retraites, dette des pays du sud, institutions financières internationales et paradis fiscaux, sans oublier " la taxe Tobin ". C’est aussi d’agir en cohérence avec les forces sociales qui mènent des combats similaires aux nôtres. Les accords conclus à Barcelone par les chefs d’État et de gouvernement de l’UE (dont MM. Chirac et Jospin) sur la privatisation d’EDF, doivent nous rappeler l’urgence de l’action à mener, notamment en prévision du sommet de l’UE fin juin à Séville, pour s’opposer à la liquidation du services public de l’énergie.

" L’affaire ENRON " c’est d’abord l’abandon au secteur privé du Service Public de production et de distribution de l’énergie électrique. Comme dans le cas des chemin de fer ou de la santé au Royaume Uni, on aboutit à une catastrophe. Et qui en sont les victimes ? En premier lieux les salariés de ces entreprises, ensuite les usagers les plus pauvres, enfin les citoyens qui par l’impôt vont devoir réparer les désastres.
" L’affaire ENRON " c’est aussi le commerce libre (" trading ") de l’énergie électrique, où comme à la bourse on vend et on achète des kilowatts.
" L’affaire ENRON " c’est encore le rapport entre l’argent et la politique où les dirigeants de cette entreprise financent le candidat à la présidentielle Georges W. Bush ; c’est la fraude fiscale et les paradis fiscaux (4000 filiales dont 881 dans des paradis fiscaux et 693 aux îles Caïmans).
" L’affaire ENRON " ce sont encore les fonds de pension, l’épargne salariale, la retraite par capitalisation et la ruine des salariés actionnaires, les stocks options et les dirigeants qui se remplissent les poches au moment où ils ruinent les salariés et les retraités .
" L’affaire ENRON " c’est enfin la connivence entre les acteurs du monde économique : agences de notation, commissaires aux comptes, organismes de conseil aux entreprises, COB (SEC), presse financière, analystes financiers, banques, conseils d’administration des entreprises, dirigeants politiques.

Il y a urgence d’une appropriation publique des questions de l’énergie Point de vue du syndicat CGT PROVENCE EDF GDF

Effets de contagion ? Le désastre Enron est-il reproductible ? Voilà la question essentielle et notamment en Europe où le processus de déréglementation est en marche. Et en marche accélérée. La faillite californienne avait déjà ébranlé nombre de certitudes. Pour se rassurer, pouvoirs publics, commissaires européens, opérateurs, avaient essayé de marquer les différences entre le modèle californien de déréglementation et le modèle européen. Sans convaincre ! Enron vient effondrer le fragile argumentaire des forcenés de la déréglementation.

Après tout, si la Californie était pour les gouvernements le modèle de déréglementation, ENRON était pour tous les opérateurs électriques le modèle d’entreprise moderne dans le système déréglementé. L’activité de " trading " tout le monde s’y est mis EDF GDF, en tête cela malgré les avertissements de toutes parts sur les risques encourus. Aujourd’hui les pertes s’accumulent, sans que les pouvoirs publics n’y trouvent à redire.

La stabilisation du secteur électrique ne nécessite-t-elle pas de tirer tous les enseignements de l’échec californien et de la faillite d’Enron ? Cela suppose une véritable détermination politique de tous et une appropriation publique des questions de l’énergie


CAC 18 juin : La Culture n’est pas à vendre, elle est l’affaire de tous

Trois axes pour le débat :

1) pourquoi Attac s’intéresse à la Culture
2) politique culturelle au niveau d’un territoire : l’exemple d’Aix
3) Quartiers, identité et mixité culturelle

La culture n’est pas à vendre, elle est l’affaire de tous !

1) Pourquoi Attac s’intéresse à la Culture
La culture est le fondement même de notre identité : la nôtre en tant qu’individu et celles des groupes, des communautés dans lesquelles nous vivons. En la transformant en objet de consommation, le système marchand vise à nous déposséder de notre image : les grands moyens de communication (télévision, radios et presse "people") nous contraignent à l’uniformisation et à la non-expression. Attac s’intéresse à la culture car elle est devenue un enjeu politique et économique majeur tant au niveau local qu’international : Accords de l’AMI et de l’OMC, dont l’AGCS (Accord Général sur les Commerces et les Services) ; situation italienne (avec le quasi-monopole de Berlusconi), ambitions et mésaventures de Vivendi-Universal. Elle devient surtout un enjeu idéologique : une émission comme Loft Story, par exemple, ne poursuit d’autre but que de déconnecter l’esprit critique, flatter l’ego (et dissoudre le lien social, contrairement aux apparences), faire entrer la télésurveillance dans les murs, de même que la délation et le licenciement arbitraire.

2) Politique culturelle au niveau d’un territoire : l’exemple d’Aix
Comment chaque habitant peut-il s’exprimer, s’approprier, partager et participer à une culture vivante ? Comment se conçoit et se construit une politique culturelle et quels en sont les enjeux politiques, artistiques, économiques et sociaux ? Comment permettre l’accès de tous à des activités de qualité sur l’ensemble du territoire de la ville ? Pourquoi, par exemple, confier à Vivendi une action de mécénat (le festival d’art lyrique) ? Quelle est la véritable finalité de ces partenariats ?

3) Quartiers, identité et mixité culturelle
Comment développer l’envie de l’ensemble des citoyens de connaître, de faire, de savoir ? Comment coexistent les diverses cultures ? Comment faire sortir la culture de son ghetto social et permettre l’expression des différences ?

L’ensemble des partenaires culturels de la ville seront invités à participer au débat qui suivra cette présentation.

Café citoyen organisé par Marielle Gros, Bernard Lagune, Nerte Dautier et Geneviève Négrel, Anne Marie Alary, adhérents d’Attac Pays d’Aix.

-----------------------

CAC 10 juillet : Comment le populisme mène à la violence d’État

Que se passe t-il quand la majorité des citoyens délaisse le terrain de la politique ? Les multinationales imposent la "loi du marché" à nos élus. La démocratie n’est plus qu’un simulacre, le populisme s’impose.

Que se passe t-il quand la majorité des citoyens délaisse le terrain de la politique ?

Les multinationales imposent la "loi du marché" à nos élus. La démocratie n’est plus qu’un simulacre, le populisme s’impose.

Comment le populisme mène à la violence d’État Projection du film "Bella Ciao" réalisé à Gênes en juillet 2001 par Marco Giusti et Roberto Torelli

Après Millau, Seattle, Porto Alegre, les partisans d’une autre mondialisation s’étaient donné rendez-vous à Gênes à l’occasion d’un sommet du G8, réunissant les chefs d’État des huit pays les plus puissants de la planète. Venus de toute l’Europe et parfois de plus loin, ils sont des dizaines de milliers à avoir répondu à l’invitation du Forum Social de Gênes, organisateur des principales manifestations qui se sont déroulées dans la ville italienne en juillet 2001.

Dans la plus pure tradition du cinéma direct, Marco Giusti et Roberto Torelli ne font aucun commentaire sur les images qu’ils ont sélectionnées parmi des centaines d’heures de rushes tournées par plusieurs cameramen. L’image fait sens. Pendant près de deux heures, nous y voyons comment la police et les carabiniers italiens se sont comportés face à des manifestants pacifistes dans leur immense majorité. L’accumulation des exactions des "forces de l’ordre" prouve de manière éclatante et incontestable qu’il ne s’agit pas de "bavures" policières, mais d’une volonté délibérée de faire dégénérer les manifestations et de criminaliser ceux et celles qui y participent. Les images de ceux que l’on a baptisé les "black blocs" qui, contrairement aux manifestants non-violents, peuvent détruire une partie du centre ville pendant plusieurs heures sans être inquiétés par la police confirment ce diagnostic. Le point d’orgue de cette répression - premier acte majeur du tout nouveau Gouvernement Ber-lusconi où se côtoient des ministres affairistes, post-fascistes et xénophobes - qui provoqua la mort d’un manifestant des centaines de blessés et des milliers d’interpellations, fut l’intervention brutale d’agents en uniforme dans le Centre des médias du Forum social de Gênes en pleine nuit.


CAC 11 septembre : Un an après, terrorisme, argent salle, paradis fiscaux, quelles évolutions ? Quelles actions possibles ?

Avec Jean Boulnois, du groupe thématique national sur les paradis fiscaux et des représentants des syndicats de la Finances et du Trésor.


titre documents joints

Agir

30 octobre 2004
info document : PDF
272 ko

Les propositions d’Attac

30 octobre 2004
info document : PDF
443.9 ko

Il n’y a pas de fatalité

30 octobre 2004
info document : PDF
531.7 ko

la santé

30 octobre 2004
info document : PDF
468.5 ko

Avec Attac se répproprier l’avenir

30 octobre 2004
info document : PDF
328.7 ko

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1705 / 502050

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Attac dernières  Suivre la vie du site Les rendez-vous d’Attac   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License