Taxes mondiales : Des contradictions qui laissent songeurs

par Raymonde
samedi 30 octobre 2004

- Les positions prises par Jacques Chirac le 20 septembre lors d’une conférence de l’OIT à New York, en faveur d’ »une éthique sociale de la mondialisations ».
- Les déclarations le même jour dans une réunion des quatre président dont Lila, en faveur du prélèvement d »une fraction des richesses engendrées par la Mondialisation » sous forme de taxes mondiales.
- La participation d’Attac dès novembre 2003 à un groupe de travail lancé par Jacques Chirac et présidé par JP Landau, ayant pour objectif de réfléchir à de nouvelles contributions financières internationales ».

Tout ce contexte favorable à nos idées a mis Attac dans une position peu coutumière et parfois malaisée.
Jusqu’où aller dans la diplomatie ?
- En effet, Attac peut se réjouir, à juste titre, d’initiatives qui relancent et rendent plus crédibles ses propres propositions de taxes globales permettant de lutter contre la spéculation financière et financer le développement des pays pauvres.
- Il y a également à se féliciter de la popularisation à cette occasion, des valeurs de solidarité, de la reconnaissance publique de l’injustice des rapports économiques mondiaux et de la responsabilité des pays riches dans la pauvreté.
- Mais il est plus délicat, de saluer la politique d’un chef d’état qui sur le plan intérieur, mène une politique anti-sociale marquée par une fiscalité en faveur des riches qui ne fait qu’accroître les inégalités, le chômage et les exclusions.
- Il ne faudrait pas en rajouter dans les félicitations et laisser planer l’illusion d’un consensus :
Les taxes globales ne servent à rien pour régler les problèmes de la pauvreté si elles ne s’accompagnent pas d’un démantèlement des politiques libérales génératrices de cette pauvreté et d’une remise en cause des politiques de l’OMC, la BM et du FMI. Or sur ce plan là, o% la vie de millions de personnes dépend de la signature d’un accord, Jacques Chirac est singulièrement aux abonnés absents. Plus une belle parole ! « Notre maison brûle et Chirac regarde ailleurs... »

Envisageons les mesures immédiatement utiles contre la pauvreté :

- 1. Augmenter l’Aide Publique au Développement (APD). Elle ne semble légèrement en hausse que grâce à un subterfuge : On y intègre les annulations de dette qui devraient être aditionnelles. L’APD est, en réalité, en baisse.
- 2. Annuler totalement la dette des pays très endettés qui permettrait de libérer le développement. Telle n’est pas la priorité du gouvernement qui poursuit l’initiative PPTE de plus en plus reconnue comme insuffisante.
- 3. Lutter contre les paradis fiscaux, le secret bancaire, l’évasion fiscale, causes primordiales de l’appauvrissement des états. Ce qui n’est pas d’avantage à l’ordre du jour.
- 4. Changer la politique de l’Union Européenne qui, en accord avec l’OMC entretient la baisse des salaires, des prix agricoles et de tous les produits de base, ruinant par ce dumping les économies des PED. Ce changement n’est pas envisageable, trop d’intérêts sont à protéger. Il en de même en ce qui concerne l’obligation catastrophique faite aux PED, d’abolir leurs barrières douanières.
- 5. S’opposer à la constitution européenne, résolument hostile à toute entrave aux mouvements des capitaux, et donc à toute taxation mondiale...On connaît la réponse !
Incohérence ou cohérence à double face ? Le test sur les mesures concrètes immédiatement applicable est négatif pour Jacques Chirac. Ce qui est positif, c’est la décision prise par Attac et d’autres associations, de créer un comité de suivi des propositions faites à New York, moyen de contrôler si elles restent ou non de belles paroles.

Annulation de dettes : Qui dit mieux ?

La question de la dette des pays du Sud revient, ces derniers mois, sur le devant de la scène : On assiste à une escalade d’annonces d’annulation de dette.
Initiative américaine :
C’est elle qui a lancé le débat sur les annulations. Washington a annoncé souhaiter l’annulation de la dette multilatérale de tous les pays très endettés (en fait, les 27 plus dociles). Bush, serait-il, à son tour, tombé dans le bain de la philanthropie ? On a des raisons d’en douter. Cette proposition ne vise qu’à obtenir l’annulation totale de la dette de l’Irak sans laquelle les USA ne pourront empocher les bénéfices pétroliers de leur intervention. Devant les réticences de la France qui n’accepte que 50%, ils ont trouvé l’astuce de mettre l’Irak dans un « package » avec d’autres pays très endettés, histoire de faire passer la pilule...C’est une solution sans débourser un sous. Les fonds seraient prélevés dans les caisses du FMI et de la BM qui ne sont pas suffisamment aux ordres, au goût de Washington, pour laisser la place à des négociations bilatérales sans contraintes de la part des autres pays riches
Initiative britannique :
Tony Blair veut faire son Chirac, il se démène pour redorer son image avant les échéances majeurs de 2005 : Présidence britannique de l’UE, G8 en Ecosse, réunion de l’ONU sur les objectifs du millénaire en septembre.
Il lance une initiative d’annulation de la part de la dette multilatérale des pays pauvres lui revenant, en fit, 10% des dettes dues par les PED très endettés à la Banque Mondiale et à la Banque africaine de Développement. Cette annulation (non reprise par Chirac), bien que financée en partie par des augmentations de l’Aide Public au Développement, représente tout de même un petit progrès.
En définitive :
La France et la Grande-Bretagne ont rejeté les propositions américaines, mais l’initiative américaine a eu l’intérêt de soulever la question de la dette odieuse, à propos de l’Irak (car elle est applicable à d’autres) et de faire la preuve, qu’un pays très endetté, en plein marasme économique ne peut se relever sans une annulation totale de dette. Résultat un plutôt maigre ! On attend encore que les pays du G7 sortent leurs chéquiers. Pendant ce temps les pays d’Afrique sud-saharienne continue de rembourser plus pour le service de la dette qu’ils ne reçoivent de crédits.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1460 / 502050

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ARCHIVES  Suivre la vie du site Groupes thématiques  Suivre la vie du site Dette, rapport Nord-Sud   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License