Collectif étudiant contre la Constitution libérale et pour une Europe sociale

Conférence-débat "CONSTITUTION EUROPEENNE : LES CLES POUR COMPRENDRE » en présence deJACQUES VILLAR (ATTAC)

jeudi 31 mars 2005

JEUDI 31 MARS à 17H30 à la faculté de Lettres d’Aix-en-Provence (Amphi D)

Venez vous informer !

Tract en document lié à diffuser sans modération !....

Pourquoi nous, étudiants, appelons à voter NON au référendum :

Ce traité n’est pas démocratique...

- Par les modalités de son élaboration (il n’est pas l’œuvre d’une assemblée constituante élue à cet effet, il n’y a pas de débats publics organisés, il n’a même pas été à l’ordre du jour des dernières élections européennes de 2004 !)

- Par la forme et le contenu (c’est un texte démesurément long et illisible, qui définit jusque dans le détail les politiques à mener pendant les décennies prochaines : quel sera alors le choix possible pour les électeurs, lors des prochains scrutins ?)

- Par la répartition des pouvoirs (l’essentiel du pouvoir échoit à des organismes non élus comme la Commission)

- Par la non-séparation des pouvoirs (la Commission a l’initiative exclusive des lois)

- Par la quasi-impossibilité de réviser le traité.

Ce traité « constitutionnalise » des politiques néo-libérales...

- Par son principe majeur qui est une « économie ouverte où la concurrence est libre et non faussée » (dès l’Article I-3 et maintes fois répété dans la partie III)

- Par l’assujettissement des droits sociaux à la compétitivité de l’économie

- Par les missions attribuées à la Banque Centrale européenne, en particulier l’objectif de la stabilité des prix au détriment de l’emploi : c’est le choix des rentiers

Ce traité organise une régression sociale manifeste...

- Par la porte ouverte aux délocalisations industrielles et au dumping fiscal et social (en raison de l’interdiction apportée à toute restriction à la liberté d’établissement des entreprises, de la liberté de circulation des capitaux sans le moindre contrôle, de l’impossibilité de procéder à une harmonisation fiscale ou sociale)

- Par la disparition du « droit au travail » qui devient un simple « droit de travailler » !!! (Article II-75)

- Par l’adoption, pour les questions sociales, de la règle de l’unanimité, source de blocages

- Par la soumission totale des droits sociaux au principe du marché et de la concurrence

Ce traité sacrifie les services publics...

- Par la réduction des services publics à des « services d’intérêt économique général » totalement soumis aux règles de la concurrence et de la rentabilité comme n’importe quelle entreprise capitaliste (Article III-166 alinéas 1 et 2)

- Par l’assimilation des aides publiques à des distorsions au dogme de la « concurrence libre et non faussée » (Art III-167 alinéa 1)

Ce traité impose l’augmentation des dépenses militaires sous la dépendance de l’OTAN

- Parce que la politique de sécurité et de défense commune de l’Union est soumise aux obligations découlant du traité del’Atlantique Nord et doit être compatible avec celle de l’OTAN (Article I-41 alinéa 2)

- Parce que l’OTAN reste le fondement de la défense collective de l’Europe et l’instance de sa mise en œuvre (Art I-41 alinéa 7)

- Parce que les pays doivent s’engager « à améliorer progressivement leurs capacités militaires » (Article I-41 alinéa 3)

Ceux qui disent que l’on va voter « pour ou contre l’Europe » mentent !}
}
On va voter pour une manière de faire l’Europe : au service des citoyens ou au service du marché ?
Dire non à ce traité constitutionnel est indispensable pour construire une Europe sociale et démocratique.

Collectif étudiant contre la Constitution libérale et pour une Europe sociale :

ACG, Attac-Jeunes Aix, la Bibliothèque Alternative, Cercle Jeunes LCR/JCR,Mercure, Réseau Jeunes PCF/UEC-JC, UNEFAvec le soutien d’Attac pays d’Aix


titre documents joints

Tract conférence-débat à reproduire et à distribuer sans modération ...

23 mars 2005
info document : RTF
1.2 Mo