EDITORIAL : SEUL LE "NON" EXPRIME L’EXIGENCE D’UNE EUROPE SOCIALE ET DEMOCRATIQUE

samedi 16 avril 2005 par Bernard LAGUNE

S’il y a un thème qui fait l’unanimité sur la question du traité européen c’est celui du rapport de forces nécessaire pour faire évoluer la politique de l’Union européenne vers plus de « social ». A gauche comme à droite on se veut rassurant et on nous dit « votez oui » ensuite nous nous battrons pour faire modifier dans un sens plus social ce que vous venez d’approuver. Il y a déjà là un léger paradoxe. Mais il faut aller plus loin et analyser ce que chacun met sous le terme de « rapport de force ».

Pour la droite européenne il va de soi que l’Union européenne a été le paravent d’une véritable « révolution » qui a permis un déséquilibre du partage des richesses au détriment des travailleurs salariés. Alors que la Commission européenne se comporte comme le représentant et l’exécutif des entreprises transnationales, en France le gouvernement Raffarin est le porte parole et l’exécutif du MEDEF. Si la droite et le grand patronat sont favorables à la Constitution c’est qu’elle constitutionnalise et rend quasiment irréversible (sauf un équivalent « mai 68 » à l’échelle européenne), un considérable rapport de force en faveur des propriétaires du capital.

Pour la social-démocratie européenne la notion de « rapport de force » signifie « votez pour moi, ce sera moins pire qu’avec la droite ». En dépit des efforts de François Hollande pour nous en convaincre, (couverture de Paris Match, participation à l’émission de Michel Druker, participation au congrès de la FNSEA avec Nicolas Sarkozy), nous n’affirmerons pas ici « gauche=droite ». Nous laissons les lecteurs libres d’en délibérer en leur âme et conscience. Nous constaterons simplement que lorsque les gouvernements sociaux-démocrates ont été majoritaires dans l’UE, on a abouti au « calamiteux » traité de Nice. Et une coalition dirigeante de l’Europe emmenée par Blair, Schroëder et Hollande ne permet pas d’espérer avec cette constitution une politique sociale en Europe.

Car l’enjeu politique principal c’est le renversement du rapport de force en faveur de ceux qui produisent la richesse contre ceux qui se l’approprient. Le mouvement altermondialiste en général et ATTAC en particulier, apportent une contribution à ce renversement. Certes les victoires obtenues sont modestes. Mais le chemin parcouru est loin d’être négligeable.

Le premier résultat obtenu c’est d’avoir mis un terme à la « pensée unique » en matière économique. Le second c’est d’avoir favorisé un mouvement mondial de remise en cause du libre échange et d’une mondialisation qui écrase les plus faibles. Que Porto Alegre supplante Davos, que des gouvernements progressistes arrivent au pouvoir en Amérique du sud, que se développe une mobilisation mondiale contre la guerre en Irak ne sont pas de minces événements.

En France les actions de résistance des collectivités territoriales contre l’AGCS, les très fortes mobilisations pour la défense des systèmes de protection sociale (notamment les énormes mobilisations de 2003 pour la défense des systèmes de retraite), les déroutes électorales de la majorité gouvernementale, les mouvements sociaux très divers (grèves de Radio-France, des médecins urgentistes, mouvement des chercheurs, des fonctionnaires, actions d’élus ruraux pour la défense des services publics....) permettent de faire le lien entre les politiques de dérégulation de l’OMC et de l’Union Européenne, et leur traduction par le gouvernement Raffarin.

Et, cerise sur le gâteau, les énormes profits réalisés par les entreprises du CAC40, rappellent tout à fait opportunément à qui profitent ces politiques.

Le niveau élevé du « Non » à la constitution européenne traduit donc l’exigence d’un changement de politique de l’Union Européenne. Seul le « NON » est porteur d’un rapport de force en faveur de politiques sociales et démocratiques en Europe.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1309 / 502149

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers  Suivre la vie du site Autres...  Suivre la vie du site Archives éditoriaux   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License