A travers un « Non » français, Attac Autriche voit une chance pour refonder le projet européen

jeudi 26 mai 2005

Le 11 mai, le Parlement autrichien a ratifié le traité constitutionnel. En France, c’est le peuple qui va décider sur cette question. Attac Autriche et d’autres organisations de la société civile ont protesté le 7 mai contre ce manque manifeste de démocratie et contre le traité lui-même. « Les Autrichiennes et Autrichiens sont privés de la possibilité de se prononcer sur ce traité lors d’un référendum. Nous voulons que les Françaises et les
Français sachent qu’ils voteront aussi en notre nom » a déclaré Martin Kunze d’Attac Autriche.

« Une politique économique et monétaire qui se soumet avant tout aux principes d’une économie de marché ouverte où la concurrence est libre et non faussée et à un libre-échangisme mondial limite considérablement les marges de manœuvre tant sur le plan européen que national. Ces orientations néolibérales qui s’élaborent au détriment de la protection des services publics et qui donnent la primauté à la stabilité de prix sur le plein emploi vont être pérennisées car elles auront désormais un statut
constitutionnel » a critiqué Kunze. « Ce référendum est d’une grande importance stratégique pour le développement futur de l’Europe. Une Europe néolibérale et militariste ou sociale, écologique et pacifiste » a-t-il déclaré. Attac Autriche demande la mise en place d’un nouveau processus
d’élaboration d’une constitution dans lequel les peuples soient associés.

Attac Autriche, le 12 mai 2005

http://www.france.attac.org/a5106


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1234 / 531343

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers  Suivre la vie du site Europe   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License