EDITORIAL : Attac réaffirme son engagement dans la lutte contre mondialisation

mercredi 5 octobre 2005 par Bernard LAGUNE

Le mouvement en septembre a été plus
politique que social. La victoire du
“NON” au référendum n’a bien sûr pas
ouvert la voie à un changement de politique
de l’Union Européenne et du gouvernement
français. La directive Bolkestein devrait être
soumise au vote du parlement européen dans
le courant d’octobre. Le gouvernement de
Villepin mène une politique dont les moteurs
sont le chômage et la précarité, l’accaparement
des richesses par une minorité de propriétaires
du capital et la destruction à son
profit de tous les système de redistribution.
Mais la victoire du “NON” entraîne une transformation
de la carte politique française.
Le Parti Socialiste en ressort profondément
divisé et il tente “un recentrage à gauche”
avec comme enjeux la direction du parti, le
choix du candidat aux présidentielles et les
investitures locales aux municipales et aux
législatives.
“Rompre ou non avec le social libéralisme
telle est la question”.

Car avec l’émergence des collectifs pour le
NON lors de la campagne référendaire, “le
mouvement altermondialiste”, ou du moins
une partie de celui-ci, rêve de constituer une
force politique alternative capable de donner
ce fameux “débouché politique” aux mobilisations
contre le mondialisation libérale.
Cette ambition est encouragée par l’apparition
en Allemagne d’une “gauche de la gauche”
dont l’un des animateurs Oskar Lafontaine
a participé activement à la campagne
pour le “”NON” en France.
C’est donc le maintien de la bipolarisation de
la vie politique française et de la satellisation
des partis nécessaires à la constitution d’une
majorité stable (Verts, PC, Radicaux de gauche...),
l’épuisement des systèmes institutionnels
bipolaires dans lesquels une partie
importante de l’électorat n’a aucune représentation
institutionnelle qui sont en jeu.
L’horizon de tous ces débats est borné par
les échéances électorales de 2007-2008 et
l’issue des mouvements qui traversent les
forces politiques françaises est des plus
incertaine.
Attac n’est pas épargné par le débat à l’approche
notamment de la prochaine assemblée
générale en décembre qui devra renou-
veler la direction d’Attac France. Il devrait en
sortir une réaffirmation de son caractère
d’association d’éducation populaire tournée
vers l’action, le refus de s’engager dans les
joutes électorales et le rééquilibrage de ses
organes de direction de façon à prendre en
compte la place prise par les comités locaux
dans l’activité d’Attac.
Il s’agit avant tout pour Attac de s’affranchir
des calendriers électoraux et de réaffirmer
très fortement son engagement dans la lutte
contre la mondialisation libérale, pour une
tout autre production des richesses dans le
monde et leur juste répartition en faveur de
tous les habitants de la planète.
Cet engagement passe par la lutte contre
l’OMC et ses politiques de libéralisation tous
azimuts, dont l’AGCS est le fer de lance. La
6ème Conférence ministérielle de l’OMC se
tiendra en décembre à Hong-Kong. Des rendez-
vous de mobilisation internationale sont
programmés : 15 octobre, à Genève : mobilisation
contre l’OMC, 22 et 23 octobre, à
Liège : Convention européenne des collectivités
territoriales, 2ème quinzaine de novembre
 : participation à la campagne 100 débats
contre l’OMC
Il passe par une action déterminée pour l’annulation
de la dette des pays en développement,
la suppression des paradis fiscaux et
la création de taxes glogales pour lutter réellement
contre la pauvreté. Attac participe à la
campagne “2005 plus d’excuses” pour les
“objectifs du millénaire” qui au rythme actuel
ne seront pas atteint avant l’an 2100.
Il passe également par la mobilisation à l’échelle
européenne contre l’adoption de la
directive Bolkestein, contre le processus de
Barcelone qui a pour objectif principal de
créer une zone de libre-échange autour de la
Méditerranée, et par l’adoption d’une
Convention des Attac d’Europe pour la
mise en oeuvre d’un Plan ABC pour l’UE. La
prochaine réunion mensuelle d’Attac Pays
d’AIX sera consacrée à ce thème. Après le
Forum social Méditerranéen.
Il passe enfin cet engagement par la mobilisation
contre les effets des politiques libérales
du gouvernement et des élus territoriaux
en France notamment dès le 4 octobre journée
de mobilisation sociale contre les mesures
du gouvernement lancée par les organisations
syndicales.
Bernard Lagune 27 septembre 2005


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1151 / 502149

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers  Suivre la vie du site Autres...  Suivre la vie du site Archives éditoriaux   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License