16 mars 2006 Information : le site était en panne depuis un mois et demi. Il re-fonctionne depuis aujourd’hui ! Nous commençons la mise à jour. Bonne lecture !

samedi 11 février 2006 par Bernard LAGUNE

EDITORIAL : “ATTAC PAYS D’AIX 2006 A L’ASSAUT DU LIBERALISME”
En guise de vœux commençons par
une belle envolée lyrique ! Mais ne
tardons pas à nous recentrer sur la
réalité. CNE (contrat de nouvelle
embauche), CPE (contrat de première
embauche), remise en cause de l’obligation
pour les communes de plus de 3500
habitants de disposer d’un parc de 20 %
de logement locatifs sociaux : le modèle
de « refondation sociale » français avance
à pas de géants. Dicté par le MEDEF, il a
reçu sa consécration avec la nomination
de M. Sellières à la tête de l’UNICE,
l’organisme patronal européen.
Avec un gouvernement aux ordres, le
maintien d’un taux de chômage élevé
(9 à 10%) permettant de baisser les
salaires et d’accroître la précarité,

Avec un gouvernement aux ordres, le
maintien d’un taux de chômage élevé
(9 à 10%) permettant de baisser les
salaires et d’accroître la précarité,
la baisse des impôts pour les plus riches,
la dépeçage du contrat de travail, du code
du travail et de la protection sociale, les
privatisations, la destruction programmée
des services publics (la propagande sur la
dette de la France n’a pour but que de
justifier la suppression de 25 % des
effectifs de la fonction publique et le
bradage des services publics), le MEDEF
peut se prévaloir d’une belle réussite.

Attention Bolkestein est de retour.

Avec notamment la directive Bolkestein,
l’UE apporte un sujet complémentaire de
satisfaction au grand patronat. Celle-ci met
en concurrence les législations, les
règlements, les normes et certifications,
les pratiques professionnelles en vigueur
dans les différents États de l’UE. Au lieu
de l’harmonisation sociale progressive que
l’on était en droit d’espérer pour réaliser
une véritable Europe unie, la directive
Bolkestein organise la guerre
économique entre les états et les peuples
d’Europe, la « haine » de tous contre tous.
Il faut y faire échec. Attac Pays d’Aix vous
appelle à un rassemblement le
11 février à 15 heures devant la mairie,
avant le vote par le parlement européen de
la directive Bolkestein qui aura lieu le
14 février à Strasbourg.

Europe - Pays ACP (Pays d’Afrique, des
Caraïbes et du Pacifique) : du
« partenariat » au marché « libéré des
obstacles à la concurrence »

La dynamique libérale de l’UE ne
concerne d’ailleurs pas que le « marché
intérieur ». On la retrouve dans les
relations avec les pays du Sud. De la
signature de la convention de Yaoundé
(Cameroun) en 1963 (entre la
Communauté économique européenne
(CEE) et 18 États africains et malgache
associés), à la Convention de Cotonou
(Bénin) le 23 juin 2000 (entre l’Union
européenne (UE) et 77 pays ACP
(d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique),
se dessine progressivement, une Europe
fer de lance de la mondialisation néolibérale,
dans un marché « mondial libéré
des obstacles à la concurrence ». Elle
impose la compatibilité de tout accord
avec les dérégulations voulues par
l’OMC. Bien entendu, la convention de
Cotonou ne remet pas en cause les
clauses de sauvegarde et les
mécanismes protectionnistes que les
Européens se sont octroyés, en
particulier dans le dossier agricole.

Cependant le Forum Social Mondial de
Bamako qui vient de se dérouler du 19
au 23 janvier, a montré qu’un mouvement
social actif se développe en Afrique pour
répondre aux besoins des populations,
sauvegarder leurs valeurs culturelles et
sociales, et résister à « l’implacable
logique des rapports de force qui
fondent le capitalisme ». C’est ce que
tentera de nous démontrer le 9 février au
Ligourès à 19 h, Anne-Cécile Robert,
journaliste au Monde Diplomatique,
auteur du livre au titre paradoxal :
« l’Afrique au secours de l’Occident ».

Les conséquences de ce modèle de
« refondation sociale » mondialisé, on
peut aussi en mesurer les effets à
l’échelon local. Un atlas social de la
région PACA révèle que 17,4% des
habitants de la région PACA vivent audessous
du seuil de pauvreté (décembre
2004), et un taux de chômage de 11,8%
(2ème trimestre 2005). La précarité est
en hausse à Marseille mais également à
Nice et à Aix du fait notamment de la
hausse des prix de l’immobilier.

Le chemin pour mettre en échec ce
modèle est néanmoins semé
d’embûches. Ainsi en 2005, Attac France
a perdu 5000 adhérents et Attac Pays
d’Aix une quarantaine (environ 10%). En
première analyse l’engagement d’Attac
pour le NON au référendum en serait la
cause principale. Attac paierait en
quelque sorte le prix de son efficacité.

Pourtant en raison de l’ordre de bataille
dispersé des forces susceptibles de
s’opposer au libéralisme, Attac continue
à avoir un rôle fondamental à jouer. C’est
pourquoi nous appelons tous nos
adhérents et sympathisants à adresser le
plus rapidement possible leur bulletin
d’adhésion pour 2006. L’assemblée
générale annuelle d’Attac Pays d’Aix
qui se tiendra le 9 mars devra permettre
de fixer nos choix pour qu’Attac se
développe comme force de dénonciation
et de proposition ouverte et
démocratique.

Bernard lagune


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1069 / 509928

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers  Suivre la vie du site Autres...  Suivre la vie du site Archives éditoriaux   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License