Les impasses de la mondialisation libérale... Comment en sortir ?

mardi 11 avril 2006 par Bernard LAGUNE

Editorial de la Lettre aux Adhérents n°43

L’IMPASSE DU MODÈLE EUROPÉEN DE LIBRE-ÉCHANGE.

DU « DROIT AU TRAVAIL » .....
AU « DROIT DE TRAVAILLER »

L’action conjuguée des gouvernements, des
organismes patronaux représentatifs, des
grandes firmes multinationales et de l’Union
Européenne, a pour objectif le maintien du
chômage à un niveau élevé et
l’accroissement de la précarité. Après le vote
du 29 mai la Commission européenne
poursuit inéluctablement la procédure
d’adoption de la directive Bolkestein,
symbole de dumping social et de destruction
des services publics. Le CNE, le CPE et la
batterie de mesures prises par le
gouvernement français qui ont pour objectif
de « flexibiliser » le marché du travail font
imploser le cadre juridique du CDI et le code
du travail. Elles illustrent le fameux « droit de
travailler » qui dans le « Traité Constitutionnel
Européen » remplace le « droit au travail »,
avec pour objectif de dynamiter « le droit du
travail ».
« La liberté s’arrête là où commence le droit
du travail », c’est ce qu’a déclaré la
présidente du MEDEF. Le patronat veut
pouvoir jouer sur le chômage de masse, la
précarité et la répression pour éteindre les
revendications salariales, rapprocher les
salaires d’embauche du SMIC quel que soit
le niveau de qualification, faire accepter le
non-paiement des heures supplémentaires..... Les contrats précaires exonèrent le patronat de certaines cotisations
sociales... Tous les moyens sont bons pour
faire baisser le « coût du travail ». Il s’agit de
détourner la valeur ajoutée au profit des
actionnaires et au détriment des salariés,
des jeunes à la recherche d’un emploi et
des chômeurs. Il s’agit d’une lutte contre
les chômeurs et non contre le chômage.

Le gouvernement français applique à la lettre
la « stratégie de Lisbonne » définie au sommet
de l’Union Européenne en 2000, qui est
censée « faire entrer l’Europe dans « l’ère de
la connaissance » (comme c’est bien dit !!!!).
Les recettes sont connues : « allègement des
charges fiscales et sociales », « fluidité du
marché du travail », « réforme des systèmes
d’indemnisation du chômage » ... Les
résultats sont au rendez-vous. Le chômage
ne connaît pas de répit et la multiplication
des fusions-acquisitions est annonciatrice de
dizaines de milliers de suppressions
d’emplois. Mais le CAC40 explose à la
bourse, les dividendes des actionnaires, les
revenus des dirigeants des grandes
entreprises et les profits s’envolent.

UN MOUVEMENT SOCIAL QUI CONFIRME LE VOTE DU 29 MAI ET LE REJET DES POLITIQUES LIBERALES

On a pu occulter le contenu politique de la
« révolte des banlieues ». On ne peut masquer
le ras-le-bol des politiques libérales exprimé
dans le mouvement actuel, par les étudiants,
lycéens, salariés ou chômeurs. Il jette une
lumière crue sur l’insécurité sociale qui résulte
des politiques de « dumping social » mises en
œuvre par l’Union Européenne et les États
membres dont la France. Elle légitimise le
rejet du TCE notamment auprès de tous les
jeunes qui participent au mouvement.

L’IMPASSE PLANÉTAIRE DE LA CROISSANCE
ET DU DÉVELOPPEMENT

Les modèles actuels de croissance
économique et de développement sont
destructeurs pour l’environnement et
générateurs d’inégalités sociales et mondiales.
C’est ce qui motive le combat des partisans de
la décroissance. Faut-il pour autant rejeter le
développement et le droit à la satisfaction des
besoins essentiels pour l’humanité entière ?
Comment changer ce modèle fondé sur le
libre-échange qui accable les plus faibles, pour
un modèle fondé sur la coopération et la
solidarité et respectueux des équilibres de la
planète. C’est la question posée au
mouvement altermondialiste. C’est le débat
que nous avons organisé le 7 avril en
collaboration avec le Cercle Condorcet, animé
par Jean-Marie Harribey. Si le constat semble
unanime, les solutions et les modalités de mise
en œuvre ouvrent un vaste champ à la fois
spéculatif et expérimental.

L’IMPASSE POLITIQUE DE LA 5ÈME RÉPUBLIQUE

Le pouvoir issu de la crise du 21 avril 2005
est aujourd’hui un pouvoir illégitime qui
accumule crises sociales et défaites
électorales.

Depuis 2002 se sont succédés :
• le mouvement pour la défense du système
de retraites par répartition en 2003
• les déroutes électorales de la majorité
parlementaire aux régionales, aux
cantonales et à l’élection pour le parlement
européen
• la gifle référendaire du 29 mai et le rejet
cinglant du Traité Constitutionnel Européen
• la révolte des banlieues mais aussi le
mouvement des intermittents du spectacles,
le mouvement des chercheurs, la poursuite
du mouvement des sans papiers, la crise du
logement.... ....
• la mobilisation générale de la jeunesse et
des salariés toutes générations confondues
contre le CPE, le CNE, le chômage et la
précarité.

Avec le comportement de la majorité, du
gouvernement et du Président de la
République depuis le début de la crise du
CPE, on atteint les limites de la démocratie
représentative et une déligitimation des
institutions politiques de notre pays et des
hommes qui les incarnent en premier lieu le
Président de la République.

Le vote du 29 mai comme le mouvement
contre le CPE, dessinent une évolution des
rapports de force en faveur des revenus du
travail et déplacent au sein des forces
sociales, les lignes de clivages entre
altermondialistes, libéraux et sociaux libéraux.
Pour avancer, il faut que la mobilisation
s’étende à tous les pays européens. Les
peuples de ces pays ont les yeux tournés vers
la France et la Confédération Européenne des
Syndicats soutient la lutte contre le CPE. La
lutte actuelle doit résonner comme un
avertissement pour ceux qui se présenteront
au suffrage des français en 2007 et 2008. Ils
doivent entendre l’exigence formulée par une
partie grandissante de « l’opinion publique »,
d’une alternative radicale aux politiques
libérales du gouvernement français et de
l’Union Européenne.

ATTAC saura le leur
rappeler.

Bernard Lagune


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 923 / 502050

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers  Suivre la vie du site Autres...  Suivre la vie du site Archives éditoriaux   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License