EDITORIAL : Vivent les Services Publics !

vendredi 26 mai 2006 par Bernard LAGUNE

C’est le nom d’une association
régionale dont Attac Pays d’Aix
est adhérente, qui s’est créée à la
suite d’une action pour le maintien du
bureau de poste de Vauvenargues et a
poursuivi et élargi son champ d’action.
Aujourd’hui elle a rejoint la
CONVERGENCE NATIONALE des
COLLECTIFS de Défense et de
Développement des Services Publics
organisatrice des importantes
manifestations de GUÉRET le 5 mars
2005 et de PARIS le 19 novembre 2005.
Ces collectifs ont la volonté d’associer
des Usager(e)s, des Élu(e)s, des
Salarié(e)s, des Organisations syndicales
et des Associations à la définition
collective des objectifs et au contrôle du
fonctionnement des Services Publics,
pour répondre aux besoins des
populations, aussi bien rurales
qu’urbaines, des centres villes et des
banlieues.

Il est en effet urgent d’interrompre les
processus de dérégulation et de
privatisation qui touchent à des biens
communs tels que l’éducation, la santé,
les transports (SNCF, SNCM, RTM...), la
poste, les communications, l’énergie,
l’équipement, la culture l’eau et plus
généralement, tous les secteurs relevant
des Droits Fondamentaux.
Le gouvernement français accélère ce
processus. Ainsi après le changement de
statut d’EDF, la séparation d’EDF et de
GDF en deux entités, la vente au groupe
Suez de la Compagnie Nationale du
Rhône, le projet de fusion entre GDF et le
groupe SUEZ livre l’entreprise nationale
GDF au privé et organise la concurrence
avec EDF. Avec la création du Réseau de
Transport d’Électricité : RTE, l’Etat
prépare la mise en concurrence des
grandes entreprises européennes de
production et de distribution d’électricité
alors que des coopérations et ladéfinition de politiques énergétiques
communes sont nécessaires au niveau
de l’Union Européenne pour assurer une
gestion économe des ressources de la
planète. Au lieu de cela la Commission
Européenne poursuit la procédure
d’approbation de la directive Bolkestein
qui a pour objet de livrer les services
publics à la concurrence.

Dans le domaine de l’eau, patrimoine de
l’humanité, 60 % des communes
françaises (80 % des usagers) ont
délégué sa distribution aux trois grands
groupes privés. Et lorsqu’une société
privée gère l’eau potable d’une
commune, les usagers paient une facture
en moyenne 27 % supérieure à la facture
d’une régie publique et jusqu’à 44 %
dans le cadre d’une intercommunalité
(*Mission d’évaluation de l’Assemblée
Nationale du 22 mai 2001).
Les mêmes politiques de dérégulation
s’appliquent avec des conséquences
beaucoup plus dramatiques dans les
pays du sud sous l’égide de l’OMC, des
négociations de l’AGCS et sous la
pression des institutions financières
internationales qui imposent les plans
d’ajustement structurels et le
remboursement de la dette aux pays les
plus pauvres. On vient de « fêter » les
50 ans du Club de Paris, qui regroupe
19 pays parmi les plus riches de la
planète, (dont la France), chargé chaque
fois qu’un pays pauvre ne peut plus
rembourser ses dettes, de négocier en
accord avec le FMI le maximum de
recouvrement de ses créances. Le Club
de Paris ne s’embarrasse pour cela
d’aucune considération sociale, ni du fait
que la dette n’ait pas servi les besoins de
la population. Attac Pays d’Aix a monté à
cette occasion une intervention théâtrale
de rue.

Bernard Lagune


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1076 / 502149

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers  Suivre la vie du site Autres...  Suivre la vie du site Archives éditoriaux   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License