ÉLECTIONS 2007 : ETAT D’URGENCE PLANETAIRE : votons pour une France solidaire !

mardi 16 janvier 2007

De nombreuses associations participent à cette initiative dont Agir Ici, les amis de la terre, le Crid , la Cimade, Survie, Attac, le CADTM etc.La liste des associations se trouvent en bas de chaque fiche et à la fin du document (en fichier joint)

En ce début du XXIème siècle, nous sommes en
état d’urgence planétaire. Le réchauffement de la
planète est avéré. Il va multiplier les catastrophes
qui laisseront sur leur passage des millions de
« réfugiés climatiques ». Les effets dévastateurs
d’une libéralisation incontrôlée entraînent un
accroissement des inégalités et une paupérisation
insoutenable qui nourrissent un fort sentiment
d’insécurité et, à l’instar des guerres et des
conflits armés, provoquent des migrations
massives. Discriminations, exclusion et répression
sont le quotidien des migrants, en particulier
de celles et ceux qui sont parvenus à franchir
le détroit de Gibraltar ou les barbelés de Ceuta
et Melilla. Au Sud comme au Nord, la prise
de conscience de l’interdépendance mondiale
est brutale.

Les violations des droits engendrées par la domination des logiques financières et commerciales
sur les droits humains et les normes sociales
et environnementales sont légion. La persistance
de régimes dictatoriaux soutenus par les grandes
puissances, dont la France, pour des considérations
géostratégiques ou économiques, accentue la
pauvreté et les tensions sociales. La souveraineté
des pays du Sud est bafouée par le fardeau
de la dette. Les paradis fiscaux et judiciaires
constituent un pilier du système financier international. La prolifération des armes et la prédation
des richesses naturelles généralisent l’insécurité,

attisent les guerres et alimentent une corruption
massive. La plupart des Etats du Sud ne sont pas
en mesure de maîtriser des entreprises multinationales puissantes qui se jouent des exigences
éthiques au nom du profit. La hantise du terrorisme
conduit à un renforcement des politiques sécuritaires qui remettent en cause les libertés et les
droits fondamentaux.

Pour l’avenir de la planète, la France se doit d’être
solidaire. Il en va aussi de son propre avenir.

Jouant un rôle primordial au sein de l’Union
européenne et des institutions internationales,
elle a des responsabilités majeures. La France
à laquelle nous aspirons n’est ni frileuse ni
arrogante. Elle doit promouvoir les conditions
d’un développement juste, basé sur le respect des
valeurs démocratiques, l’égalité d’accès aux droits
fondamentaux et le développement durable.
Elle doit impulser une remise en cause des
logiques de domination économique et politique.
Elle doit initier une réforme significative des
institutions internationales pour plus de transparence et une meilleure prise en compte des
intérêts des populations du Sud.

Mais c’est d’abord en France, à travers des politiques
publiques nationales, que se joue la solidarité
internationale. De la mise en oeuvre de modes
de production et de consommation d’énergie
durables au respect des droits des étrangers

- 
et à la lutte contre les discriminations et les
humiliations multiples - qui ont contribué
au déclenchement des émeutes des banlieues
défavorisées -, la dimension Nord-Sud est présente
dans toute la société. Ces questions doivent
être au coeur des débats des élections de 2007.

La solidarité internationale est une valeur que
nous portons. Elle est reconnue et soutenue par
l’opinion publique, comme le confirment plusieurs
sondages récents. En témoignent également
l’ampleur de la solidarité envers les victimes
du Tsunami, la demande d’éthique des consommateurs et l’essor du commerce équitable.
La solidarité internationale s’appuie sur des
pratiques citoyennes, de l’intervention locale
à l’action planétaire. Face au caractère structurel
des inégalités entre le Nord et le Sud, à l’individualisme et aux injustices, elle est aussi un
impératif parce qu’elle représente la seule réponse
durable aux enjeux du monde contemporain.

Dans un contexte marqué par la délégitimation
du politique aux yeux d’une partie importante
de l’opinion, nous militons pour une démocratie
plus participative, favorisant l’expression citoyenne.
Nous prenons part au « mouvement citoyen
mondial » et nous nous inscrivons dans la
dynamique des Forums sociaux pour élaborer
des alternatives. Nous proposons une autre
mondialisation, une mondialisation solidaire
basée sur la garantie de l’accès aux droits,
la satisfaction des besoins fondamentaux et le
respect de la planète. Acteurs de la société civile,
nous voulons peser sur l’élaboration des politiques
publiques. Acteurs de solidarité internationale,
nous pouvons témoigner de dynamiques locales
et nous nous faisons l’écho de nos partenaires du
Sud, directement affectés par des décisions prises
au Nord ou dans les instances internationales.
Dans le même temps nous défendons le rôle
de garants de l’intérêt général que doivent jouer
les pouvoirs publics.

Acteurs de la société civile française, nous lançons
une campagne citoyenne sur des questions
de solidarité internationale dans la perspective
des élections de 2007. Comme pour d’autres
actions communes, en faveur de l’annulation
de la dette ou la réalisation des Objectifs du
Millénaire pour le Développement par exemple,
cette mobilisation est le résultat de synergies
entre des associations de solidarité internationale,
des ONG de développement et d’urgence, des
associations de défense des droits humains,
environnementalistes et citoyennes.

Partout en France, nous favoriserons le débat
public pour sensibiliser les citoyen-ne-s.
Nous inviterons les médias à se faire l’écho de
nos initiatives et de nos propositions. Les candidats
aux élections présidentielle et législatives seront
interpellés sur leurs engagements.

Votre parti élabore son programme en vue des
élections de 2007 et se prépare à assumer des
responsabilités gouvernementales et parlementaires. Nous attendons qu’il porte des propositions
politiques courageuses, à la hauteur des enjeux
auxquels notre pays doit faire face. Nous serons
particulièrement attentifs à vos engagements sur
les revendications que nous portons et que nous
vous présentons dans ce dossier1. Nous vous
demandons de les intégrer dans votre programme
et de les mettre en oeuvre par la suite.

Face à l’état d’urgence planétaire, en 2007,
nous voterons pour une France solidaire.

Paris, le 15 mars 2006

Au sein du champ de la solidarité internationale, cette campagne est menée
en complémentarité avec la mobilisation de Coordination SUD sur la politique
française de coopération au développement et l’apport des organisations
de solidarité internationale au dialogue civil et à la vie associative.


titre documents joints

21 janvier 2007
info document : PDF
406.1 ko

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 819 / 509928

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers  Suivre la vie du site Dette Nord et Sud   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License