Compte Rendu Réunion de la commission Femmes, Genre et Mondialisation, ATTAC Pays d’Aix du Jeudi 5 Avril 2007

samedi 5 mai 2007 par Claudine Blasco

Ordre du jour :
1/ Désignation de la ou des animatrices de la commission
2/Point sur l’eau et les femmes et compte rendu de la réunion à Bruxelles de l’AMECE (Association Mondiale des Elus et citoyens pour l’Eau)
3/ Point sur la pauvreté , la précarité et les migrations
4/ Point sur le G8
5/ Participation à la soirée sur les migrations et la dette du 10 Mai 07 à Aix
6/ Point sur les femmes et le handicap
7/ Participation à l’Université d’été d’ATTAC à Toulouse

Présentes : Annick, Fatima, Yvette, Monique, Catherine, Murielle, Anne, Claudine
Excusées : Valérie, Claudette, Giliane, Rachel

1/ Ayant des responsabilités nationales et internationales,j’avais demandé depuis plusieurs réunions de réfléchir à mon remplacement à l’animation de la commission locale. Je les ai assurées que je continuerai à travailler régulièrement avec elles, tant le plaisir de militer ensemble est grand. Par notre diversité, nous nous sommes enrichies de nos différences et de nos savoirs, les unes et les autres ; et les recherches et les actions que nous menons depuis longtemps ensemble, dans un esprit d’amitié et de solidarité, me semblent déterminantes pour le mouvement altermondialiste et féministe.
J’ai donc la fierté et le plaisir de vous annoncer qu’une animation collégiale de la commission « femmes, genre et mondialisation d’ATTAC Pays d’Aix » a été mise en place , ce jour avec comme co-animatrices : Annick Riani, Fatima Mazari, Catherine Noireaut et Murielle Radix.

2/ Murielle a assisté à la réunion de l’AMECE à Bruxelles au parlement Européen du 18 au 20/03/07 : « Ce RDV s’inscrivait dans le cadre des 2 premières rencontres du Forum Mondial Alternatif de l’Eau initiés à Florence( 2003) et Genève, 2004 et qui posait déjà les jalons de l’eau comme patrimoine, bien commun de l’humanité, à évacuer de la sphère marchande ( AGCS, ALENA...) afin de rendre effectif l’accès de tous à ce bien social et culturel.
Il est à noter que la tenue de cette manifestation au sein du Parlement Européen est en soit remarquable, car elle est le signe d’une prise de conscience que l’eau est un enjeu majeur "d’une autre politique" de l’eau européenne, de la part d’un certain nombre de parlementaires européens (et notamment Verts). Cette politique est pour l’instant entièrement sous la coupe de la Commission européenne. Celle-ci oeuvre activement pour l’ouverture des services publics de l’eau notamment à l’étranger (Philippines, Maghreb, Amérique du Sud...) au système public-privé, en connivence avec les entreprises de l’eau françaises et européenne ( SUEZ, SAUR, Vivendi, Thames Water...).
J’ai suivi les débats concernant la participation des citoyens à la gestion de l’eau, les 2 derniers jours. Outre cette thématique, celle du financement des systèmes de gestion d’eau et d’assainissement ont été abordés. Environ 3000 personnes ont participé à ces journées.
Mes interventions ont portées sur plusieurs aspects, notamment économiques, environnementaux et démocratiques de la gestion de l’eau. J’ai ainsi lourdement insisté sur la difficulté d’accès aux sphères de décisions des citoyens et notamment des femmes quant à la gestion de l’eau :
je ne développerait ici que de celles portant sur les femmes :
- elles représentent plus de la 1/2 de l’humanité, 70% des pauvres de la planète ;
Or la pauvreté est un facteur prépondérant de l’absence d’accès à une eau potable et à un système d’assainissement.
Associées à l’eau à travers la dimension du "genre", elles ont la charge des tâches qui touchent de près ou de loin à cet élément auquel elles sont renvoyées : collecte et "assainissement" (filtre, faire bouillir l’eau) pour :
- l’hygiène et la santé, dans le cercle familial ou dans le cadre professionnel ( soins corporels, soins enfants et aux malades ) : 80% des maladies du Sud sont des maladies hydriques.
- domesticité : nettoyage domestique , confection des repas, propreté du linge, eau pour se désaltérer.
- production vivrière : plus de la 1/2 des la production vivrière mondiale est produite par elles.
- par ailleurs, quand elles n’ont pas réussi à approvisionner leur foyer en eau, les violences qui leur est faite augmentent ( pays en guerre, sous tension politique, sècheresses...)
Si elles peuvent décider de la manière dont elles répartissent l’eau qu’elles ont récoltée ou l’argent du ménage consacré à la satisfaction des besoins de base ( investir 1E pour que la famille puisse boire ? ou manger ? ou acheter les médicaments ?), elles ne sont en revanche pas admises dans les instances de décisions de gestion de l’eau à quelque niveau que se soit.
Au cours des plénière et des ateliers, nous étions plusieurs femmes de différents continents à défendre l’idée que les femmes doivent accéder aux sphères de décisions au niveau local, national et international.
Cependant, lors de la restitution des débats puis des conclusions générales de l’AMECE, ces questions n’ont quasiment pas été reprises, à une exception près ( remerciement au seul rapporteur Africain qui a évoqué rapidement ce sujet).
J’ai alors repris la parole pour souligner l’insuffisance de cette thématique dans les conclusions de ce travail collectif, eu égard à l’enjeu à la fois humain, démocratique et économique soulevé.
Puis j’ai demandé que l’Assemblée intègre les points de la représentation des femmes dans la gestion de l’eau et qu’elle marque un soutien ferme aux femmes, dans cette dimension.
Les orateurs dont Ricardo Petrella ont acceptés devant l’Assemblée d’ intégrer ces requêtes aux conclusions finales de l’AMECE. »

De même Murielle suit la création de l’association EAU (Elus, Associations et Usagers pour l’eau) dans notre région à l’initiative du maire de Varages : Michel Partage, que nous avons rencontré dernièrement lors de la réunion internationale sur l’eau organisée à Marseille, par la Fondation France Libertés et le Conseil Régional. « Cette association EAU, créée en Février, a pour but le retour en régie de l’eau potable et pose l’eau non seulement comme patrimoine commun mais aussi comme droit humain .Elle se compose au 3/4 d’élus, tous niveaux confondus : députés européens, élus CG, CR, maires de grandes, petites et moyennes communes. Cet éventail permet de fournir des exemples concrets et pertinents de responsables de collectivités de toutes tailles, en milieu rural ou urbain, qui ont menées des luttes victorieuses pour s’affranchir de la DSP afin de revenir en régie.
Ces exemples peuvent fournir des réponses claires et déterminantes, aux élus qui hésitent à basculer en régie, du fait de la taille de leur communes ou des difficultés administratives, juridiques, et techniques à surmonter, et peut les aider à passer le cap du retour en régie.
Les élus du CA sont de tous bord : PS, PC, verts, de la majorité actuelle...
Un appui ferme des asso au sein de cette nouvelle structure sera déterminant pour la pression citoyenne à exercer pour le retour en régie sur les cas concrets ; questions autour de la démocratie participative et de l’ouverture auprès des citoyens.
Création d’un guide de l’élu pour le retour en régie de l’asso EAU.
Les convergences me paraissent très nombreuses sur le fond ( en terme politique social et sociétal) ; il y a un gros travail de mutualisation des forces à faire auprès des élus et des citoyens sur le basculement en régie tant au plan national - dans un premier temps, qu’international - dans un second temps-, afin de s’affranchir de la DSP et remettre l’eau sous contrôle des citoyens. »

En conclusion notre commission mandate Murielle pour proposer au Ca d’ATTAC Pays d’Aix de participer à l’association EAU, va demander qu’elle puisse intervenir à l’Université d’été d’ATTAC France pour présenter la problématique des femmes et de l’eau, l’invite à participer à la prochaine réunion de la commission nationale « genre » pour présenter ses travaux.
Nous ouvrons un axe de travail sur l’eau , l’AGCS et les Biens Publics Mondiaux et le suivi des opérations du Conseil Mondial de l’Eau dont le siège est à Marseille, qui est le conseiller du FMI et de la BM.

3/ et 4/ La pauvreté des femmes est souvent invisibilisée car on ne parle que de la pauvreté des ménages. 0r autant localement que mondialement les femmes sont les premières victimes de la violation la plus massive des droits humains : la pauvreté, surtout si elles sont mères célibataires, jeunes, migrantes, handicapées ou âgées .
La pauvreté c’est la privation des droits fondamentaux, économiques et sociaux comme le droit à une alimentation saine et équilibrée, à l’eau, à l’énergie, à un environnement sain, au logement, à l’éducation, à la santé, au travail, à un salaire décent.....
Nous menons déjà des analyses (Féminisation des migration) et des actions (FSMMigrations, collectif Marseillais du FSMM, Charte Mondiale des Migrantes et des Migrants...) sur les migrantes que nous portons localement (participation à la réunion du 10 Mai 07 à Aix, collectif marseillais FSMM), nationalement (participation au CS ATTAC France dans le groupe Migration, interventions à Nice le 29 Mai 07, à Lyon le 2 Juin 07) et internationalement (création du réseau international de soutien aux femmes migrantes en Mai 2005 avec la MMF, intervention du 4 au 14 Mai 07 à la rencontre internationale des migrant-e-s latino-américain-e-s au Mexique, intervention au sommet alternatif du Contre G8 à Rostock début Juin 07 , préparation du 3ième FSMMigrations de Juin 2008 à Madrid).

Au nom d’ATTAC France, j’organise un atelier au sommet alternatif du contre G8 intitulé « Pauvreté des Femmes ». J’ai mis en place un réseau européen des ATTAC pour travailler sur ce sujet. Et je participe à un livre européen des ATTAC sur les migrations. Il m’a été demandé de participer à un groupe de recherche européen plus large formé de chercheurs et d’économistes sur les migrations en Europe, prochaine réunion les 28 et 29 Juin en Slovénie.
Une grande partie de notre travail converge sur ce thème de pauvreté que ce soit sur les femmes et le travail domestique, les discriminations à l’emploi , aux salaires, aux retraites, le manque de services publics, le handicap, les migrations , la prostitution , le trafic et la traite, et même l’eau. Ce thème sera donc le fil conducteur de notre travail cette année.

5/ Etant donné le changement de date de la réunion publique d’ATTAC Pays d’Aix sur les migrations et la dette prévu initialement en Avril et reporté en Mai, pendant que je serai au Mexique, Murielle y présentera la problématique de la pauvreté, des migrants et du G8 , Fatima, Annick et Catherine y présenteront notre travail au FSMMigrations ainsi que la charte Mondiale des Migrant-e-s.

6/ Fatima fait un travail remarquable sur le handicap depuis de nombreuses années que peu d’altermondialistes et de féministes connaissent. Nous avons décidé donc de consacrer tout un week end à travailler sur le handicap et les femmes, lié à la pauvreté, aux discriminations, à l’accès aux services publics (éducation, santé....), aux textes internationaux et aux lois nationales existantes, afin d’élaborer une analyse écrite que nous présenterons à ATTAC localement et nationalement , ainsi qu’aux autres instances qui pourraient être intéressées par notre étude. Fatima, Annick, Catherine , Murielle se retrouveront chez moi les 9 et 10 Juin prochain pour réaliser ce travail. Fatima et Annick préparent une trame de présentation.

7/ Nous participerons à l’Université d’été d’ATTAC France à Toulouse, du 24 au 28 Août.
Murielle interviendra dans l’atelier sur les femmes et les services publics et moi sur les inégalités . Nous organiserons du covoiturage pour que toutes celles qui le veulent puissent y participer. Des logements militants seront recherchés.

Avec tous mes encouragements aux nouvelles animatrices et toute mon amitié et ma gratitude à celles et à ceux qui depuis de longues années travaillent avec moi dans la commission. Claudine Blasco


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 565 / 503544

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ARCHIVES  Suivre la vie du site Groupes thématiques  Suivre la vie du site Archives des groupes thématiques  Suivre la vie du site Commission femmes, genre et mondialisation   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License