Accueil > Dossiers > Travail, Retraite > Travail, Retraite

Travail, Retraite

Articles de cette rubrique


Les retraites façon Macron : le piège des comptes notionnels |16 mars 2017| Par Les Économistes Atterrés Blog : Le blog de Les Économistes Atterrés sur Médiapart (Travail, Retraite)

vendredi 17 mars 2017

Jean-Marie Harribey, membre du comité d’animation des Économistes atterrés, analyse le système des « comptes notionnels », au coeur de la réforme des retraites promise par le candidat Emmanuel Macron. C’est un prolongement logique des réformes réduisant les droits sociaux mises en place ces dernières années.



Revenu d’existence universel : un état des lieux jeudi 2 mars 2017, par Christiane Marty, Daniel Rome, Esther Jeffers, Huayra Llanque, Jean-Marie Harribey (Travail, Retraite)

lundi 6 mars 2017

Le revenu universel refait surface en France dans le débat politique à l’occasion de l’élection présidentielle, alors que dans ce pays parmi les plus riches de la planète la pauvreté s’étend. Les minima sociaux sont très bas [1] et n’ont subi aucune revalorisation significative depuis le début du quinquennat de François Hollande. Le RSA est de 535,17 € par mois pour une personne seule, 802,76 € avec un enfant, 963,31 € avec deux enfants, et 214,06 € par enfant supplémentaire. Même s’il est cumulable avec l’allocation logement, le total reste inférieur au seuil de pauvreté équivalent à 1000 € par mois. Le RSA pour un couple sans enfant de 802,76 € est inférieur à deux fois le RSA pour une personne seule, en raison de sa non-individualisation. [2] Et plus du tiers des ayants droit au RSA n’y ont pas recours, tandis que les jeunes de 18 à 25 ans sont quasiment exclus du dispositif. Les inégalités ont augmenté tandis que le chômage a fortement progressé et que les pratiques d’ubérisation [3] sont apparues. Les politiques publiques construites sur la théorie de l’offre (cadeaux aux grandes entreprises sans contrepartie) ont donc aggravé la situation de millions de gens. Nous avons aujourd’hui en France et dans l’Union européenne une situation insoutenable. En France, 8,8 millions de personnes vivent avec moins de 1000 euros par mois, le nombre de personnes sans emploi est selon les statistiques entre 3,5 millions et 6 millions, et un très grand nombre de chômeurs sont des chômeurs de longue durée et ne perçoivent aucune allocation.



Il faut choisir entre revenu minimum et salaire minimum par Jean-Marie Harribey dans blog d’alternatives économiques (Travail, Retraite)

lundi 27 juin 2016

Au lendemain de la votation citoyenne en Suisse (5 juin 2016) sur le projet de création d’un revenu inconditionnel, de nombreuses voix se sont exprimées en France afin de poursuivre la campagne en faveur de cette mesure. De Libération (7 juin 2016) au Progrès social (7 juin 2016 et 11 juin 2015), éditoriaux et articles faisaient chorus. Ils rejoignaient, à gauche, des convertis de longue date à Mouvements, Politis, Charlie Hebdo, L’Âge de faire, et, ailleurs, beaucoup de magazines où la séduction opère également, Sciences humaines, Socialter, Terra éco …, et même Capital commence à s’émouvoir de la chose. Autour d’Alternatives économiques, personne n’est d’accord



Petit guide contre les bobards de la loi Travail Les 8 bobards de la loi Travail mardi 22 mars 2016, par Attac France (Travail, Retraite)

mardi 22 mars 2016

« Il est temps d’agir et il faut agir de façon extrêmement musclée », a déclaré Pierre Gattaz le 15 décembre dernier lors d’une conférence de presse. Sur le chômage il faut agir « aussi sérieusement qu’on a traité les attentats terroristes, c’est-à-dire avec un état d’urgence économique pour la croissance et pour l’emploi ». Un mois et demi plus tard était publié le projet de loi Travail qui reprend l’essentiel des exigences du Medef. Et pas seulement : François Hollande « se sait sous surveillance de Bruxelles et de Berlin quant aux réformes – « on coche une case », plaisante-t-il parfois » (Les Échos, 17 mars 2016).



"La réforme du Code du travail ne fera pas loi " texte collectif* - L’Humanité jeudi 3 mars 2016 (Travail, Retraite)

jeudi 3 mars 2016

Le projet El Khomri doit être retiré. Non pas reporté, retiré. Son article premier suffit à le disqualifier, lui qui subordonne les droits et libertés des salariés au « bon fonctionnement de l’entreprise ». Il scelle la remise en cause historique, théorique, juridique d’un siècle entier de Code du travail.



Le droit du travail deviendrait-il le droit du capital ? par Jean-Marie Harribey blog d’Alternatives Economiques (Travail, Retraite)

lundi 29 février 2016

Le rapport Badinter dont j’avais rendu compte ici le 25 janvier 2016 (« Rapport Badinter : le diable est dans les détails » a bien rempli son office : préparer et justifier le projet de loi présenté par Myriam El Khomri sur le Code du travail.[1] L’article 1er du rapport Badinter le laissait entendre clairement : le « bon fonctionnement de l’entreprise » peut être mis au même rang que le respect des libertés et des droits fondamentaux. Le projet de loi le reprend en préambule et il s’apprête à parachever toutes les remises en cause du droit du travail qui ont été faites depuis maintenant plus de trois décennies, et dont les idéologues libéraux appelaient la poursuite ces derniers mois : précédant le rapport Badinter, celui de Jean-Denis Combrexelle remis le 9 septembre 2015 accompagnait l’offensive menée sans relâche par le Medef. L’étape supplémentaire que constitue la loi El Khomri marque ainsi la victoire du patronat des grandes entreprises et de leurs actionnaires.



Petition en ligne contre la réforme du travail : Loi travail, non merci ! Continuons à signer ! (Travail, Retraite)

samedi 27 février 2016

Continuons à signer cette pétition pour atteindre le million de sigaatures ou plus !
Aujourd’hui 713.105 signatures
- Le site "loi du travail, non merci" qui recense par des tableaux très clairs les points les plus contestables de la réforme présentée par Myriam El Khomri

Texte de la pétition :
La ministre du travail propose une réforme qui transforme en profondeur le code du travail.

Parmi les éléments proposés dans le projet actuel

- La pétition



Droit du travail : une réforme directement inspirée de propositions du Medef et de la droite Par Samuel Laurent et Pierre Breteau dans Le Monde | 19.02.2016 | (Travail, Retraite)

samedi 20 février 2016

Source de l’article

« Bienvenue à droite, Myriam El Khomri », souhaitait ironiquement, jeudi 18 février sur Twitter, l’élu (Les Républicains) Pierre-Yves Bournazel à la ministre du travail socialiste. Une manière de souligner que la réforme portée par Mme El Khomri, et qui fait bondir à gauche, correspond en grande partie à des idées défendues par la droite.
Et à regarder le détail de ce que prévoit la loi, difficile de donner tort à M. Bournazel. On y retrouve la majorité des réformes dans les projets des Républicains ou dans les recommandations des organisations patronales, à commencer par le Mouvement des entreprises de France (Medef).



Analyse détaillée des 61 mesures du rapport Badinter |29 janv. 2016 par Gerard Filoche dans son blog sur Médiapart (Travail, Retraite)

mercredi 3 février 2016

Le rapport remis le 26 janvier par la commission Badinter signe la condamnation à mort du code du travail construit depuis un siècle.

Bien que le président de la commission, Robert Badinter, ait cru sans modestie devoir écrire qu’il s’agissait d’une « difficile entreprise » et d’une « mission complexe qui n’aurait pu être réalisée dans les brefs délais impartis au comité si ses membres n’avaient pas fait preuve d’une ardeur égale à leur compétence reconnue », un élève de terminale aurait pu sans difficulté opérer en moins de temps ce qui, pour l’essentiel, n’est que le copier-coller des 50 articles « fondamentaux » déjà écrits par le tandem Badinter/Lyon-Caen il y a plus de six mois.



Rapport Badinter : le diable est dans le premier article par Jean-Marie Harribey (blog d’Alternatives Economiques) (Travail, Retraite)

vendredi 29 janvier 2016

Le rapport Badinter au Premier ministre rassemble « Les principes essentiels du droit du travail » en 61 articles. L’article 1er en résume la philosophie : « Les libertés et droits fondamentaux de la personne sont garantis dans toute relation de travail. Des limitations ne peuvent leur être apportées que si elles sont justifiées par l’exercice d’autres libertés et droits fondamentaux ou par les nécessités du bon fonctionnement de l’entreprise et si elles sont proportionnées au but recherché. »

La première phrase de l’article exprime clairement la garantie des libertés et droits fondamentaux du travail. La seconde phrase soumet cette garantie à deux conditions



Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 531492

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers  Suivre la vie du site Travail, Retraite   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License