Accueil > Attac dernières > Attac dernières

Attac dernières

Articles de cette rubrique


ATTAC AU LIGOURES : « 72 ans de congés payés : Merci Léon ! » avec un documentaire sur l’histoire des congés payés de 1936 à nos jours (Les rendez-vous d’Attac)

jeudi 19 juin 2008

Au moment où nous voyons le socle des conquêtes sociales remis en cause, et,
assistons à la "monétisation" de la RTT, il est salutaire d’évoquer certaines victoires
dans les luttes d’émancipation liées au travail, et de constater que l’économie peut
supporter le progrès social quand il y a une volonté politique.

Le documentaire "Les congés payés" relate l’épisode joyeux que furent les premiers
congés payés.
Suite à une grève qui rassemblait, début juin, un million de travailleurs, les accords
de Matignon sont signés le 7 juin 1936 sous le gouvernement de Léon Blum entre
le patronat, la CGT et l’État.
Le 11 juin, Maurice Thorez, secrétaire général du parti communiste, lance son célèbre
“Il faut savoir terminer une grève”.
Les ouvriers obtiennent des contrats de travail, ne peuvent plus être licenciés sans
l’autorisation de l’inspecteur du travail et les salaires sont augmentés de 7 à 15 %
selon les secteurs. Outre la liberté d’exercice du droit syndical, ils obtiennent la semaine
de quarante heures et quinze jours de congés payés par an. Ainsi était reconnu le droit
au repos.
La loi sur les congés payés est promulguée le 21 juin et une circulaire du 1er juillet
la rend immédiatement applicable.
Pour faciliter les départs en vacances, le gouvernement négocie avec la Compagnie
des chemins de fer la création d’un “billet de congé annuel”. Durant l’été, les premiers
trains filent vers la mer. 500 000 personnes en profitent. Les routes se couvrent de motos,
de vélos, de tandems....
Avec l’apparition du temps libre, Léo Lagrange, secrétaire d’état aux sports et aux loisirs,
crée des stades communaux et imagine les Auberges de jeunesse.



Programme

La fête d’Attac 13 “Soyons réalistes, un autre monde est possible !” (Les rendez-vous d’Attac)

Réservez votre samedi 14 juin !
samedi 14 juin 2008

De 14h00 à l’aube
Les comités locaux des Bouches du Rhône
Aix, Arles, Gardanne, La Ciotat et Marseille
fêtent les 10 ans d’Attac au parc de Valabre à Gardanne.

Nous allons faire de cette fête un événement !

De nombreuses personnalités et acteurs locaux participeront au débat qui comportera
trois parties ( deux l’après-midi, une le soir) axées sur le thème central d’Attac :
Construire un monde Solidaire, Ecologique et Démocratique avec comme fil conducteur
la guerre idéologique.

Seront présents le 14 juin : Geneviève Azam, conseil scientifique et membre du CA d’Attac,
Paul Ariès, politologue, écrivain et partisan de la décroissance, Jean Pierre Cavalié la Cimade,
Agnès Fréhel, rédactrice de Zibeline, Julien Lusson conseil scientifique d’Attac, Roger Martelli,
Fondation Copernic, Dominique Plihon, président du Conseil Scientifique d’Attac, Claude Quemar,
CADTM France, Pierre Rimbert, journaliste au Monde Diplomatique, et des acteurs de luttes et de résistances locales (RESF, syndicaliste de Carrefour ou ST Micro, militant anti-incinérateur...).

Mai 68 sera aussi évoqué au cours de la fête à travers des clins d’œil.

Comme chaque année concerts, stands associatifs, atelier pour les enfants,
restauration et buvette vous seront proposés.



ATTAC AU JAS : « Une politique de dépolitisation Le citoyen face à la théorie économique libérale (Les rendez-vous d’Attac)

mardi 3 juin 2008

Au fur et à mesure qu’avance l’intégration économique internationale, de plus en plus de décisions économiques fondamentales sont soustraites au débat démocratique. Cette dépolitisation est légitimée par un discours néo-libéral d’autant plus persuasif qu’il prétend se fonder sur un savoir « scientifique » : la théorie économique libérale.

Le recours à la théorie économique est supposé permettre un choix « technique » (apolitique) selon des critères d’« optimalité ». L’astuce de ce discours consiste à affirmer que la science économique permet d’identifier des politiques « optimales ». Par conséquent, aucune politique alternative ne serait justifiable - ni économiquement, ni éthiquement.

L’intervention vise à donner des clés de compréhension des mécanismes de cette « politique de dépolitisation ». Ainsi, une analyse économique réaliste fait réapparaître le caractère indispensable du choix politique. L’imposture néo-libérale devient alors évidente : la supposée inexistence d’alternatives politiques découle directement des hypothèses biaisées et profondément irréalistes de la théorie économique libérale. La « re-politisation » des décisions économiques devient alors un facteur de liberté. Elle constitue la condition préalable à toute formulation d’alternatives.



Programme de l’Après-midi de solidarité avec le peuple palestinien à la MMSH (Les rendez-vous d’Attac)

Tract en document joint à distribuer sans modération
samedi 17 mai 2008

15 MAI 1948 : CRÉATION DE L’ETAT D’ISRAEL
60 ans d’injustice pour les Palestiniens qui attendent toujours leur Etat.

La date du 15 Mai 1948 symbolise à elle seule le conflit israélo-palestinien. Ce jour-là, les
Israéliens fêtent la création de leur État, mais pour les Palestiniens, ce jour signifie une
catastrophe (“Nakba”).

En effet, c’est à cette époque que 700 000 Palestiniens ont été chassés de leur terre sans
droit au retour, jusqu’à maintenant. Ces réfugiés et leurs descendants vivent toujours dans des
conditions précaires (souvent dans des camps des Nations-Unies), en Cisjordanie, à Gaza ou
encore au Liban et dans d’autres pays arabes.
Les Palestiniens qui ont pu rester dans les frontières du nouvel État ne bénéficient toujours
pas des mêmes droits que le reste de la population. Ceux qui habitent la Cisjordanie sont plus
ou moins occupés (plutôt plus que moins) depuis 1967, malgré l’existence d’une Autorité
palestinienne depuis 1994.



ATTAC AU LIGOURES : Restructurations et délocalisations ou comment la logique financière des "investisseurs" détruit l’emploi avec des extraits du film de Marcel Trillat « Silence dans la vallée » (Les rendez-vous d’Attac)

jeudi 15 mai 2008

Dans les années 70, une quarantaine d’usines tournaient à plein régime dans la vallée de la Meuse dans les Ardennes. L’entreprise Thomé Génot était de celles-là. Entreprise familiale, fondée en 1855, elle était devenue, au cours du 20ième siècle, le leader mondial des pôles d’alternateurs pour l’industrie automobile.

Mise en liquidation judiciaire en 2004, elle est reprise par le groupe Catalina, basé à Los Angeles. Progressivement, le repreneur renie tous les engagements annoncés au moment du rachat et se livre à un véritable « pillage » financier de l’entreprise.

En 2006, l’entreprise est à nouveau liquidée.

Le film témoigne de la révolte et du combat des salariés licenciés ; ouvriers, cadres et anciens dirigeants s’expriment sur ce qui faisait la fierté de leur métier et retracent les étapes du processus qui a conduit à la disparition de leur savoir-faire.

Au-delà de l’humiliation, de la révolte et du chômage, les paroles recueillies illustrent aussi la mutation du capitalisme familial et industriel en un capitalisme financier et mondialisé.



Défendons les services publics !Attac 13 appelle ses adhérents et sympathisantsà manifester jeudi 15 mai à 10h30 au vieux port à Marseille (Les rendez-vous d’Attac)

jeudi 15 mai 2008

Les services publics doivent satisfaire aux besoins fondamentaux
des populations en matière d’accès aux transports, aux énergies,
à l’eau, aux moyens de communication, à l’enseignement, à la culture,
à l’information et ce quelles que soient les contraintes géographiques.
Ils sont la garantie d’une équité de traitement pour tous
.

Révision générale des politiques publiques (RGPP)
Initiée dès l’été 2007, la RGPP vise essentiellement à réduire les dépenses publiques
avec externalisation, privatisation, sous-traitance, abandon de missions, création d’agences...



ATTAC AU LIGOURES : Les combats de Gisèle Halimi : De l’anticolonialisme à "la clause de l’européenne la plus favorisée" (Les rendez-vous d’Attac)

avec des extraits du documentaire « Gisèle Halimi, l’insoumise »
mardi 6 mai 2008

Ce documentaire montre l’engagement de Gisèle Halimi et certaines de ses batailles juridiques, médiatiques, politiques au service de la liberté des peuples et des femmes.

Jeune avocate au barreau de Tunis, elle défend ceux qui luttent pour l’indépendance
de son pays d’origine, la Tunisie. Elle défendra aussi ceux qui luttent pour l’indépendance
de l’Algérie dénonçant au risque de sa vie, les tortures pratiquées par l’armée française.
Plus récemment, elle a pris la défense de militants palestiniens.

Elle milite en faveur de la dépénalisation de l’avortement, et fait du retentissent procès
de Bobigny en 1972, une tribune contre la loi de 1920.

Depuis 2005, avec l’association Choisir la cause des femmes, elle conduit un travail
sur la « clause de l’ Européenne la plus favorisée ». Il s’agit de retenir dans les différents
pays membres, les dispositions les plus favorables aux femmes, pour en faire le socle
de la législation européenne.
Cet outil d’harmonisation par le haut, permettrait, à la veille des élections européennes
de 2009, de montrer que l’Union Européenne n’est pas uniquement marchande, mais
aussi porteuse de valeurs.

Gisèle Halimi est également un des membres fondateurs d’ATTAC.

Une telle ardeur militante ne peut qu’encourager les militants d’aujourd’hui !!



ATTAC AU LIGOURES : Au carrefour de l’exploitation des travailleurs de la grande distribution avec le documentaire « les coulisses du hard discount » et l’intervention de délégués syndicaux (Les rendez-vous d’Attac)

jeudi 17 avril 2008

Il y a quelques semaines, en février dernier, la première grève nationale intersyndicale des salariés de la grande distribution faisait la une de l’actualité sociale. Au Carrefour Grand Littoral de Marseille, cette grève a duré 16 jours.

Personne ne peut plus ignorer ce que sont ces emplois de caissières, manutentionnaires, employés de rayon : faibles rémunérations, écarts grandissants entre les dividendes versés aux actionnaires et les salaires des employés, précarité, flexibilité, pénibilité, horaires imprévisibles, temps partiel contraint, répression syndicale, pressions en tout genre...

Née sur le terreau du néo-libéralisme, cette exploitation sociale s’exerce un peu partout en Europe. Le reportage "les coulisses du hard discount" nous montre comment ce système, de plus en plus florissant auprès de nombreux consommateurs, repose sur l’exploitation de la main-d’oeuvre, surtout féminine. Le "bonheur" du consommateur doit-il se faire sur le malheur du salarié ? Consommateur, citoyen, salarié, n’est-ce pas souvent une seule et même personne ?

Après une présentation des conditions de travail dans la grande distribution et la projection de ce documentaire, des délégués syndicaux de l’enseigne Carrefour nous parleront de leurs revendications et mobilisations.



Tract : Un militant des Droits de l’Homme en garde à vue pendant 18 heures à Aix pour avoir distribué des tracts sur la voie publique ! (Les rendez-vous d’Attac)

RASSEMBLEMENT DE PROTESTATION devant la mairie d’Aix à 18 heures
lundi 7 avril 2008

En document joint le tract à distribuer :
RDV samedi à 10h, Allées Provençales côté Rotonde
dimanche 10h, marché d’Encagnane

et diffuser autant que possible...



ATTAC AU JAS : Comment la crise de la pêche au Sénégal force à l’émigration avec le documentaire "Partir ou mourir" du CADTM (Les rendez-vous d’Attac)

mardi 1er avril 2008

Ce documentaire fait le lien entre les migrations et les problèmes de la dette,
les APE et tout particulièrement les accords bilatéraux sur la pêche entre l’UE
et le Sénégal.
— -
Après que l’Union Européenne ait déployé un dispositif quasi-militaire le long des côtes
andalouses, pour combattre l’arrivée de clandestins en provenance d’Afrique, les routes
de la migration se sont tournées vers le Sud.

Aux "pateras" qui visaient les rivages andalous, ont succédé des pirogues, de plus
de 100 places, qui s’élancent des côtes mauritanienne et sénégalaise vers les Iles Canaries,
porte d’entrée en Espagne.

Un nombre important de ces clandestins viennent d’une commune de pêcheurs de la banlieue
de Dakar. En effet, depuis les années 80, ne pouvant plus vivre de la pêche, des jeunes, des
dizaines de milliers par an, sont prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe, et certains
anciens pêcheurs deviennent passeurs.

Le film "Partir ou mourir" nous fait découvrir les conditions de vie sans espoir de ceux
qui veulent partir et qui dénoncent leur gouvernement ainsi que les gouvernements du
Nord qui pillent leur pays depuis plusieurs siècles à travers l’esclavage, la colonisation,
la dette, les accords de pêche et maintenant les APE.



Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 551012

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Attac dernières   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License