L'ASSEMBLEE


Séance jeudi 30 novembre à 20 h
Espace de l'Huveaune
Chemin Noël Robion


Film de Mariana Otero


En accompagnant le mouvement de Nuit debout, la documentariste a réalisé un film passionnant, qui atteste d'une soif de démocratie. L’Assemblée, de Mariana Otero, présenté par l’Acid (l’Association du cinéma indépendant pour sa diffusion), commence à peu près comme 120 battements par minute, le film de Robin Campillo en lice pour la Palme. À Act Up-Paris, un militant explique aux nouveaux venus les codes de la réunion hebdomadaire, comment y intervenir ou manifester son approbation. Déjà, à l’époque, l’association cherchait à rendre la prise de parole fluide et efficace. Et donc créer un espace véritablement démocratique. Vingt-cinq ans plus tard, les différents signes en vigueur à l’assemblée générale de Nuit debout ne sont pas tout à fait semblables, mais l’intention est la même. Mariana Otero a filmé jour après jour, sur la place de la République, ce mouvement né dans le sillage des manifestations contre la loi travail, en 2016 : Nuit debout. La cinéaste, passionnée par ce à quoi elle assistait, a choisi un angle de vue dans la profusion des initiatives prises, des commissions naissantes : l’assemblée générale. Parce que c’est là que convergent toutes les revendications, les interpellations, les réflexions. C’est aussi le lieu du débat le plus ouvert à l’aléatoire, donc le plus difficile à organiser. C’est ainsi qu’un film est né dans l’improvisation des événements, contrairement à tous ceux qu’a réalisés Mariana Otero (Histoire d’un secret, Entre nos mains, À ciel ouvert…). Pas seulement des images captées : un documentaire construit, qui entre dans l’intimité d’un collectif, avec un regard porté sur ce qui se cherche – or, Nuit debout a été une expérimentation à ciel ouvert. Une place noire de monde, donc ; la plupart des présents sont assis, mais beaucoup restent debout tout autour ; de la pluie, une pluie récurrente, pénétrante, toujours inopportune en ce mois d’avril qui a commencé le « 32 mars » ; et des gens qui se saisissent du micro. Quelques têtes connues au début du film – Monique Pinçon-Charlot, Lordon, Ruffin – et, ensuite, surtout des anonymes. Progressivement, le spectateur se familiarise, dans cette foule mouvante, avec les visages de ceux qui sont en charge de l’organisation de l’assemblée. Des trentenaires pour la plupart, qui se posent toutes les questions possibles pour la faire vivre au mieux. Et les questions changent au fur et à mesure que dure le mouvement. Le micro doit-il être ouvert à tout le monde, au risque que l’assemblée soit sans fin ? Parlons-nous en tant que Nuit debout ? Faut-il alterner les prises de parole entre ceux qui sont engagés dans le mouvement et les individus qui passent ? Deux minutes de temps accordé, n’est-ce pas trop court et contradictoire avec le refus du temps segmenté ? Comment écrire un communiqué à plusieurs ? Ce type d’interrogations reviennent presque en boucle sur cette place de la République, redevenue un temps une vraie place de la chose publique. L’assemblée de Nuit debout, c’est le mythe de Sisyphe. Un chantier immense, toujours inachevé : la réinvention de la démocratie. Rien de moins. Le film de Mariana Otero le raconte parfaitement : cette soif de démocratie, cet élan pour en reconfigurer les modalités et en élargir les possibles, et la difficulté que cela représente. Sans doute la limite du mouvement résidait là. C'était en même temps sa grandeur. Et sa puissance créatrice, qui a essaimé dans les commissions, et perdure encore aujourd'hui de manière plus ou moins sous-jacente. Il aurait fallu plus de connexions avec d’autres lieux, d’autres luttes, pour que les énergies se renouvellent quand la fatigue s’est fait sentir. Des énergies considérables se sont pourtant déployées, comme le montre L’Assemblée, jusque dans les tâches matérielles, toujours entravées par la police. La cinéaste s’est aussi glissée dans les manifestations contre la loi travail, images souvent impressionnantes de confusion angoissante et de violence due à la répression policière. Qui dit prise de parole dit écoute. La caméra de Mariana Otero s’est longuement attardée sur les personnes en train d’écouter. Ces plans sur ces visages, ces corps protégés contre l’humidité, opèrent déjà comme de précieuses archives, qui témoigneront d’une certaine jeunesse (accompagnée de beaucoup d’anciens), de ce à quoi elle ressemblait, de ce à quoi elle rêvait. On pense en regardant L’Assemblée à quelques images emblématiques de notre mémoire collective, comme celle de cette ouvrière, dans La Reprise du travail aux usines Wonder, filmée en juin 1968. L’Assemblée est un film qui se dépasse en tant que tel, et qui réinscrit, comme d’autres l’ont fait avant lui, le cinéma dans l’Histoire. Texte publié par Politis le 23 mai 2017


    






Films de l'année 2016/2017

mai : Quand les bulles éclatent
décembre : La sociale
novembre : Aube dorée, une affaire personnelle
octobre : Demain

Films de l'année 2015/2016

mai : L'oracle
avril : La terre n'a pas de prix
mars : Capitaine Thomas Sankara
janvier : Oncle Bernard, leçon d'anti-économie
décembre, Théâtre : Fukushima : work in progress
novembre : Concerning violence
octobre : Qui sauve qui ?

Films de l'année 2014/2015

mai : L'enquète
mars : Le prix à payer
février : Route 60
janvier : Les caricaturistes
décembre : L'expérience Blocher
novembre : Les anes ont soif

Films de l'année 2013/2014

juin : La dette
mai : Les jours heureux
avril : Les chèvres de ma mère
mars : conférence : la permaculture
février : Il était une fois la forêt
janvier : Spectacle militant : le monde ne sait plus sur quel pied danser
décembre : Les jours heureux
novembre : Soirée débat l'accaparement des terres
octobre : Grand central
septembre : Marging call

Films de l'année 2012/2013

juin : Les moissons du futur
mai : Des abeilles et des hommes
avril : Notre monde
mars : Des abeilles et des hommes (projection reportée car mauvaise qualité de la copie)
février : Khaos, les visages humain de la crise grecque
janvier : Le Capital
décembre : Le grand retournement
novembre : Tous cobayes ?
octobre : La stratégie du choc

Films de l'année 2011/2012

mai : Deux minutes
avril : Les amoureux au ban public
mars : Indignados (n'a pas été projeté copie non livrée)
février : Les nouveaux chiens de garde
janvier : Tous au Larzac
novembre : De bon matin
octobre : Zambie, à qui profite le cuivre ?

Films de l'année 2010/2011

juin : Ma part du gâteau de Cédric Klapisch
mai : Gasland de Josh Fox
avril : Même la pluie d’Iciar Bollain
mars : Severn, la voix de nos enfants de Jean-Paul JAUD
février : Inside job de Charles Ferguson
janvier :
décembre :
novembre : Cleveland contre Wall Street de Jean-Stéphane Bron
octobre : Solutions locales pour un désordre global de Coline Serreau
septembre : Water makes money de Leslie Franck et Herdolor Lorenz