Traité de libre-échange : le débat Nicole Bricq / Yannick Jadot

vendredi 28 mars 2014

27 MARS 2014 | PAR LÉNAÏG BREDOUX ET LUDOVIC LAMANT ET NICOLAS SERVE

La ministre du commerce extérieur Nicole Bricq défend les bienfaits de l’accord de libre-échange en cours de négociation entre l’Union européenne et les États-Unis. L’eurodéputé EELV Yannick Jadot dénonce, lui, une « faute politique terrible ». Débat texte et vidéo.

C’est une grande première. Mercredi, Barack Obama était en visite à Bruxelles pour rencontrer les représentants du Conseil et de la Commission européenne. Au menu des discussions : la Russie, l’économie mais aussi les négociations en cours sur le traité de libre-échange entre l’Union européenne et les États-Unis (TTIP). Les États-membres de l’UE en ont accepté le principe en juin 2013, après que la France a obtenu l’exclusion de l’exception culturelle et des matériels de défense.

Sur place, le président américain s’est adressé aux opposants à l’accord : « Je me suis battu tout au long de ma carrière politique pour renforcer la protection des consommateurs et de l’environnement. Je n’ai aucune intention de signer un accord qui les affaiblirait », a-t-il déclaré. Avant d’ajouter : « Il ne sert à rien de s’exciter sur des clauses qui n’ont même pas encore été rédigées (et) il y a moyen de faire ça de manière juste. »

En France, ces discussions provoquent une vive opposition, de la part du Front national mais surtout d’une large partie de la gauche, de l’aile gauche du PS au Front de gauche, qui a organisé mardi à Bruxelles une journée de débat sous la houlette de Jean-Luc Mélenchon, en passant par Europe Écologie-Les Verts et de nombreuses associations, comme Attac. Les opposants dénoncent notamment le risque de dérégulation accru et l’opacité totale des négociations – le mandat n’a toujours pas été publié officiellement.

Pour en débattre, Mediapart a réuni la ministre française du commerce extérieur, la socialiste Nicole Bricq, et l’eurodéputé écologiste Yannick Jadot.

Aux États-Unis mi-février, François Hollande a dit, à la surprise générale, que la France avait « tout à gagner à aller vite » dans la négociation du traité de libre-échange. Pourquoi ?


LIRE ET ÉCOUTER LA SUITE DES DÉDATS ICI


Navigation

Articles de la rubrique

Annonces

Le Guide du manifestant arrêté enfin mis à jour !


Sans lendemain

Percutant et superbement réalisé, ce film d’animation questionne notre mode d’exploitation des énergies fossiles et des ressources naturelles, ses conséquences au niveau planétaire et l’impasse où nous mène notre modèle de croissance.