HISTOIRE : Révoltes d’hier, révoltes d’aujourd’hui

vendredi 9 août 2019

GÉRARD VINDT Professeur agrégé et docteur en histoire
30/07/2019

Des jacqueries paysannes aux gilets jaunes, retour sur 700 ans de mobilisations populaires

Indubitablement, la révolte des gilets jaunes aura marqué, par son caractère massif, populaire et spontané, non seulement le début du quinquennat Macron mais l’histoire sociale de la France. La replacer dans la longue histoire européenne permet de mieux la comprendre, de chercher et de trouver des issues, que ce soit du point de vue des acteurs eux-mêmes ou de celui des autres citoyens ou des pouvoirs publics. De fait, il s’agit bien d’une révolte : initiée par une vidéo qui sonne le tocsin, prolongée par une doléance exprimée sous forme de pétition numérique qui récolte immédiatement de nombreuses signatures, elle est ignorée par le pouvoir. S’ensuivent des attroupements, des lieux de rassemblement physiques et numériques, puis des manifestations non autorisées qui expriment des revendications bien au-delà de la revendication initiale, des attaques verbales mais aussi des violences matérielles ou symboliques contre les pouvoirs publics. Elle suscite aussitôt des comparaisons avec des révoltes antérieures : révoltes rurales et urbaines du XIIe au XVIIIe siècles en France et dans les pays voisins ; révoltes qui tournent en révolutions entre 1789 et 1871 ; révolte de 1968, avec, en France, une grève générale ouvrière qui se superpose à la révolte étudiante.

La première similitude du mouvement des gilets jaunes avec nombre de révoltes du passé est son caractère initial antifiscal

La première similitude du mouvement des gilets jaunes avec nombre de révoltes du passé est son caractère initial antifiscal. Mais d’autres traits se retrouvent : on se bat au nom de la justice, pour être écouté, reconnu et non méprisé. Les gilets jaunes s’inscrivent dans une histoire et une culture des révoltes européennes, avec une spécificité française : le heurt, la rupture sont, depuis la fin du Moyen Age, le principe du changement dans l’espace français, et de manière encore plus accentuée depuis la Révolution. Cependant, les gilets jaunes sont et ne sont pas des « gueux » ou des « sans-culottes ». Les classes moyennes modestes qui se sont mobilisées aujourd’hui ne sont pas celles d’hier, leur précarité économique et sociale est multiforme et s’inscrit dans une économie libérale très inégalitaire mais où la protection sociale comme les services publics restent malgré tout très présents ; elles s’attaquent à un régime politique de démocratie représentative mal en point et bénéficient de moyens de communication numériques quasi instantanés. Les gilets jaunes sont la version française d’une crise internationalisée, politique et sociale, du capitalisme mondialisé et de la démocratie libérale.

Mais rentrons plus avant dans ce questionnement des similitudes et des différences avec le passé européen et plus spécifiquement français pour tenter d’en tirer le meilleur parti : contre qui se révolte-t-on ? Contre quoi, pour quoi ? Qui se révolte ? Comment ? Et avec quels résultats ?

Contre qui ?


Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2019

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301

Annonces

Le Guide du manifestant arrêté enfin mis à jour !


Sans lendemain

Percutant et superbement réalisé, ce film d’animation questionne notre mode d’exploitation des énergies fossiles et des ressources naturelles, ses conséquences au niveau planétaire et l’impasse où nous mène notre modèle de croissance.