L’Aide publique au développement détournée pour durcir les politiques migratoires

mardi 12 juin 2018

PAR JÉRÔME DUVAL 7 JUIN 2018

L’Aide publique au développement doit en principe financer des projets dans les pays du Sud pour lutter contre la pauvreté et appuyer leur essor économique. De plus en plus, les budgets alloués sont en fait utilisés pour des politiques de contrôle migratoire. L’augmentation de façade de cette aide s’explique ainsi en partie par son détournement pour stopper les personnes migrantes aux portes de l’Europe. Un nouvel exemple en est le "Fonds fiduciaire d’urgence" de l’Union européenne. Explications de Jérôme Duval, du Comité pour l’abolition des dettes illégitimes (CADTM)

L’aide publique au développement (APD) est l’ensemble des dons et prêts accordés par des organismes publics de pays parmi les plus riches de la planète à des pays parmi les plus pauvres [1] Cette aide a atteint 146,6 milliards de dollars en 2017. La France fait partie des cinq premiers pays donateurs (avec les États-Unis, l’Allemagne, le Royaume-Uni et le Japon).

Mais à quoi cette aide est-telle utilisée exactement ? S’agit-il de programmes de lutte contre la pauvreté et d’aide à l’essor économique et social dans les pays les moins développés ? De moins en moins. Déjà, sont comptabilisées dans l’Aide au développement certaines dépenses consacrées aux réfugiés pendant la première année qui suit leur arrivée : transferts, centres d’accueil, hébergements d’urgence, services d’accompagnement social, nourriture et formation... Et ce, même si ces personnes sont expulsées au bout du compte. Ainsi l’augmentation des coûts de prise en charge des demandeurs d’asile transforme la majorité des contributeurs européens de l’Aide au développement en premiers bénéficiaires de leur propre aide au bout du compte. Ces sommes, dépensées dans les pays donateurs et non dans les pays dit « en voie de développement » ont enregistré une hausse de 27,5 % entre 2015 et 2016 pour atteindre le montant de 15,4 milliards de dollars. Soit plus de 10 % de l’APD totale en 2016, contre 2 % seulement en 2008.

Ainsi, les mécanismes qui consistent à dévier les fonds de l’APD aux dépens des populations les plus pauvres ne sont pas nouveaux. Mais la politique migratoire de l’Union européenne tend à les renforcer depuis 2015. Elle est de plus en plus détournée pour financer des politique de contrôles des frontières dans les pays d’origine et de transit des migrations. Le Fonds fiduciaire d’urgence de l’UE pour l’Afrique (FFU), créé par l’UE en 2015, permet de détourner l’APD pour inciter les pays destinataires de l’aide à mettre en place des politiques axées sur la gestion des flux migratoires, le renforcement du contrôle des frontières ou le soutien aux retours et aux réadmissions des migrants.

L’argent du développement utilisé pour réprimer, déporter et freiner l’arrivée de migrants en Europe


Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2019

 

<<

Décembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

Le Guide du manifestant arrêté enfin mis à jour !


Sans lendemain

Percutant et superbement réalisé, ce film d’animation questionne notre mode d’exploitation des énergies fossiles et des ressources naturelles, ses conséquences au niveau planétaire et l’impasse où nous mène notre modèle de croissance.