20 mai à Rennes devant l’agence BNP Paribas Place des Lices

lundi 22 mai 2017, par Attac Rennes

Samedi 20 mai, des adhérents et sympathisants d’Attac échangent avec les passants sur les conséquences désastreuses de l’évasion fiscale pratiquée à grande échelle par la banque, mais elle n’est pas seule...

L’évasion fiscale soustrait des sommes colossales des budgets publics, qui sont autant de moyens en moins pour les services publics, l’emploi, la transition écologique et sociale. Elle contribue à l’accroissement de la dette publique qui justifie les politiques d’austérité. L’impunité dont jouissent les délinquants fiscaux contribue au sentiment d’injustice. En France, les grandes multinationales paient en moyenne 8% d’impôts (et même 0% pour Total !) tandis que les petites en moyennes entreprises payent plus de 30%.

La BNP a 200 filiales dans les paradis fiscaux dans lesquels elle déclare 27,8% de ses bénéfices. Les panamas papers ont révélé qu’elle possède 468 sociétés offsore. Un service discret est proposé à Rennes pour "optimiser" les grands comptes.

Elle n’est pas la seule :

Société Générale a 136 filiales dans les paradis fiscaux, y déclare 30% de ses bénéfices et possède plus de 1000 sociétés offshore.

Le Crédit Agricole a 159 filiales dans les paradis fiscaux, y déclare 26,9% de ses bénéfices et 1129 sociétés offshore.

Ces pratiques ne sont pas l’apanage des banques :

Mc Donnald’s déclare 24% de son chiffre d’affaire réalisé en France dans les paradis fiscaux et vole l’Etat Français d’1 milliard d’euros en 4 ans.

Apple délocalise ses profits en Irlande pour payer moins de 2% d’impôts. Apple doit rembourser 13 milliards d’euros

Zara délocalise ses profits via les Pays-Bas, l’Irlande et la Suisse : 76 millions d’euros d’impôts en moins en France.

Engie soustrait 1 milliard d’euros à son bénéfice imposable en France grâce à ses 26 filiales au Luxembourg qui détiennent plus de 50% des ses capitaux.

Total fait 4,7 milliards de bénéfices net en 2015 et paye 0 euro d’impôt sur les sociétés en France.

Ikéa a échappé à 64% des ses impôts en France et a soustrait 1 milliard en 5 ans vers le Liechtenstein et Les Pays-Bas.

Stabucks verse des royalties à sa filiale Néerlandaise. Avec un chiffre d’affaire de 95 millions d’euros en France en 2015, elle paye... 0 euro d’impôt sur les sociétés.

Plus d’argent public ? Il est détourné ! L’impunité fiscale, ça suffit !

Dénoncer ces pratiques, c’est agir pour qu’elles changent. Ne rien dire, c’est les cautionner.

Rendez l’argent

Répondre à cet article