Consultation citoyenne de Notre-Dame-des-Landes : c’est toujours NON !!

mercredi 15 juin 2016, par Attac Rennes

Improbable pseudo référendum, devenu vraie consultation tout en restant une authentique arnaque car sans valeur juridique : voter et dénoncer !

Le 26 juin 2016, SEULS les habitants du département de Loire-Atlantique vont être consultés sur le projet d’aéroport Notre Dames des Landes. Nous autres, citoyens français, estimons également légitime d’être consultés. Il paraît même qu’il soit question de l’aéroport du Grand Ouest puisque les collectivités locales de Bretagne et Pays de la Loire participent grassement au financement...

Pourtant, cette consultation est profondément biaisée : sur la formulation de la question, sur le périmètre du vote, sur la mise à disposition de documents sincères. Sensée re-légitimer le projet, cette consultation, pourtant sans aucune valeur juridique, ferait fi de toute l’histoire de la lutte, court-circuiterait toutes les procédures en cours... Elle a nécessité la promulgation d’une ordonnance spécifique.

Pourquoi participer ?
Devant une manœuvre aussi grossière, une réponse logique aurait pu être un mot d’ordre de boycott. Mais les paysans en particulier ont expliqué qu’un appel au boycott ne pouvait absolument pas passer localement, parce que les plus concernés voulaient absolument exprimer leur opposition au projet. L’idée était aussi qu’un mot d’ordre de boycott, suivi par seulement certains des opposants, n’affaiblirait pas la participation de manière suffisamment significative, serait mise sur le compte d’une couardise de notre part. Quant à l’abstention, elle favoriserait mathématiquement le OUI. C’est pourquoi l’Acipa, puis la Coordination des opposants ont donc décidé d’utiliser l’espace médiatique créé par la consultation pour redire toutes leurs raisons d’opposition au projet, et appeler à voter NON.

Et dénoncer cette consultation comme un déni de démocratie
Face au déni de démocratie que représente l’ordonnance ’sur mesure’ promulguée pour permettre le vote (elle valide une consultation partielle pour des questions d’intérêt général, et ce à tout moment des procédures), Attac France dépose un recours devant le Conseil d’Etat contre l’ordonnance (niveau national) et va étudier la possibilité d’un élargissement du recours à d’autres organisations.

Attac44 quant à elle attaque le décret d’application (niveau local) avec l’Acipa et le CeDpa. Ces procédures judiciaires aux deux niveaux national et local sont un moyen de contester cette « consultation » à laquelle nous sommes contraints de fait à participer, et à appeler au vote NON.

Notre-Dame-des-Landes : nous avons tous une bonne raison de dire NON !

Pour permettre aux personnes hors Loire-Atlantique de s’exprimer : participez à la votation cityoyenne

Votez en musique avec la chanson Notre Dame des oiseaux de fer

Rassemblement à Notre-Dame-des-Landes 9-10 juillet : Semailles de Démocratie

Répondre à cet article