Paradis fiscal Tour au centre commercial Atlantis de Nantes

dimanche 17 juin 2018, par Attac Rennes

Apple, Société Générale, Starbucks, Ikea, Zara, McDonalds... ces 6 enseignes qui pratiquent ou organisent l’évasion fiscale à grande échelle sont présentes dans ce centre commercial.

Samedi 16 juin 2018, des militant.e.s d’Attac (Nantes et Rennes) et du GIGNV (Groupe d’intervention des grenouilles non violentes) ont proposé aux clients du Centre commercial Atlantis de Nantes de découvrir comment chacune de ces enseignes participent à la fraude fiscale en France.

Ces dernières années, la multiplication des affaires a jeté la lumière sur le scandale de l’évasion fiscale. Avec la complicité des banques ou de cabinets de conseil, riches particuliers et multinationales utilisent des moyens sophistiqués pour éviter l’impôt. Grâce à la libre circulation des capitaux, ils profitent des avantages de juridictions de complaisance dans des pays qui ont fait de l’évasion fiscale une véritable industrie.

Rappelons qu’un France, l’évasion fiscale représente 60 à 80 milliards d’euros de manque à gagner, sans compter les niches fiscales (plus de 1000 milliards d’euros en Europe). Largement de quoi changer les politiques d’austérité et amorcer la transition écologique.

Qu’est ce qu’on attend ?

6 propositions :

· Mettre en place le reporting public pays par pays, pour en finir avec l’impunité des multinationales qui pratiquent le "shopping fiscal".
· Instaurer une taxe globale sur les multinationales, pour qu’elles paient leurs impôts dans les pays où elles exercent leurs activités.
· Créer un registre mondial public afin de connaître les propriétaires effectifs des trusts et autres fiducies, pour en finir avec les sociétés-écrans.
· Renforcer l’ensemble des maillons de la chaine de l’administration fiscale, via la création de 10 000 postes de contrôle supplémentaires.
· Supprimer le verrou de Bercy, véritable obstacle à la poursuite des fraudeurs fiscaux.
· Créer un statut des lanceurs d’alerte avec aide financière et protection contre les représailles et intimidations, pour constituer un véritable droit d’alerte.

Répondre à cet article