Accueil > LGV Tours-Bordeaux > Financement de la LGV Tours-Bordeaux:un secret bien gardé !

Financement de la LGV Tours-Bordeaux:un secret bien gardé !

lundi 10 septembre 2012

Depuis octobre 2010 ATTAC 16 tente de percer l’écran de fumée qui entoure le financement de la LGV Tours–Bordeaux concédée au groupe LISEA mené par VINCI. Le communiqué de presse de VINCI & RFF, publié le 16 juin 2011 lors de la signature du contrat, qui laissait croire que LISEA finançait 49 % de l’investissement ( 3,8 milliards pour un total de 7,8 milliards) nous a une fois de plus incité à rétablir la vérité.
Tous les renseignements glanés auprès du conseil général, de RFF et de la presse nous permettent actuellement de tirer le bilan suivant : la part des travaux financée par LISEA n’est que 31,58 % et VINCI récoltera tous les profits sans aucune prise de risque.

Qui finance ?Montant en milliards d’euros
travaux sous maîtrise d’ouvrage du concessionnaire 6,6 milliards
travaux sous maîtrise RFF 1 milliard
Montant total des travaux LGV Tours-Bordeaux 7,6 milliards
Répartition public-privéMontant en milliards d’eurosPourcentage
Part financée par le concessionnaire LISEA 2,4 milliards 31,58 %
Part financée par le Public 5,2 milliards 68,42 %
Total 7,6 milliards 100 %

De plus, LISEA n’autofinance que 5 % de l’investissement, son apport est financé principalement par des emprunts ( Banque Européenne d’investissement et banques commerciales) qui sont garantis par L’Etat et RFF.
« Même si le projet débouchait sur un échec commercial, le contrat de concession limite la responsabilité financière de Vinci à 350 millions d’euros, soit 4,5 % de l’addition finale…Les banques privées ne sont pas non plus à plaindre : quoiqu’il advienne, elles ne perdront pas plus de 120 millions dans l’aventure » Le canard enchaîné 20 /07/2011.
Le 16 décembre 2011, Michel Boutant, Président du conseil général de Charente nous écrivait : « il y a donc bien lieu de s’interroger » ! C’est pourquoi nous avons fait une demande auprès de RFF pour consulter l’annexe 10 ( c’est à dire le plan de financement) du décret n°2011-761 approuvant le contrat de concession.

Voici la réponse : document couvert par le secret industriel et commercial !


Nous ne comptons pas en rester là : nous venons d’interpeller nos 3 députés et nos 2 sénateurs charentais, tous élus PS et attendons leurs réponses