Attac 21

ITW de Mr Lordon

samedi 8 septembre 2012 par Felix

Comment penser et représenter la crise ?

avec
Frédéric Lordon économiste et philosophe et
André Orléan économiste

Comment penser et représenter la crise ?

avec
Frédéric Lordon économiste et philosophe
André Orléan économiste

Quelle crise vivons-nous ? Une crise de la spéculation et de l’économie des fonds de pensions ou bien également une crise de civilisation ? Pour l’économiste André Orléan, nous vivons sous l’empire et l’emprise de la valeur. Puisque la science économique doit être refondée sur d’autres bases théoriques et d’autres principes que les spéculations chancelantes des néoclassiques, il est temps de déconstruire la notion dominante de valeur économique, tout comme la philosophie a pu déconstruire les valeurs morales, religieuses ou esthétiques, en en explicitant les règles de production.

Selon André Orléan, « l’extension infinie du règne de la marchandise est le moyen par lequel l’argent établit sa puissance ». Mais, à rebours de Marx, il considère que les économistes ont trop voulu transformer le monde et qu’il est temps désormais de mieux l’interpréter ! La crise financière que nous vivons est matière à penser tant elle a surpris les économistes, les experts et la plupart des éditorialistes. Mais elle est aussi matière à représenter. Elle sollicite également les artistes, documentaristes, plasticiens, cinéastes et metteurs en scène, à qui il revient de trouver les formes expressives susceptibles de hâter la transformation de nos cadres de pensée.

Comme le dit Frédéric Lordon : « Il faut toute la cécité des “demi-intellectuels” pour ne pas voir que les idées pures n’ont jamais rien mené, sauf à être accompagnées et soutenues d’affects qui seuls peuvent les doter de force. » Et d’ajouter : « On pourra analyser la crise financière sous toutes ses coutures, raffiner l’argument autant qu’on veut, démonter les systèmes, exposer les rouages, tout ça ne vaudra jamais une image bien choisie qui fait bouillir les sangs ou, comme le dit fort à propos une expression commune, qu’on prend en pleine gueule. » Ainsi, « il ne faut plus seulement dire la crise capitaliste, il faut la montrer, ou bien la faire entendre ». Avec D’un retournement l’autre, sa « comédie sérieuse » en quatre actes sur la crise financière, Frédéric Lordon a choisi les alexandrins pour mettre en scène la tragi-comédie boursière qui se joue à l’ère planétaire. D’autres cherchent du côté de l’esthétique post-dramatique pour donner corps et forme au chaos économique. Un dialogue entre deux économistes hétérodoxes sensibles à la question de la représentation théâtrale.

photo © Clémence Hérout

Frédéric Lordon est directeur de recherche au CNRS. Il travaille sur le capitalisme financiarisé et ses crises. Il développe également un programme de recherche spinoziste en sciences sociales. Il a notamment publié Jusqu’à quand ? Pour en finir avec les crises financières (Raisons d’agir, 2008), La Crise de trop (Fayard, 2009), Capitalisme, désir et servitude. Marx et Spinoza (La Fabrique, 2010), D’un retournement l’autre. Comédie sérieuse sur la crise financière, en quatre actes et en alexandrins (Seuil, 2011).

André Orléan est un économiste, spécialiste des questions monétaires et financières. Il est directeur de recherche au CNRS et directeur d’études de l’EHESS. Il est également Président de l’Association Française d’Économie Politique (AFEP), jeune association qui milite pour que soit respecté le pluralisme et la diversité des approches dans la recherche et l’enseignement en économie. Il vient de publier aux éditions du Seuil L’Empire de la valeur. Refonder l’économie qui présente le projet d’une théorie économique revendiquant son appartenance aux sciences sociales, dialoguant avec l’anthropologie, l’histoire et la sociologie. Il est également l’un des quatre co-auteurs du Manifeste des économistes atterrés (Les Liens qui libèrent, 2010). Il a antérieurement publié De l’euphorie à la panique : penser la crise financière (Éditions de la Rue d’Ulm, 2009), La Monnaie entre violence et confiance (Odile Jacob, 2002), en collaboration avec Michel Aglietta ainsi que Le Pouvoir de la finance (Odile Jacob, 1999).


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 316 / 188460

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Festival Ciné-Attac 2012  Suivre la vie du site D’un retournement l’autre   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License