Attac32

Résultats du projet Climsec : un diagnostic sur les sécheresses passées et des projections pour le XXIe siècle

lundi 8 juillet 2013

http://france.meteofrance.com 06/07/2011

Lancé en mars 2008, le projet de recherche Climsec avait pour objectif de caractériser l’impact du changement climatique sur la ressource en eau, notamment sur l’humidité des sols, et de produire de nouveaux outils pour les services en charge du suivi climatique. Coordonné par Météo-France et soutenu par la Fondation MAIF*, le projet a associé des chercheurs du CNRS, du CERFACS, du Cemagref et de l’Ecole des Mines de Paris.

De nombreuses études d’impact du changement climatique sur le cycle de l’eau ont été menées ces dernières années, essentiellement sur les précipitations et les débits des rivières. Très peu ont été consacrées aux paramètres hydriques des sols superficiels, ces couches supérieures - de un à deux mètres de profondeur – dans lesquelles les plantes puisent l’eau. Pourtant, une sécheresse se décline en plusieurs composantes : des composantes météorologique (déficit de pluviométrie) et hydrologique (niveau anormalement bas des rivières) mais aussi une composante dite "agricole" (déficit des réserves en eau des sols superficiels). Pour être en mesure de gérer durablement la ressource en eau, il est essentiel de prendre en compte ces trois dimensions.

Le projet Climsec s’est donc attaché à compléter les études antérieures en produisant un diagnostic complet des trois composantes des sécheresses. Les chercheurs ont construit des bases de données de référence sur la période 1958-2008 pour les pluies, l’humidité des sols et les débits de rivière et ont défini des indices pour évaluer l’intensité des sécheresses correspondantes.

(…)

Si le projet Climsec confirme que les sécheresses météorologiques seront plus fréquentes et plus intenses au cours des décennies à venir, il montre aussi que les évolutions pourraient être encore plus marquées pour les sécheresses des sols superficiels.


Des projections préoccupantes

La typologie des sécheresses attendues dans les décennies à venir, sous l’effet du changement climatique et par rapport au climat actuel (période de référence 1961-1990, préconisée par l’organisation météorologique mondiale), a été établie en comparant le résultat des nouvelles simulations ISBA/MODCOU avec l’état de référence reconstruit sur les 50 dernières années.
- Pour le premier tiers du siècle, les changements identifiés par les différents modèles sont variables et peu marqués pour les sècheresses météorologiques, même si la probabilité d’apparition de sécheresse est plus importante quelle que soit la saison.
- Au milieu du siècle, l’évolution du régime pluviométrique est encore peu sensible, mais l’assèchement des sols superficiels s’intensifie et des phénomènes inhabituels (…) commencent à apparaître sur toute la métropole.
- A partir des années 2080, des déficits pluviométriques plus forts apparaissent, notamment en été. Les sécheresses des sols superficiels pourraient alors devenir extrêmes sur la majeure partie du territoire, et quasiment sans retour à la situation normale (par comparaison au climat actuel). (voir les cartes)

Cartes

Intégralité de l’article : http://france.meteofrance.com/france/actu/actu?portlet_id=78141&document_id=25658


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 146 / 15331

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Réussir la transition écologique et sociale   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License