Sucer la Grèce jusqu’à la moelle

jeudi 20 juillet 2017
par  Webmestre Attac Isère
popularité : 62%

La Grèce est un cas d’école dans ce domaine. Car les Institutions et Mécanisme européen de stabilité) ne vont pas juste imposer des privatisations en contrepartie des prêts octroyés. Non, elles vont imposer la création d’un outil pour prendre le contrôle des biens publics grecs et les privatiser selon leurs modalités et leurs conditions.

C’est dans le cadre du premier mémorandum, que voit le jour en juillet 2011, l’agence |1| TAIPED (HRADF, Hellenic Republic Assets Development Fund, en anglais) chargée de privatiser les actifs grecs (ports, aéroports, réseaux d’eau, d’électricité, propriété immobilières, littoraux, chemins de fer…). L’objectif étant d’arriver à 50 milliards d’euros de recettes fin 2015.

Fin 2015 cet objectif est loin d’être atteint. Le troisième mémorandum, conclu à l’été 2015, met ainsi le pied sur l’accélérateur en matière de privatisations avec la création d’un bien nommé « super-fonds ».

Article complet du CADTM en pièce jointe


Documents joints

Sucer la Grèce jusqu'à la moelle

Agenda

<<

2019

 

<<

Décembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345