Récit de 21 heures de garde à vue pour collage d’autocollants sur la Société générale

mardi 2 octobre 2018
par  Webmestre Attac Isère
popularité : 47%

Excellent article paru dans Bastamag, résumé ici !

Ils voulaient dénoncer que quasiment rien n’a été fait, dix ans après la crise financière, pour encadrer le pouvoir nocif de la finance. Dans la nuit du 13 au 14 septembre, huit militants de l’association Attac sont arrêtés alors qu’ils collent des stickers sur les vitrines de banques. Interpellés, ils sont placés en garde pendant plus de 15 heures dans des cellules surpeuplées. Alors que plus de 30 fonctionnaires de police et deux magistrats ont été mobilisés, Alexis Chaussalet revient sur sa garde à vue et s’interroge sur les ressources publiques utilisées pour tenter de dissuader les mobilisations citoyennes contre l’évasion fiscale.
« Winston Churchill : tous les matins j’apporte le café au lit à ma femme. Elle n’a plus qu’à le moudre. » C’est la première chose que je lis en entrant dans le bureau de l’officier de police judiciaire. La citation est affichée en grand, tel un trophée au dessus du bureau du fonctionnaire chargé de m’auditionner. Après 15 heures de garde à vue, il est désormais temps de m’entendre sur les griefs qui me sont reprochés, à savoir : « Dégradation en réunion ».

Lire l’article de Bastamag


Agenda

<<

2019

 

<<

Décembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345