CR réunion collectif isérois "Retraites" du lundi 10 mai 2010

mardi 11 mai 2010
par  nikolaz
popularité : 13%

Collectif « Urgence Retraite Justice Sociale »
Partageons les richesses et le temps de travail !
CR de réunion du 10 mai 2010

Une vingtainnes environ présentes
Organisations représentées : NPA, PCOF, PG, SUD PTT, Solidaires, Attac-Isère, FASE 38, SNTRS CGT,

Ordre du jour :
- Tractage 8 mai
- Info collectif Grésivaudan
- Dernière mise au point conférence 11 mai
- Point finances
- Organisation pour aide à la création d’autres collectifs locaux
- Manif intersyndicale le 27 mai
- Infos sur les mobilisations
- Questions diverses : prévoir réunion semaine du lundi de Pentecôte

1. Tractage du 8 mai à l’Estacade

Le NPA a diffusé un tract au marché de l’Estacade avec l’appel unitaire du collectif au recto et un argumentaire NPA au verso : il s’agit d’une initiative du comité local, qui reconnaît son erreur et que cette diffusion n’aurait pas dû avoir lieu.

2. Conférence 11 mai

Ch. Marty arrive au train à 19h33, elle se débrouille pour manger avant son arrivée.
Une salle a été réservée par Bernard à la MDA pour la conférence de presse.

Organisation de la conférence de presse : à 20 h
- présentation du collectif par Bernard
- la conférence de presse se passe essentiellement entre Ch. Marty et les journalistes
présence du collectif le plus complet possible souhaité :
ont confirmé : Bernard (attac), Thibaut (PG), Pascal (SUD)
Le groupe COM renvoie le communiqué de presse aux médias.

Annonce de la conférence avec Filoche le 9 juin : reprise de l’affiche proposée par Camille
faire apparaître le logo du collectif, mettre les qualités de syndicaliste et inspecteur du travail pour Filoche et faire apparaître l’année 2010 pour la date de la tenue de la conférence.

Organisation pratique de la soirée
Table de presse dans la salle de conférence : chaque orga peut déposer de la documentation militante concernant le sujet des retraites. Il y aura le livre attac/Copernic : les retraites l’heure de vérité
On installera la banderole du collectif.
Le groupe organisation/action se charge de l’installation de la salle.
Patrick se charge du foulard pour la collecte de la participation aux frais.
Bernard : introduction de la soirée avec présentation du collectif + besoins de financement + pétition (sur table de presse) + invitation (ou incitation) à la mobilisation. Il y aura une feuille pour cela sur la table de presse.
Myriam : introduction du débat avec CH. Marty et modératrice de la parole pour les échanges avec la salle.
Philippe : se charge de la circulation du micro.

3. bilan cotisations

A ce jour ont cotisé : NPA, SUD PTT, Solidaires, attac 38, FASE, PCOF
Bilan à ce jour des rentrées : 350 euros
Les chèques ont été remis au trésorier de la FASE qui établira un reçu pour chaque organisation.
Autre cotisations : PG -> OK, à venir, SNTRS CGT-> OK avec facture du tirage des tracts, à venir
A relancer : Alternatifs et Verts -> Georges

4. Les Commissions de travail

Info livrées un peu en vrac sur ce très riche débat, où tout n’a pas été retranscrit.
- Proposition par Roger d’une autre conférence-débat avec un spécialiste des retraites complémentaires.
- Proposition d’organisation de débats contradictoires au niveau national (questionner nos orga nationales) en interpellant le CSA et FR3 (par l’intermédiaire du syndicat des journalistes).
- Organiser également des débats contradictoire localement. Mais comme les médias ne viennent même pas à nos conférence de presse locales, comment allons-nous y arriver au niveau national ?
- Il faut impliquer les députés, faire savoir à la presse qu’on a interpellé le CSA et les députés et publier les réponses des députés. S’il faut gérer toutes ces tâches, il est impératif de grossir le groupe COM.
- Faire savoir également que certains syndicats incitent les militants à s’engager individuellement sans s’engager en tant qu’organisation.
- Il faudrait constituer un camp du NON sur les propositions du gouvernement et du Medef, en transformant l’appel national en un affrontement comme en 2005. Mais le problème du front du refus est l’exemple de 2005 pour le TCE, il y a eu une victoire du NON, suivie d’une défaite. On sera aussi confronté à la question souvent posée par les gens, vous êtes contre, mais que proposez-vous à la place ?
- On pourrait aussi lancer localement un grand débat avec des têtes d’affiche qui ont participé au meeting unitaire du 6 mai et dans ce cas, on pourrait peut-être espérer avoir les médias. Mais on regrette que ce débat ne soit pas redescendu dans les collectifs (pour l’implication locale des orga ayant participé au niveau national )
- Le temps de parole, c’est à nous de le créer, ne pas se faire d’illusion avec les médias, ce qu’il faut c’est créer des événements, des intermèdes locaux. A nous de créer des micro-événements (dans les quartiers), être à l’affût des manifestations qui se passent pour pouvoir diffuser notre information. Comme nos thèses commencent à se discuter un peu (le financement), organisons des réunions dans des cafés. Il faut être auprès des gens pour les convaincre, les mobiliser, ils ne viendront pas chez nous, il faut aller chez eux.
- On ne pourra demander notre temps de parole que s’il y a un référendum sur la question des retraites
- A quoi sert l’appel national ? : il sert à mobiliser, c’est un texte de base pour la création de collectifs.
- Manif intersyndicale du 27 mai : il faut faire quelque chose, mais quoi ? On ne rejette pas l’unité intersyndicale de cette journée, tout ce qu’on demande pour le pb des retraites, c’est un débat plus large avec tous les acteurs. Mais, ce qui est proposé semble plutôt disperser les forces que les rassembler.
- Actuellement le débat est un face à face syndicats/gouvernement, et pour nous comment s’y mettre dans ce débat ? Il manque une structure nationale pour bien mener une campagne.
- Face à l’intox du gouvernement, il est urgent de faire un argumentaire commun.
- D’autres craintes apparaissent : les gens commencent à être effrayés par ce qui se passe suite à la crise grecque, on s’aperçoit que les agences de notation font la loi, alors les retraites ce n’est peut-être pas la priorité.
- Pourquoi y aurait-il urgence à régler le pb des retraites (malgré le titre du collectif) ? : il y a urgence à réagir, mais pas urgence de la décision.

5. Info sur le collectif du Grésivaudan


Ce collectif n’a pas trouvé d’accord sur les mesures à prendre, mais toutes les composantes sont d’accord pour s’opposer à la réforme gouvernementale.
C’est un collectif très large, avec les partis (dont le PC), les syndicats et les associations.

Prochaine réunion du collectif
le lundi 17 mai à 18 h à la Maison des associations


Agenda

<<

2019

 

<<

Décembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345