Communiqué de presse : 180 à 200 personnes rassemblées en soutien à Geneviève Legay !

MERCI pour votre soutien à Geneviève Legay lors du rassemblement de ce soir à Nantes, entre 180 et 200 personnes pour défendre la liberté de manifester, la démocratie !

Texte de prise de parole d’Attac 44 :

Tout d’abord, merci de votre présence.

J’aimerais commencer par le témoignage de Geneviève avant la manifestation (interview à Cnews) : « on est venu à 10h, pour se rassembler pacifiquement, regardez j’ai un drapeau de la paix … on est là pour dire qu’on a le droit de manifester ! »

Sur les forces de l’ordre « dans un premier temps, ils nous ont bien bousculé… mais on a résisté, et du coup ils se sont arrêtés. On leur parle parce que se sont des pères de familles, voilà on leur a dit « mais vous ne respectez pas les femmes, vos mères, vos grands-mères » et quand même je crois qu’on leur a touché un peu le cœur » dit-elle en souriant. « depuis ce matin on leur parle, se sont des humains comme les autres, ils font un sale boulot mais voilà, ils font un sale boulot car ils s’occupent pas des voleurs et des bandits qui mettent de l’argent dans les paradis fiscaux mais ils s’occupent des gens honnêtes qui réclament un peu plus de salaire, un peu plus de retraite. »

Le journaliste l’interpelle sur les mégaphones des policiers qu’ils vont l’utiliser pour donner ordre de dispersion, elle répond « et bien s’ils les utilisent on chantera plus fort qu’eux. On l’a déjà fait tout à l’heure, tout à l’heure ils nous a dit de dégager, on a tellement chanté fort qu’on a même pas entendu ce qu’il a dit ». « vous ne quitterez pas cette place ? » « écoutez, on la quittera quand on voudra, s’il prenne la force on verra bien ». « vous n’avez pas peur madame » « non, mais vous savez j’ai 73 ans, qu’est ce qui peut m’arriver ? moi je me bats pour mes petits-enfants, 50 ans que je suis sur le terrain donc voir ce que je vois aujourd’hui c’est à pleurer quoi. »

A présent, prise de position d’Attac France :

Nous remettons en cause la version des autorités

Lundi 25 mars, le procureur de la République de Nice a écarté la responsabilité des forces de l’ordre dans la lignée des propos d’Emmanuel Macron et du gouvernement tenus depuis samedi. Pourtant, de nombreuses images en attestent, la chute de Geneviève résulte bien d’une charge très violente des forces de l’ordre. Contrairement à ce que le procureur prétend, les "street medics" - premiers secours citoyens en manifestation - n’ont pas pu prodiguer les premiers soins en attendant les pompiers, bloqués puis interpellés par les forces de l’ordre.

Une charge disproportionnée et inutile

Contrairement à ce qu’avance le procureur de Nice, la charge des forces de l’ordre apparait totalement disproportionnée et d’une inutile violence. Le groupe de manifestants où Geneviève se trouvait était pacifique et statique. Comme en attestent plusieurs vidéos, la violente charge en courantde policiers armés de boucliers, avec des gestes de poussées volontaires est totalement injustifiée.

Une interdiction de manifester injustifiée

Depuis samedi, les autorités locales et nationales ne cessent d’affirmer que le lieu où se trouvait Geneviève Legay était interdit à la manifestation. Ces mesures d’interdiction, qu’Emmanuel Macron et le gouvernement veulent généraliser, ne peuvent normalement être prises que dans des circonstances graves. À Nice, les précédentes mobilisations des Gilets Jaunes n’avaient entraîné aucune dégradation. Cette interdiction de manifestation nous apparait donc injustifiée, et le dernier argument des autorités - l’arrivée du président chinois à Nice le lendemain - tout à fait déplacé.

L’indécence de Macron et de son gouvernement

Parce qu’il semble ne pouvoir s’en empêcher, Emmanuel Macron, au moment même où Geneviève était interrogée par les policiers alors que gravement touchée sur son lit d’hôpital, a su faire preuve d’un incroyable mépris. Souhaitant "un peu de sagesse" à Geneviève dans les colonnes de Nice Matin, celui-ci a cru bon de donner une leçon de morale à une militante historique de toutes les causes humanistes depuis près de 50 ans. Comme à son habitude, le gouvernement a pris le sillage pour reprendre ces mêmes propos outranciers, par les voix de Christophe Castaner, Nicole Belloubet ou encore Marlène Schiappa. Christian Estrosi, maire de Nice, n’a pas été en reste, prodiguant un nombre important de mensonges face caméra, quelques heures à peine après les violences subies par Geneviève.

Trois plaintes déposées

Trois plaintes vont ainsi être déposées : deux par la famille de Geneviève Legay, la troisième par Attac France. La famille a déposé plainte contre X pour « violences volontaires » et pour « subornation de témoin », ainsi qu’une plaintecontre le préfet des Alpes-Maritimes pour « complicité de violences volontaires aggravées ». Pour la "subornation de témoins", Geneviève affirme en effet avoir subi des pressions de la part des policiers qui l’ont interrogée dès le dimanche, sur son lit d’hôpital, pour indiquer que sa chute avait été provoquée par un journaliste, et non pas par les forces de l’ordre. Attac France va de son côté porter plainte pour "violences volontaires en réunion, par personne dépositaire de l’autorité publique".

Une dérive autoritaire face à la demande de justice sociale

Plus généralement, nous observons une fuite en avant répressive et autoritaire du pouvoir exécutif en réponse à une crise sociale et politique. Le choix de la répression policière ne se limite pas aux mobilisations des gilets jaunes, comme en témoignent les nombreux cas observés dans les quartiers populaires et, plus généralement, contre celles et ceux qui se mobilisent pour plus de justice sociale. Nous appelons à ce que cela cesse immédiatement.


Egalement, la LDH, Solidaires et Ensemble (donc Geneviève est membre à Nice) ont pu prendre la parole, nous les en remercions ! Merci également au soutien et la présence des autres organisations (Associations, syndicats, partis politiques) et des Gilets Jaunes !

Parution dans presse Océan : https://www.presseocean.fr/actualite/nantes-rassemblement-de-soutien-a-la-militante-blessee-a-nice-26-03-2019-297727?fbclid=IwAR2Wt_xNthjD6s1QRB1R_CrXaYLbZ5MA_dV2nylxyUWzFjt48BNjpKXdQfc

Ouest France : https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/nantes-unis-pour-defendre-la-liberte-de-manifester-6280928 (on était bien 180-200 comme le dit Presse Océan)