ATTAC : Un autre monde est possible!
Facebook Bouton informer Twitter Nous rencontrer,
nous contacter
Adhérer à Attac Nous connaître Sons et images d'Attac Annuaire du Loiret
alternatif et solidaire
OGM c’est toujours NON
La controverse des OGM, pièce de Jean-Pierre Masson (avr. 2005)

Une pièce écrite par Jean-Pierre Masson, malheureusement jamais montée en spectacle !


la controverse des OGM

Contexte :

la société civile représentée par un jury de citoyens organise le procès-débat de faucheurs d’OGM. Chacun d’eux aura à justifier son opposition aux OGM.
Cette pièce, d’une durée d’1 h maxi., pourra être suivie d’un débat plus large avec toute la salle.

Personnages :

le président-animateur PresAni : il se porte garant de la bonne conduite des débats mais ne délibère pas. Il ne doit pas influer sur le jury, donc il s’abstient de tout commentaire. Mais il peut intervenir pour obtenir des précisions ou des compléments d’explication.
L’avocat général AvocaGen : il donne les arguments en faveur des OGM.
les faucheurs d’OGM (Faucheur1 Faucheur2 Faucheur3) : ils donnent les arguments contre les OGM (voire pour, selon les circonstances...).
Faucheur1 est le leader, il démarre souvent l’argumentation et répond au nom du groupe quand les faucheurs sont interpellés par PresAni ...
Faucheur2 est un révolté qui s’exprime « avec ses tripes », il doit être souvent rappelé à l’ordre pour que le débat reste serein. Les formules percutantes de Faucheur2 marquent les esprits.
Faucheur3 est l’intellectuel qui complète l’argumentation avec un « flegme » qui nuance l’impétuosité de Faucheur2.
le secrétaire-greffier SeGref lit les chefs d’accusation.
le jury composé de 3 personnes a priori neutres :
Juré1 est jardinier ;
Juré2 est parent d’un enfant diabétique ;
Juré3 est chômeur RMIste.

NB : chaque personnage peut être un homme ou une femme, cela n’a aucune importance. Le nombre de faucheurs est fonction du nombre d’acteurs volontaires. Ici, on fixe ce nombre à 3.

Accessoires :
une table longue et solide sur une estrade, autant de chaises que d’acteurs, un rideau...

Déroulement :

Scène 1 (durée : 5 mn)

PresAni présente :
l’enjeu du procès-débat : permettre à la société civile de se faire une opinion sur les OGM à partir de 10 questions et les arguments controversés, juger « symboliquement » les faucheurs d’OGM ;
les acteurs et leur rôle respectif (y compris le public) ;
les règles du jeu : tolérance et respect de la différence d’opinion, ...
la conclusion : le jury délibérera et donnera son verdict ;
PresAni annonce que le procès-débat sera suivi d’une discussion permettant de revenir sur les questions controversées en fonction des demandes du public.
SeGref explique en résumé le principe de la transgénèse et les avantages escomptés par les biotechnologies.

Scènes 2 à 6 Pour chacune des questions controversées (durée de chaque scène : 5 à 10 mn) :

SeGref lit l’accusation adressée aux faucheurs d’OGM.
Faucheur1 plaide non coupable ; les 3 Faucheurs développent leurs arguments.
AvocaGen justifie l’accusation ; il peut s’appuyer sur ses notes.
le Jury se concerte et... pose (au moins) une question complémentaire, puis note ses conclusions.

Scène 7 (durée : 5 mn)

le Jury délibère et donne son verdict : les Faucheurs d’OGM sont condamnés à des TIG consistant à organiser des débats contradictoires.
les Faucheurs demandent à lire une déclaration au public. AvocaGen donne lui aussi sa position.
PresAni conclut en invitant à généraliser le débat sur les OGM dans la société et, pourquoi pas, organiser un referendum national !

%%%%%%%%%%%%%%%

(le rideau s’ouvre)

SCENE 1 : présentation du procès-débat

PresAni (explication des règles du jeu)
Pour ou contre les OGM (Organismes Génétiquement Modifiés) ? Dans quelles conditions la technologie de la transgénèse est-elle un progrès pour l’humanité ? La culture en plein air de PGM (Plantes Génétiquement Modifiées) a déclenché une polémique. Un groupe de pression, connu sous le nom de « collectif de faucheurs volontaires », a choisi d’agir dans l’illégalité pour contester… pour dénoncer… enfin bon ils vous le diront eux-mêmes, puisqu’ils sont leurs propres avocats ! (les 3 faucheurs se lèvent et se rasseoient).
Leurs actions suscitent la colère et la protestation des partisans des OGM au nom de la liberté et du progrès… C’est AvocaGen qui développera leurs arguments (AvocaGen se lève et se rassoie). SeGref a rédigé 10 accusations qu’il nous lira pour engager la confrontation des idées (SeGref se lève et se rassoie).
Enfin, nous avons réuni un jury citoyen composé de 3 personnes qui ne se sont pas encore forgées une opinion sur les OGM. Dites-nous en quelques mots ce qui vous intéresse le plus, s’il vous plait.

Juré1 / je suis passionné de jardinage et je m’interroge plus particulièrement sur les aspects agro-alimentaires.
Juré2 / j’ai un enfant diabétique et l’un de mes amis a un enfant atteint de la mucoviscidose. C’est la question de la santé publique qui m’intéresse le plus.
Juré3 / je suis chômeur, je touche très peu d’allocations, et j’aimerai bien trouver du boulot ; avec ma petite formation technique dans les « sciences de la vie » ce devrait être possible. Je regarde surtout le coté social et économique.

PresAni / En ce qui me concerne je veillerai à la sérénité des échanges. Je me porte garant du respect de la différence d’opinion. Ce « procès-débat » contradictoire, d’un genre nouveau, ne prétend pas être exhaustif. C’est pourquoi, une fois que le jury aura rendu son verdict en guise de conclusion, le débat pourra être poursuivi avec le public.
Bien, nous pouvons commencer. Tout d’abord, SeGref, résumez-nous s’il vous plait ce qu’est un OGM.

SeGref / C’est un organisme dont le « matériel » génétique est modifié autrement que par multiplication ou recombinaison naturelles. C’est à dire que l’on introduit dans une cellule un gène qu’elle ne possède pas, ou on modifie un gène déjà présent. On le fait dans le but de comprendre à quoi sert le gène que l’on a modifié. Ca permet d’en déduire des propriétés nouvelles pour l’organisme ainsi modifié.
PresAni / C’est quelque chose de nouveau ?
SeGref / De telles manipulations font appel aux techniques les plus récentes en biologie cellulaire et moléculaire qui permettent de traverser la barrière des espèces. C’est à dire que, pour la première fois, l’homme dispose d’un outil scientifique permettant d’introduire dans une espèce donnée une fonction originaire d’une autre espèce. Par exemple un gène de ver luisant a déjà pu être introduit dans le patrimoine génétique d’une souris, un gène de méduse dans celui d’une plante, On a aussi introduit les gènes d’un poisson dans les fraises, d’un humain dans un mouton ou encore d’une bactérie dans du maïs. Et ce n’est pas fini !
PresAni / à première vue, ça a l’air « loufoque » !
SeGref / Loin d’être « loufoques », de telles manipulations représentent un réel espoir pour la recherche fondamentale ou encore la médecine car elle permettent de mieux connaître des règles d’expression et de régulation des gènes. Ces expérimentations permettent la mise au point de « médicaments génétiques » susceptibles, dans un futur proche, de diagnostiquer et éventuellement de traiter un grand nombre de maladies génétiques (myopathie etc.).
PresAni / effectivement, là on voit mieux les perspectives offertes par les OGM. Avez-vous un mot à nous dire sur les méthodes d’expérimentation ?
SeGref / Il y a 2 façons de tester les propriétés des OGM : en laboratoire – ou milieu confiné – et en plein champ. Les risques ne sont pas les mêmes, et les précautions qui sont prises non plus.

PresAni / Messieurs et mesdames les faucheurs, si j’ai bien compris ce que les autorités politiques et scientifiques vous reprochent, vous êtes systématiquement opposés aux OGM, quelles que soient leurs propriétés alimentaires, sanitaires ou écologiques ?
Faucheur1 / Non, non. Il n’y a rien de systématique. Aucun essai en laboratoire n’a été neutralisé ! Plus une technologie est puissante, plus elle demande de précautions. Nous... (PresAni l’interrompt)
PresAni / ...OK OK, nous y reviendrons. En tout cas nous essaierons de poser les bonnes questions, et vous avez intérêt à trouver des bonnes réponses, car les accusations qui vous sont adressées sont graves ! AvocaGen, avant de rentrer dans le vif du sujet, rappelez-nous quelle sanction le gouvernement a demandé à l’encontre des faucheurs d’OGM.

AvocaGen / Extrait de l’Article 322-3 du Code Pénal en ce qui concerne la destruction du bien d’autrui :
« l’infraction (…) est punie de 5 ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende ».
PresAni / Rien que ça ! Eh bien ils doivent être motivés pour courir ce risque. Bien. Essayons de comprendre quels sont les avantages et les inconvénients des OGM, pour aider notre jury citoyen à faire la part des choses. Nous avons préparé 10 questions regroupées en 5 thèmes : 1° l’agro-alimentaire, 2° l’environnement et la santé, 3° la recherche scientifique, 4° l’économie et l’emploi, 5° la démocratie et la légitimité.

SCENE 2 : Deux questions sur l’agro-alimentaire

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - (QUESTION n°1)

PresAni / commençons par le problème de l’agro-alimentaire ; SeGref, lisez le 1er acte d’accusation s’il vous plait.
SeGref / les OGM à vocation agro-alimentaire sont les plus répandus dans le monde. Ils permettent d’optimiser la gestion des terres arables, grâce à une plus grande productivité. De plus, les OGM feront baisser les prix des aliments, tout en améliorant leur qualité. Aujourd’hui, seule une clientèle privilégiée peut acheter les aliments de qualité, qui bénéficient d’un label (biologique ou autre...). Les OGM vont démocratiser la consommation.
En vous opposant aux essais d’OGM, vous les faucheurs, vous privez le grand public d’une alimentation saine à un prix abordable : vous êtes des élitistes ! Vous condamnez les générations futures à une vie plus difficile : vous êtes des adversaires du développement durable !

PresAni / comment plaidez-vous ?
Faucheur1 / nous plaidons non coupables. La productivité annoncée n’est pas garantie, les agriculteurs américains déchantent ; leurs charges augmentent. Des baisses de rendement sont annoncées sur le soja, le coton transgénique, par les producteurs eux-mêmes.
Les variétés OGM sont mises au point sans tenir compte du terroir, du climat : il faudra beaucoup d’intrants et de pesticides pour maintenir la production ; au bout de plusieurs années, les plantes sauvages sont plus résistantes : il faut augmenter les quantités ! Les insectes vont s’adapter aussi.
Faucheur2 / ce mode de culture accentue la stérilisation des sols ; il met en péril la biodiversité par la limitation des variétés cultivées ; en plus toute coexistence entre filière OGM et les autres filières est impossible : c’est une nouvelle forme d’impérialisme !
Faucheur1 / La biodiversité, c’est la sécurité au niveau écologique, donc aussi au niveau alimentaire.
Faucheur3 / L’invasion des OGM sur la planète contribue au développement durable... du business des firmes semencières et bio-technologiques : elles sont les seules bénéficiaires. On se retrouve en complète contradiction avec les principes du développement durable exprimés à la Conférence de l’ONU à Rio de Janeiro en 1992 et réaffirmés en 2002 à Johannesburg.

PresAni / Mouais, bon... qu’en dites-vous, AvocaGen ?
AvocaGen / l’opposition aux OGM sur le plan alimentaire est étonnante : les OGM permettent aux paysans d’utiliser moins de pesticides et moins d’engrais, ce qui est un progrès. En plus, ils permettront de sauver des plantes bio de maladies qui réapparaissent comme l’ergot du seigle, mortel pour le consommateur !
Il faut rappeler qu’après la 2ème guerre mondiale, l’Europe était loin d’atteindre l’autosuffisance alimentaire. C’est le développement de l’agriculture intensive qui a mis fin aux difficultés d’approvisionnement. Maintenant l’Europe peut exporter ses produits agricoles ! Je connais les critiques contre l’agriculture intensive : l’usage d’engrais chimiques et pesticides ne semble pas pérennisable. Justement, l’arrivée des OGM va résoudre cet inconvénient !

PresAni / Bien. Est-ce-qu’un membre du jury souhaite poser une question ?
Juré3 / avec mon pouvoir d’achat limité, est-ce-que les OGM vont me permettre de faire des économies au niveau de l’alimentation ?
Faucheur1 / Les industries agro-alimentaires et semencières contrôlent presque entièrement le marché. Elles ont des intérêts communs avec la grande distribution : ensemble elles maîtrisent les prix ! le consommateur est aussi fragilisé que le producteur. Le gain financier du consommateur sera inexistant !
Faucheur2 / la PAC subventionne la non-qualité au lieu d’aider la qualité. En France l’agriculture biologique est particulièrement maltraitée. Et toutes les charges à payer pour réparer les dégâts de l’agriculture industrialisée sur la santé et l’environnement sont payés par la collectivité. Si ces coûts étaient répercutés sur le prix de l’alimentation, l’agriculture intensive produirait les aliments les plus chers !
Faucheur1 / on pourrait aussi parler des risques de dissémination d’OGM dans l’alimentation, à la suite d’erreurs de manipulation : c’est déjà arrivé ! Il a fallu brûler des stocks énormes !
Faucheur3 : Contrairement à ce que le bon peuple croit, ces techniques intensives ont un coût de production exorbitant. Le prix de l’aliment est 3 fois plus élevé que celui de l’agriculture paysanne. Mais le consommateur ne s’en rend pas compte parce que c’est le contribuable qui paie la différence.

AvocaGen / je pense au contraire que les OGM permettront au consommateur de faire des économies. Exemple : grâce à l’amélioration de la conservation des légumes frais, à la suppression des germes de pommes de terre, eh bien le consommateur ne jettera plus de légumes abîmés. Et comme il y aura beaucoup moins de pertes dans la chaîne de commercialisation, dans les transports sur grande distance, , les prix baisseront forcément.
PresAni : eh bien on peut dire que d’entrée de jeu, il y a un grand écart dans les arguments pour et contre !! On s’en doutait.

Juré2 / quelles sont les conséquences pour les animaux d’élevage si on les nourrit avec les OGM ?
AvocaGen / La santé des troupeaux dépend beaucoup de leur alimentation. La consommation de PGM permettra d’y introduire des anti-corps et des vaccins pour rendre l’animal plus résistant.
La qualité des rations des animaux d’élevage peut aussi être améliorée en ajoutant des éléments nutritifs ou en rendant les plantes plus digestibles donc plus énergétiques.
Faucheur1 / voici une réponse super-technocratique qui ne risque pas de résoudre les immenses problèmes posés par les élevages hors-sol dont plus personne ne veut !
Il ne manque plus dans votre arsenal que les techniques compliquées de traçabilité si difficiles à mettre en œuvre, les procédures de contrôles rigoureux, et vous… (Faucheur2 l’interrompt)
Faucheur2 / … et vous appellerez ça, l’assurance-qualité !
Faucheur3 / 80% des OGM cultivés dans le monde servent à nourrir les élevages intensifs des pays développés. Les populations des pays riches, sédentarisées et urbanisées, n’ont pas besoin de toutes ces calories animales, dont l’excès amène l’obésité ! Il y a mieux à faire : consacrer les terres cultivables à l’alimentation directe des populations. Savez-vous que 5 à 8 calories végétales sont nécessaires pour produire une calorie animale ?
Faucheur2 / la vache du riche bouffe la nourriture du pauvre. A qui on dit merci ? A ceux qui crèvent la dalle ? J’ai honte de ce système, j’ai envie de vomir.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - (QUESTION n°2)

PresAni : euh, justement nous abordons maintenant le problème humanitaire de la faim dans le monde. A vous, SeGref.
SeGref : les OGM sont prometteurs de meilleurs rendements grâce à une plus grande résistance aux ravageurs, et peuvent apporter des améliorations nutritives (exemple : le riz doré) ; Ils sont donc un atout incontournable pour permettre à nos descendants de ne pas traverser de crise alimentaire : les OGM constituent « l’arme parfaite pour lutter contre la faim ». En vous opposant aux OGM, vous êtes les affameurs des populations du Tiers-Monde !

PresAni / comment plaidez-vous cette fois-ci ?
Faucheur1 / nous plaidons non coupables. Il est prouvé que l’agriculture paysanne est la plus productive et la plus durable. On a plein d’exemples en Amérique du sud, en Asie et en Afrique (même dans le Sahel !), de l’efficacité des méthodes des agricultures paysannes.
Faucheur3 / Ces paysans qui ne sont pas motorisés, utilisent comme engrais le compost des déchets végétaux et animaux recyclés, leur technique est basée sur la rotation des cultures, sur le choix de variétés rustiques adaptées au conditions locales, (terroir, climat, altitude) et ça donne des récoltes excellentes. On n’en parle jamais dans les sphères bien pensantes !
Faucheur2 / Il est vrai que c’est gênant de reconnaître que des petits paysans sans moyens, puissent faire dix fois mieux que les experts « éminents »des institutions agronomiques nationales ou internationales, qui doivent justifier leur budget, leur carrière et leurs O.G.M...
Faucheur1 / la culture industrielle d’OGM accentuera l’exode rural et les bidonvilles se rempliront davantage, accentuant la misère ; car le problème de la faim dans le monde c’est d’abord un problème de répartition des richesses, de propriété des terres.
Faucheur2 / Une bonne réforme agraire vaut 1000 fois mieux qu’une recette technocratique importée de l’autre coté de la planète comme la « révolution verte » dans les années 1960 ou les OGM aujourd’hui.
(il s’énerve)
Et puis ce n’est pas une hypothétique augmentation des productions agricoles qui vaincra la faim dans le monde. Nous sommes en surproduction chronique et ceux qui ont faim ne peuvent pas acheter ces surproductions. En plus, les agricultures subventionnées des pays riches déstabilisent l’agriculture locale dont les produits sont vendus plus chers : les paysans mexicains sont ruinés par l’arrivée du maïs américain. Le riz haïtien produit par les petits paysans est concurrencé par le riz des agromanagers américains. Etc...
PresAni / calmez-vous sil vous plait. Nous ne sommes pas ici pour faire de l’anti-américanisme primaire.
Faucheur2 (calmé) / n’empêche, c’est en leur fournissant les moyens de produire leur nourriture, en leur laissant le droit de sélectionner et de reproduire elles-mêmes leurs semences qu’on permettra à ces populations de manger à leur faim. C’est parmi les paysans cultivant moins d’un hectare que l’on trouve plus des 2/3 des personnes souffrant de la faim dans le monde.
Faucheur3 / Résoudre le problème de la faim dans le monde, soigner les populations pauvres grâce aux OGM... Les multinationales essaient de nous prendre par les sentiments en nous faisant croire qu’elles sont animées par des causes humanitaires ! Comment vont-elles s’y prendre pour nous faire avaler ce mensonge, alors qu’elles s’évertuent à piller le patrimoine génétique des populations du Sud, pour breveter le vivant et ensuite le faire payer au prix fort aux populations dépossédées.
Faucheur2 (à nouveau en colère) / Les entreprises de biotechnologie agissent « pour résoudre la faim de leurs actionnaires, pas celle des pays en voie de développement » !
Les USA ont même adopté une loi qui conditionne l’assistance à la lutte contre le sida avec l’acceptation des OGM. Leur aide alimentaire contenant des OGM est une manière cynique de faire accepter ceux-ci.
PresAni / ça y est, c’est encore la faute des américains !
AvocaGen / On va finir par croire que vous avez des affinités avec Al Qaida !
Faucheur1 / quelqu’un a dit : « la faim est une arme de destruction massive ». C’est bien ce qui risque d’arriver si on laisse faire les multinationales semencières.

PresAni / à vous AvocaGen ; soyez brefs, car nous prenons du retard. Merci d’avance.
AvocaGen / Pas de problème. Les OGM sont réellement une solution pour éviter les catastrophes alimentaires qui sévissent dans les pays pauvres. En effet les OGM résistant aux insecticides empêcheront les dévastations de cultures par les criquets et autres insectes prédateurs. Aujourd’hui, presque la moitié des productions végétales des pays en voie de développement est perdue comme cela !
Partout dans le monde, la végétation, les forêts seront épargnées des ravages de colonies de chenilles et insectes phytophages. Des OGM pourront être mis au point pour rendre les plantes résistantes au stress, comme la sécheresse.
On peut ajouter également que le génie génétique apporte des solutions pour protéger les plantes contre les maladies virales. Ca fonctionne comme un vaccin que produit la plante et qui aboutit à une véritable immunisation.
Comme quoi, les arguments dressés par les opposants aux OGM sont inopérants !

PresAni / est-ce-qu’un membre du jury souhaite poser une question ?
Juré3 / que pensez-vous du riz doré qui est présenté comme une solution pour améliorer la nutrition des populations pauvres asiatiques et africaines ?
Faucheur3 / Le riz doré transgénique, qui est enrichi à la vitamine A, n’est pas le produit miracle annoncé : un adulte devra avaler au moins 6 kgs de ce riz par jour pour obtenir sa ration nécessaire en vitamine A ! Il serait plus judicieux de réintroduire les plantes riches en vitamines, auparavant abondantes et disponibles à bas prix.
Faucheur1 / On a poussé de nombreux pays du Sud à développer l’agriculture d’exportation et les gens y ont perdu en autonomie. L’agriculture vivrière est indispensable pour atteindre l’auto-suffisance alimentaire.
Faucheur2 / Faut arrêter de dire aux gens de là-bas ce qui est le mieux pour eux. Si on voulait vraiment les aider, on ne leur imposerait pas de conditions. Le colonialisme n’est pas mort !
AvocaGen / je ne rentrerai pas dans cette polémique. Le riz doré n’est pas le seul exemple d’’amélioration de la nutrition des populations pauvres. Un manioc génétiquement modifié est mis au point pour régler un problème essentiel : les racines de manioc pourrissent très vite après la récolte, en produisant une substance qui dégage du cyanure ! Dites, les faucheurs : le manioc, c’est bien une culture vivrière, non ?

Juré1 / Et les agriculteurs de chez nous : qu’est-ce qu’ils y gagnent ???
Faucheur2 (excité) / rien du tout, ils vont se faire avoir sur toute la ligne, ils... (PresAni l’interrompt)
PresAni / Stop... N’abordons pas tous les problèmes en même temps. En ce qui concerne l’avenir des professions agricoles, je vous propose d’y revenir tout à l’heure à l’occasion des questions sur l’emploi et l’économie. Accordons quelques instants au jury pour réfléchir.
(le rideau se ferme)

SCENE 3 : Trois questions sur l’environnement et la santé

(le rideau s’ouvre)

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - (QUESTION n°3)

PresAni / Le 2ème thème pose la question très controversée des risques sur l’environnement. A vous la parole SeGref.
SeGref / les OGM résistants aux herbicides et ceux qui contiennent un gène insecticide permettent de diminuer les épandages de pesticides, ce qui est un bienfait pour l’environnement. De plus, des OGM sont mis au point pour dépolluer en capturant des métaux lourds, d’autres pour lutter contre l’effet de serre en absorbant davantage de CO2. Les biotechnologies apportent des solutions contre les grands problèmes d’environnement et pourtant vous les critiquez : vous êtes des ennemis de la nature ! Et du développement durable, bis repetita !

PresAni / comment plaidez-vous ? Non coupable, encore ?
Faucheur1 / nous plaidons non coupables, ...
PresAni / Le contraire m’aurait étonné !
Faucheur1 / d’abord, sur les OGM résistant aux herbicides : l’expérience montre que les agriculteurs répandent davantage d’herbicides, qui s’accumulent dans les sols, les nappes phréatiques et la chaîne alimentaire ! Pourquoi ? Ils n’ont plus besoin de faire attention aux plantes cultivées, et ça va plus vite qu’en utilisant d’autres techniques de désherbage (binage, …). Les plus riches traitent par hélicoptère !
Faucheur2 / Avec ça, les menaces sur la biodiversité par contamination génétique des espèces naturelles. Un gène qui « s’échappe » des plantes dans lesquelles il a été introduit ne peut pas être renvoyé au laboratoire ! Idem pour les élevages de saumon ou autre poisson transgénique : on ne pourra pas les empêcher de se propager dans le milieu naturel.
Faucheur3 / Les écosystèmes sont menacés dans leur fragile équilibre ; l’homme en est le dernier maillon, c’est-à-dire le plus exposé aux risques.
Faucheur1 / Plutôt que d’imaginer des réponses technologiques sophistiquées qui réparent les dégâts sur l’environnement, on ferait mieux de s’attaquer aux causes !

PresAni / à vous AvocaGen
AvocaGen / l’acte d’accusation montre clairement combien les critiques formulées par les opposants aux OGM sont rétrogrades. En réalité les OGM nous permettront, comme d’autres découvertes scientifiques qui sont à venir, de résoudre les grands problèmes qui sont posés à l’humanité. Ces soit-disant écologistes savent-ils qu’un eucalyptus transgénique est expérimenté pour absorber 20% de plus de CO2 ? Que vont-ils nous proposer en échange, pour lutter contre le réchauffement climatique ?
Les critiques contre les OGM herbicides tels que le maïs Roundup ready de Monsanto ne sont pas fondées : l’utilisation de cet herbicide est sans danger si on respecte les règles d’utilisation marquées sur les étiquettes du fabricant. Ce produit est utilisé depuis des décennies sans que l’on ait pu observer des risques !
Faucheur2 / c’est faux ! C’est de la manipulation ! (PresAni l’interrompt)
PresAni / ça suffit. Est-ce-qu’un membre du jury souhaite poser une question ?

Juré1 / je trouve que les OGM résistant aux insecticides sont un progrès : que peut-on leur reprocher ?
Faucheur1 / il existe souvent des alternatives biologiques. Exemple : la pyrale du maïs est parasitée par le trichogramme, une micro-guêpe. Le fameux maïs Bt résistant à la pyrale pose le problème de l’adaptation de celles-ci. Les scientifiques pensent que les insectes, soumis à une forte sélection, deviendront rapidement résistants : n’est-ce pas une loi de l’évolution montrée en son temps par Darwin ?
Faucheur3 / Et puis les molécules insecticides introduites dans les OGM seront ensuite absorbées par les animaux ou l’homme : cela augmente la quantité de pesticides dans l’alimentation : ça aggrave les problèmes de santé publique.
PresAni : la santé on en reparlera tout à l’heure.
Faucheur3 / oui mais quand même, à propos du Roundup : on y voit de plus en plus clair avec le temps. Des études récentes montrent qu’il est persistant dans le sol, qu’il peut modifier la composition microbienne du sol et faciliter le développement de champignons pathogènes qui attaquent les récoltes et sont dangereux pour les animaux et l’homme. Comme les autres produits chimiques, le glyphosate (c’est la molécule « active ») est de plus en plus soupçonné d’augmenter les risques de cancer. Ca nous renvoie au principe de précaution.
PresAni / on en parlera tout à l’heure également. C’est vraiment difficile de ne pas globaliser les questions !
Faucheur2 / On n’a pas le choix, on doit analyser globalement, sinon on passe à côté du problème. Evidemment, ce n’est pas le souci de ceux qui ne pensent qu’à la rentabilité immédiate de leur entreprise.

Juré3 / Que répondent les faucheurs sur l’argument des OGM pour lutter contre la pollution ?
Faucheur1 / On a aussi entendu parler d’un OGM qui dégraderait le pétrole des marées noires, de PGM qui absorberaient les surplus de nitrates dans le sol, qui détecteraient la présence anormale de radioactivité... Pour tous ces problèmes graves, ainsi que le réchauffement climatique, eh bien les industries biotechnologiques ne sont pas très motivées car c’est très compliqué à mettre au point, et le retour sur investissement n’est pas juteux : il faudrait les stimuler.
Faucheur3 / Nous le répétons, il est plus efficace de lutter contre les causes de ces pollutions, qui sont toujours dues à notre mode de vie et notre développement « pas du tout durable » jusqu’ici. Si dans les pays riches où tous les besoins fondamentaux sont satisfaits, on consommait moins, on ne gaspillait pas les ressources limitées de la planète, ce seraitmieux, non ?
Faucheur1 / Au lieu d’être obsédés par le PIB et la croissance économique à l’infini, les politiques devraient prendre leurs décisions en tenant compte de l’empreinte écologique et des indicateurs de bien-être !
PresAni / oh, oh... On s’égare. On ne va pas faire d’économie politique ici !
Faucheur2 / si, on devrait ! Ne serait ce que pour démonter la propagande des multinationales qui nous vendent leurs marchandises de merde dans des emballages de luxe !
PresAni / s’il vous plait, essayez de garder votre calme. Sinon on ne pourra pas aller au bout. D’accord ? (Faucheur2 opine)

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - (QUESTION n°4)

PresAni / Voyons maintenant les RISQUES de DISSEMINATION de plantes transgéniques dans la nature.
SeGref / toutes les précautions sont prises pour qu’aucun risque ne soit couru ; par exemple les essais de maïs OGM, les plus fréquents en plein champ. Ils sont entourés de parcelles « tampon » ; comme le pollen de maïs a une durée de vie de 2 heures seulement, et qu’il ne peut pas se croiser avec des plantes sauvages sous nos latitudes, il n’y a donc aucun risque, cette technologie est fiable : vous les faucheurs, vous faites de la mascarade médiatique.

PresAni / comment plaidez-vous ?
Faucheur1 / nous plaidons non coupables.
PresAni / c’est devenu une habitude !
Faucheur1 / La question du pollen n’est pas si simple. Les « périmètres de sécurité » sont très théoriques, ça fait penser à la frontière qui faisait soit-disant barrage au nuage de Tchernobyl en 1986 !
Faucheur2 / un maïs OGM peut parfaitement contaminer un maïs conventionnel ou biologique. Les agriculteurs bio du sud-ouest vont mettre la clé sous la porte !
Faucheur3 / Les régions du monde d’où le maïs est originaire sont extrèmement menacées : c’est déjà le cas au Mexique.
Faucheur1 / De nombreux travaux récents montrent que les mécanismes de la vie sont beaucoup plus complexes que ce que laissent penser les suppositions sur lesquels s’appuient les techniques empiriques de manipulation génétiques.
Faucheur3 / Le petit détail que constitue « un petit gène en plus » dans une ou plusieurs espèces peut générer un effet « boule de neige » sur l’écosystème qui l’héberge. Des espèces qui ont acquis accidentellement une nouvelle propriété qui leur donne un avantage sur les autres vont augmenter, jusqu’à un bouleversement de la représentativité de l’ensemble des espèces peuplant l’écosystème. Ce mécanisme de sélection se produit normalement en réponse à des changements climatiques ou tout autre phénomène naturel ; il est à l’origine de évolution des espèces.
Faucheur1 / Mais dans le cas présent, seules les pratiques culturales incontrôlées de l’homme en seraient responsables et ne reflèteraient donc pas une réelle nécessité d’adaptation. Une entreprise biotechnologique envisage de mettre au point une technique pour supprimer l’ADN étranger des PGM avant récolte. Ainsi la plante cultivée bénéficierait de la propriété du caractère génétique modifié mais les produits alimentaires ne seraient pas touchés. Et cela éviterait tout risque de dissémination dans l’environnement.
Faucheur2 / Mais cela ne rendra pas l’agriculture plus profitable aux agriculteurs ni plus sûre pour la société car l’usage de produits chimiques est renforcé. Dites-nous donc, pourquoi la société devrait-elle accepter une technologie, l’agrochimie, qui n’a pas fait ses preuves, pour en améliorer une autre qui est défectueuse, les OGM ?
Faucheur1 / On n’a parlé jusqu’ici que de la pollution « horizontale », par le pollen, avec le vent ou les insectes. Il y a un phénomène qui est passé sous silence : ce sont les risques de dissémination par les racines et par les micro-organismes du sol, sont avérés (on appelle ça la pollution « verticale ». Là-dessus, les pro-OGM sont muets : ils ne se sont pas intéressés à la question !!!
Faucheur2 / Lorsqu’une plante transgénique aura contaminé des régions entières, faudra-t-il les brûler pour s’en débarrasser, comme on a brûlé les farines animales et les vaches folles ?

PresAni / Après cette avalanche d’arguments qui divisent même la communauté scientifique, je passe la parole à AvocaGen.
AvocaGen / si des études mettent en évidence des risques potentiels dans nos contrées pour des cultures comme le colza ou la betterave, en revanche on sait que la culture des maïs OGM ne pose aucun problème chez nous : le maïs ne peut pas se croiser avec d’autres plantes ! Les fauchages de maïs OGM sont complètement injustifiés et méritent la plus grande sanction !
La dispersion du pollen a été étudiée pour un grand nombre d’espèces cultivées, ce qui a permis aux commissions d’évaluation de définir des distances d’isolement pour les essais OGM par rapport à des cultures conventionnelles de la même espèce. Ces distances varient selon la biologie de la plante et la finalité de la culture (essai, production de semence ou commercialisation). Par exemple, de 200 à 400 mètres pour le maïs, elles atteignent 1000 mètres pour la betterave à sucre.
Au-delà de ces distances d’isolement, la probabilité de retrouver le transgène chez les espèces proches est donc très faible. Et si jamais un grain de pollen OGM féconde une plante « cousine », la diffusion d’un transgène à la descendance ne sera favorisée que s’il apporte un réel avantage à l’espèce en termes de survie et de reproduction.
La réglementation impose que certains essais OGM soient entourés de plantes « de bordure » qui jouent le rôle de piège à pollen. De plus, pour certaines espèces, des contrôles sont réalisés les années suivantes afin de suivre les repousses potentielles. Ces différentes mesures imposées par la réglementation pour la mise en place d’essais OGM permettent donc d’éviter les transferts de gènes entre variétés transgéniques et conventionnelles.
Une autre voie potentielle de dissémination de transgène d’une plante OGM serait un transfert vers les micro-organismes du sol : il n’a jamais été mis en évidence après plus de 10 000 essais expérimentaux. Ce risque est donc essentiellement théorique. Il est scandaleux de faire croire qu’il y a danger.

PresAni / ouh la la c’est un peu compliqué tout ça. Est-ce qu’un membre du jury souhaite poser une question ?
Juré1 / qu’est-ce-que la dissémination par les racines et les micro-organismes du sol ? On n’en entend jamais parler.
Faucheur3 / On distingue d’une part la contamination dite “ horizontale ”, c’est-à-dire par pollinisation et croisements inter-variétaux, et d’autre part la contamination dite “ verticale ”, c’est-à-dire le transfert direct de matériel génétique entre deux organismes, sans croisement, par exemple entre plantes et micro-organismes du sol, ou encore d’une plante à une autre plante via les virus.
Ce phénomène de transfert horizontal est démontré entre bactéries « in vitro » et dans le sol, ainsi qu’entre des plantes et des champignons microscopiques parasites des plantes.
Faucheur1 / Les dangers potentiels du transfert horizontal de gènes GM comprennent la dissémination de gènes de résistance aux antibiotiques vers des pathogènes, la génération de nouveaux virus et bactéries provoquant des maladies et des mutations dues à l’insertion hasardeuse d’ADN étranger, certains pouvant conduire au cancer des cellules des mammifères.
Faucheur3 / Il a été prouvé que les gènes marqueurs de résistance aux antibiotiques des plantes GM transfèrent horizontalement vers les bactéries et champignons du sol en laboratoire. Le contrôle des champs a révélé que l’ADN de la betterave sucrière GM persistait dans le sol plus de deux ans après que la culture GM aie été semée. Et il y a des preuves suggérant que des parties d’ADN transgénique ont effectué des transferts horizontaux vers les bactéries dans le sol.
Faucheur2 / c’est quand même « étonnant » que les partisans des OGM n’en parlent jamais !
AvocaGen / Il n’y a pas besoin d’affoler les populations avec des risques si improbables.
En ce qui concerne les antibiotiques : bien que ce risque ait été lui aussi considéré comme très faible, on a décidé d’interdire la mise sur le marché d’un OGM lorsqu’il contient un gène de résistance à un antibiotique.

Juré1 / Est-ce que la biodiversité est menacée ?
AvocaGen / La transgénèse permet d’explorer la diversité génétique des espèces végétales, et donne des nouvelles possibilités de création de variétés : la biodiversité est enrichie.
Faucheur2 / Pincez-moi, je rêve !
Faucheur3 / Les PGM ne s’inscrivent pas dans la continuité, mais en rupture avec la sélection végétale naturelle, tout comme le clonage des mammifères supérieurs dans le monde animal.
Faucheur2 / on ne trouve pas de « chimères » dans la nature !!!

PresAni / eh bien vos divergences ne simplifient pas notre tentative de comprendre le problème. Aïe aïe aïe !
Faucheur2 / c’est rendu compliqué parce que la controverse sur les OGM est aussi la confrontation de deux modèles de société qui sont opposés !
Faucheur1 / il y a aussi parler des risques de dissémination d’OGM, à la suite d’erreurs de commercialisation : c’est arrivé pour un maïs – non autorisé – résistant à un antibiotique.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - (QUESTION n°5)

PresAni / On vient d’entendre parler d’éventuels risques pour la santé, eh bien profitons-en pour aborder la question la plus épineuse : la SANTE justement. Allez-y SeGref.
SeGref / les OGM à vocation thérapeutique guériront à moindre coût de plus en plus de maladies, en particulier celles orphelines, la mucoviscidose, et toutes celles devant lesquelles la médecine est encore impuissante… Vous saccagez des champs d’OGM consacrés à la recherche médicale, ce qui condamne des malades à brève échéance : vous êtes des vandales, des assassins.

PresAni / comment plaidez-vous ? Je sens que là, vous allez faire une exception !
Faucheur1 / nous plaidons non coupables, ...
Juré2 / C’est choquant et scandaleux !
PresAni / même là-dessus, vous osez ?! Pfffff
Faucheur3 / Depuis plusieurs décennies, les chercheurs ont mis au point des médicaments à partir d’OGM sur souches de levures en milieu confiné. Le diabète est soigné depuis longtemps par ce moyen. La productivité en laboratoire est bien plus prometteuse que celle des cultures en plein champ : elle n’est soumise ni aux aléas climatiques, ni aux pollutions, ni aux attaques de parasites ; la purification est optimisée. Ces médicaments peuvent être produits à l’échelle industrielle : pourquoi faire courir des risques inconsidérés avec des PGM ?
Faucheur1 / Les expérimentations sur les végétaux cultivés en plein champ ne sont donc pas les seules pistes de recherche à développer. Les techniques développées en laboratoire sont plus prometteuses que les techniques sur support végétal, et sans danger.
Faucheur2 / Les OGM-médicaments sont utilisés avant tout pour convaincre la population des bienfaits des OGM : c’est une arnaque ! Les grandes entreprises pharmaceutiques ont cherché à empêcher la production de médicaments génériques pour soigner le sida en Afrique et en Amérique du Sud : maintenant ils seraient prêts à jouer les bons samaritains ?

PresAni / à vous AvocaGen
AvocaGen / nous touchons ici au summum de l’irresponsabilité. Les faucheurs sont moins bavards que tout à l’heure, et pour cause ! Les transformations génétiques interviennent dans le domaine médical depuis les années 1980 pour soigner le diabète en produisant de l’insuline grace à une bactérie modifiée génétiquement, ça c’est vrai. Mais les PGM ouvrent de nouveaux horizons prometteurs. Les chercheurs en biotechnologie ont dans leurs cartons des projets formidables, qui ne pourront voir le jour qu’en plein air. En voici un échantillon :
Obtenir de l’hémoglobine avec des tabacs et des colzas, de l’albumine humaine avec des pommes de terre et des tabacs (encore) ; les protéines sanguines ainsi obtenues sont indemnes de tout virus et évitent les contraintes de compatibilité liées aux groupes sanguins.
Avec le tabac, encore : traiter la sclérose en plaques, produire des anticorps pour mieux cibler les traitements anticancéreux. Belle revanche sur la nature, car on sait que le tabac est très cancérigène !
Il y a aussi les bananes avec lesquelles on peut synthétiser des vaccins ; des maladies graves comme l’hépatite B et les diarrhées bactériennes ne seront plus mortelles : il suffira de manger des bananes !
Faucheur2 / J’ai lu ça, ma fille m’a montré un prospectus distribué à l’école. C’est de la propagande honteuse !
PresAni / Vous n’avez pas à interrompre AvocaGen. Continuez s’il vous plait.
AvocaGen / Ce n’est rien, je comprends qu’il soit déstabilisé ! Revenons en à l’actualité avec les maïs OGM : nous avons rappelé précédemment qu’ils ne présentaient aucun risque de dissémination dans l’environnement. Ils présentent l’avantage de produire de la lipase gastrique nécessaire pour soigner tous, j’ai bien dit TOUS les malades atteints de la mucoviscidose. C’est pourquoi nous demandons au jury d’être très sévère à l’encontre de ces faucheurs qui n’éprouvent aucune compassion.
Enfin, dernier argument mais pas le moindre : , les PGM médicaments coûtent nettement moins cher !
Faucheur2 / C’est n’importe quoi ! Quand j’ai appris l’existence d’essais d’OGM en plein champ dans ma région, j’ai décidé de participer aux fauchages parce que c’était des maïs OGM agro-alimentaires, et ça je suis convaincu depuis longtemps que c’est dangereux et inutile. Mais s’il y avait eu des maïs-médicaments, je n’aurais pas fauché, parce que je pensais à l’époque que c’était vraiment une bonne cause. Depuis, je me suis informé et j’ai compris que c’était simplement de l’intox’ pour faire passer les OGM dans l’esprit des gens en jouant sur la compassion, justement !
Faucheur3 / La question du coût est complètement faussée, car les coûts indirects sont ignorés. Aucune estimation n’a été faite quant aux dépenses qu’imposerait la contamination des variétés cultivées pour l’alimentation. En l’absence de couverture par les assurances (qui refusent totalement) c’est l’Etat, c’est-à-dire le contribuable, qui fera face aux dépenses.

PresAni / est-ce-qu’un membre du jury souhaite poser une question ?
Juré3 / Oui. Pouvez-vous développer l’argument sur la production de médicaments transgéniques en laboratoire ?
Faucheur3 / l’expérimentation de PGM médicaments n’est justifiée que si la production des molécules utiles ne peut pas être obtenue en milieu confiné... Or ces mêmes médicaments peuvent être produits dans les conditions rigoureuses et confinées des fermenteurs, des incubateurs et des bioréacteurs. La procédure de purification est grandement facilitée et la production ne dépend pas des aléas de la production agricole en plein champ. Ainsi la production confinée présente-t-elle des avantages incontestables par rapport à la production en plein champ.
Faucheur2 / Ce sont des chercheurs en biologie moléculaire et en génétique qui nous ont expliqué en quoi les PGM médicaments sont une arnaque ! On n’invente rien.

Juré2 / Est-il vrai que les OGM peuvent poser des risques pour la santé, du genre allergie ?
Faucheur3 / les allergies alimentaires sont provoquées par des protéines auxquelles l’organisme réagit. Or, ce sont les gènes qui sont responsables de la fabrication de protéines. Le risque est d’autant plus grand lorsque l’organisme d’origine du gène introduit ne fait pas partie de l’alimentation humaine. Et c’est le cas pour la plupart des plantes transgéniques !
Faucheur1 / Un autre risque concerne les plantes transgéniques qui contiennent un gène de résistance aux antibiotiques. Des scientifiques craignent le passage de ce gène de résistance à des bactéries du système digestif : cela rendrait inefficace l’utilisation de certains antibiotiques en médecine.
Faucheur2 / Et puis les OGM qui contiennent un pesticide : plein de produits chimiques polluants -dont les pesticides justement - sont dénoncés par les recherches en médecine d’être l’une des causes majeures de problèmes de santé graves et difficiles à soigner : cancers, malformations congénitales, maladies du système nerveux, maladies dégénératives, allergies, stérilité…
AvocaGen / des études toxicologiques sont faites et en cas de risque allergénique, les essais sont stoppés. Vous frisez la paranoïa !
Faucheur3 / Enfin, on ignore encore tout des risques d’apparition de nouveaux produits toxiques aux effets inconnus.
PresAni / Tiens, tiens. Voici une excellente transition pour le sujet suivant : le principe de précaution. Mais auparavant, accordons quelques instants au jury pour réfléchir.
(le rideau se ferme)

SCENE 4 : Deux questions sur la science et la recherche

(le rideau s’ouvre)

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - (QUESTION n°6)

PresAni / voici un thème encore moins évident : le rôle de la science et de la recherche. Et d’abord, la controverse sur l’interprétation et l’application du PRINCIPE de PRECAUTION
SeGref / savez-vous que si Pasteur avait appliqué ce principe, nous ne bénéficierions pas des vaccins ? Vous affolez la population en prétendant que des risques sûrs et certains existent pour la santé et l’environnement.. Pourtant, aucune étude sérieuse n’a encore révélé le moindre danger. Les instances de contrôle sanitaire et éco-toxicologique sont bien en place, toutes les précautions sont prises et contrairement à ce que vous affirmez, l’homme ne joue pas à l’apprenti sorcier en inventant des « chimères ». Vous vous présentez comme le dernier rempart contre les savants fous, vous n’êtes que des réactionnaires ignares, et vous agissez comme des véritables terroristes !

PresAni / comment plaidez-vous ?
Faucheur1 / nous plaidons non coupables, ...
PresAni / comme de bien entendu. Je me demande si je vous poserai cette question dorénavant !
(Arguments)
Faucheur2 / la charte de l’environnement, c’est pas pour des prunes !
Faucheur1 / l’article 5 dit : « Lorsque la réalisation d’un dommage, bien qu’incertaine en l’état des connaissances scientifiques, pourrait affecter de manière grave et irréversible l’environnement, les autorités publiques veillent, par application du principe de précaution et dans leurs domaines d’attributions, à la mise en oeuvre de procédures d’évaluation des risques et à l’adoption de mesures provisoires et proportionnées afin de parer à la réalisation du dommage. ». Aujourd’hui, le principe de précaution n’est pas respecté.
AvocaGen / Mais si, justement ! Et je vous le montrerai le plus simplement du monde.
Faucheur3 / avec le principe de précaution, la charge de la preuve est rétablie dans le bon sens ; pour un nouveau produit, il faut prouver qu’il n’y a pas de danger grave. Le risque zéro n’existe pas, d’accord ; mais on ne doit pas tolérer un produit mis sur le marché si ’on n’est pas certain de maîtriser le risque.
Faucheur2 / Pour cela, il faudrait d’abord l’évaluer ! les instances de contrôle (CGB, ...) sont influencées par le lobby biotechnologique !
Faucheur1 / Aucune compagnie d’assurance ne veut couvrir les risques génétiques ! C’est quand même révélateur.
Faucheur2 / Lorsque la recherche est confiée au secteur privé, on ne peut pas avoir confiance ! Quand les résultats d’études privées sont défavorables, ils sont cachés ; une étude indépendant qui révèle un risque est niée systématiquement !
Faucheur3 / Les essais doivent être menés en milieu confiné, pour éviter toute dissémination incontrôlée. Si une contamination accidentelle survient, on ne saura pas la stopper.
Faucheur2 Faudra-t-il brûler des régions entières et les stériliser ? Une chose est sûre : c’est la société civile qui paiera la facture en plus de subir les dégâts. C’est toujours pareil : le bénéfice pour les entreprises, les coûts à la charge de la collectivité.
Faucheur1 / Les multinationales veulent rentabiliser leurs travaux dans un temps minimum sans souci réel des risques : leurs tests éco-toxicologiques sont insignifiants, elles recherchent surtout de nouveaux marchés économiques !
Faucheur2 / Les OGM devraient être appelés CCB : Clones Chimèriques Brevetés !

PresAni / Rien que ça ! à vous AvocaGen
AvocaGen / là où certains glosent sur le principe de précaution, n’apparaît qu’une frilosité sans âge ! Sommes-nous en réalité en train de mener un débat ?
Comment voulez-vous que les chercheurs contrôlent l’innocuité des OGM sur l’environnement si vous limitez les essais en laboratoire ? On ne peut pas « fermer » des cultures sur des km² ? C’est impensable. Les essais sont d’abord menés en laboratoire : c’est une période d’observation. Ensuite on est obligé de tester en grandeur réelle, mais on le fait en respectant les périmètres de sécurité. On ne peut pas se limiter aux essais en laboratoire pour connaître le comportement des espèces naturelles avec les OGM. J’affirme que les faucheurs ne comprennent pas le principe de précaution.

PresAni / est-ce-qu’un membre du jury souhaite poser une question ?
Juré3 / je suis choqué par les critiques contre les chercheurs : pour qui vous prenez-vous donc pour oser les accuser d’irresponsables ?
Faucheur3 la science a été pendant plusieurs siècles un moteur d’émancipation. Aujourd’hui elle est devenue technoscience, et représente un formidable pouvoir. Pour servir le bien-être de l’ensemble des humains de la planète, ce pouvoir requiert d’autres motivations que le désir de puissance ou les logiques de profit. Après la « maîtrise de la nature » doit venir la « maîtrise de la science », par la citoyenneté scientifique.

PresAni / vous remettez donc en cause l’indépendance de la RECHERCHE y compris celle PUBLIQUE !
SeGref / des milliers de chercheurs et scientifiques de grand renom dénoncent les actions de fauchage parce qu’elles bloquent toute progression de la connaissance ; ils demandent qu’on respecte leur liberté et qu’un vrai débat soit organisé. Vous laissez entendre que les recherches sur les OGM, y compris les recherches publiques, ne sont pas indépendantes et qu’elles sont télé-guidées par des intérêts économiques. Vous alimentez la controverse par des affirmations péremptoires qui décrédibilisent notre recherche : vous êtes des traîtres doublés d’obscurantistes !

PresAni / comment plaidez-vous ? Euh, non, laissons tomber !
Faucheur1 / nous persistons en plaidant non coupables, ...
Faucheur2 / La recherche en milieu confiné : OK pour la développer ! Mais les essais en plein champ : pas question, c’est trop dangereux.
Faucheur3 / Alors que le vivant est d’une complexité inouïe, la majeure partie de l’effort de recherche porte sur la seule biologie moléculaire (transgénèse, clonage, thérapie génique...) où domine une vision réductionniste qui ne tient pas compte de l’interaction de chaque organisme avec son environnement ! Il faut savoir que sur 30 cm d’épaisseur, le sol héberge 80% de la biomasse. Mais ça n’intéresse plus l’INRA, qui a tendance à considérer que le sol est une matière inerte que l’on peut gaver d’engrais !
Faucheur1 / il faut renforcer mais aussi réorienter la recherche publique au service du vivant, d’une agriculture durable respectueuse de l’environnement. Quel est l’intérêt d’une expérience comme celle menée par l’INRA avec des peupliers transgéniques dans le but d’accélérer leur croissance et fournir davantage de pâte à papier ?
Faucheur2 / Si c’est pour remplir nos boîtes aux lettres avec plus de prospectus publicitaires, ce n’est pas un progrès !
Faucheur3 / Les objectifs de la Recherche Publique ne doivent pas être guidés par des impératifs économiques. Mais les établissements publics sont de plus en plus incités à passer des contrats de recherche avec les industriels pour boucler leur budget. Les experts se retrouvent en situation de conflit d’intérêt lorsqu’ils sont appelés par l’Etat pour donner leur avis.
Faucheur1 / Certains chercheurs ont même créé leur labo privé pour travailler de concert avec des multinationales : ceux-la ont abandonné toute idée d’indépendance.
Faucheur3 / La recherche publique doit être conduite et développée en toute indépendance vis-à-vis des intérêts particuliers pour garantir l’objectivité et la transparence des résultats. On doit définir des objectifs respectant l’intérêt général et non pas pour faire du business !
Faucheur2 / Sous prétexte de recherche fondamentale, les essais d’OGM en plein champ sont d’abord destinés à remplir un cahier des charges pour obtenir des brevets commerciaux sur le monde du vivant !

PresAni / Hummh. A vous AvocaGen
AvocaGen / ce n’est pas sérieux ! J’entends certains qui prétendent apporter une réflexion scientifique et argumentée, alors qu’ils se livrent à des saccages sauvages et illégaux : ces activistes arracheurs n’ont pas le droit de bloquer la recherche génétique ni l’innovation scientifique ! Qui sont-ils pour vouloir nous protéger contre les chercheurs et leur faculté d’exercer leur faculté critique ? C’est la liberté de la recherche qui est menacée !
Il ne faut pas laisser triompher le « José Bovisme » au pays de Descartes, Condorcet, Lavoisier, Pasteur, Marie Curie et tous nos scientifiques qui se sont illustrés par leur dévouement et leur ouverture d’esprit. Les philosophes et les scientifiques du « siècle des lumières » se retournent dans leur tombe !
Faucheur2 / Vous nous avez déjà accusé de terroristes, maintenant on serait des traîtres : et vous avez même insinué qu’on est chez Alq’Aida ? Ca frise le ridicule !

PresAni / est-ce-qu’un membre du jury souhaite poser une question ?
Juré2 / en quoi les brevets déposés par les firmes biotechnologiques peuvent-ils gêner la recherche ?
Faucheur3 / Plusieurs centaines de scientifiques internationaux ont pris position en mars 2005. Ils demandent que soient interdits les brevets sur des formes et des processus du vivant parce que :
1) ils menacent la sécurité alimentaire,
2) ils autorisent la bio-piraterie des connaissances indigènes et des ressources génétiques,
3) ils violent les droits humains élémentaires et la dignité,
4) ils compromettent la santé,
5) ils constituent un obstacle à la recherche médicale et scientifique.
AvocaGen / Des milliers de chercheurs estiment au contraire que c’est vous qui faites obstacle à la recherche ! Vos inquiétudes sont respectables, mais injustifiées.
Faucheur1 / C’est un comble, car des chercheurs qui ont démontré les impacts nocifs d’OGM sur la santé ont été privés de moyens pour continuer. Il y a même eu des licenciements et des campagnes de diffamation, orchestrées par les multinationales bien sûr !
Faucheur2 / la liberté, c’est seulement pour ceux qui sont du bon côté du manche !

Juré3 / Une question à propos de Marie Curie citée tout à l’heure par AvocaGen : n’est-elle pas décédée suite à ses expériences sur la radio-activité, à une époque où les risques n’étaient pas connus ?
Faucheur1 / Il y a beaucoup d’analogies entre l’histoire du nucléaire et celle de la transgénèse : absence de consultation de la société, lobby économique puissant, négligence de risques potentiels. Avec une différence importante quand même : l’implication forte de l’Etat via le militaire puis dans le civil avec EDF.
Faucheur3 / L’histoire de la radioactivité devrait nous mettre en garde et être prudents. Malheureusement on s’est lancé à fond dans l’énergie nucléaire et on accumule les déchets radioactifs sans savoir comment les rendre inoffensifs : ne recommençons pas les mêmes erreurs !
Faucheur2 / Y en a qui disent que le nucléaire c’est propre, parce qu’elle ne contribue pas à l’effet de serre ! Ca serait une énergie digne du développement durable. Moi je dis que ce sont les déchets radioactifs qui sont durables, vous pensez : plusieurs milliers d’années. C’est complètement irresponsable, et les OGM c’est pareil !
PresAni / Stop stop... Accordons quelques instants au jury.
(le rideau se ferme)

SCENE 5 : Deux questions sur l’économie et l’emploi

(le rideau s’ouvre)

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - (QUESTION n°8)

PresAni / on vous reproche de saboter des secteurs économiques en plein essor, avec les emplois à la clé.
SeGref / par vos destructions d’expérimentations scientifiques, vous mettez la France - et l’Europe – en retard par rapport aux Etats-Unis qui se frottent les mains ! Leurs entreprises vont continuer à gagner des parts de marché, et les nôtres auront tellement de difficultés qu’elles licencieront. Pourtant les industries agro-alimentaires, biotechnologiques et pharmaceutiques sont des secteurs d’activité créateurs d’emplois. Vous condamnez des milliers de français - et- d’européens – au chômage !

PresAni / question rituelle : comment plaidez-vous ? Non coupable, évidemment ?
Faucheur1 / nous plaidons non coupables, ...
Juré3 / Bravo, merci bien ! Moi je veux trouver du travail !
Faucheur2 / Si ça ne tenait qu’à nous, vous en trouveriez facilement !
Faucheur1 / l’agriculture paysanne est génératrice de nombreux emplois répartis sur tout le territoire, l’agriculture intensive en supprime énormément.
Faucheur3 / des milliers de familles de paysans ont été contraints de quitter la terre en 30 ans, au nom du progrès. Cette hémorragie silencieuse dont on ne parle jamais dans la presse, elle représente 35 000 exploitations par an en France - une tous les quarts d’heure) soit plus de 100 000 emplois directs et indirects qui disparaissent chaque année dans notre beau pays.
Faucheur2 / Ce ne sont pas quelques emplois « high-tech » qui vont compenser ! Et puis ils seront concentrés dans les grandes villes : ça accentuera l’exode rural et ça augmentera les problèmes liés à la surpopulation dans les métropoles (logement, transport, pollutions, …). Nous on ne veut pas d’une société à 2 vitesses !
Faucheur1 / On a besoin de relocaliser l’économie et de réinventer un monde plus humain. Rapprocher les producteurs et les consommateurs, diminuer les transports (c’est bientôt la fin du pétrole), rétablir l’artisanat, ne pas vouloir tout industrialiser à tort et à travers, …Les progrès technologiques augmentent la productivité, c’est un avantage… surtout si on partage le travail ! Ce n’est pas le but du capitalisme de marché.
Faucheur2 / Vous avez dit qu’on allait prendre du retard sur les Etats-Unis. Moi je dis que si on arrive à épargner les terres européennes de l’invasion des OGM, c’est nous qui seront en avance sur les américains ! Ils peuvent se préparer à accepter l’aide alimentaire des pays non-OGM, et nous on leur imposera pas des conditions à la c… (PresAni l’interrompt)
PresAni / Tiens, ça faisait longtemps qu’on n’avait pas entendu de réflexion sur l’Amérique ! qu’avez-vous à dire sur le sujet, AvocaGen

AvocaGen / La recherche et l’innovation sont les atouts de notre compétitivité. La destruction d’essais de plantes transgéniques porte un grave préjudice aux activités de recherche et développement en biologie végétale, secteur où la France se place encore parmi les meilleurs au plan international. S’il n’est plus possible de mener chez nous un programme d’amélioration des plantes avec les technologies de pointe, ce sont les autres pays qui en profiteront. Et je ne pense pas seulement aux Etats-Unis, mais à la Chine, l’Inde, l’Union Sud-Africaine et d’autres pays émergents en Amérique du Sud qui ont bien compris où se joue leur avenir et leur développement. Nous risquons de perdre aujourd’hui nos entreprises et nos chercheurs les plus inventifs, d’importer des semences : notre indépendance et notre compétitivité en matière agricole et alimentaire sont compromises. Les licenciements seront nombreux, ils toucheront beaucoup de secteurs professionnels en plus de l’agriculture.

PresAni / est-ce qu’un membre du jury souhaite poser une question ?
Juré3 / pourquoi considérez-vous que le progrès technologique n’est pas synonyme de progrès social ?
Faucheur3 / L’appât du gain et la recherche d’un retour rapide sur investissement conduit à négliger les risques en matière de santé publique et d’environnement. Quelques magnats financiers ont réussi à s’octroyer les services de scientifiques brillants, mai peu regardants sur l’éthique. Quelle immodestie de leur part que de penser qu’un savoir scientifique qui ne dispose pas même d’une génération humaine de recul, puisse contraindre à son aise et sans conséquence 4 milliards d’années d’évolution et plus de 6 milliards d’individus !
Faucheur2 / La biosphère est prise en otage ! Et c’est nous qu’on accuse de terrorisme !
Faucheur1 / Les OGM sont une sorte de « roulette russe écologique ». Il y a toutes les « chances » que l’homo sapiens-sapiens expérimente lui-même, et à ses dépends, le processus d’évolution au profit du plus récent « homo mercantilis ». Nous aurions là, la preuve par l’expérience qu’une meilleure performance n’est pas forcément source de progrès. Mais ce sera trop tard : c’est pour ça qu’on s’y oppose.
Faucheur2 / Est-ce au contribuable d’assurer l’irresponsabilité de pouvoirs publics, qui n’ont rien appris des scandales alimentaires et sanitaires passés ? Les OGM, c’est de l’anti-sociale, les puissants continueront à tirer les ficelles et les pauvres subiront, ils crèveront de misère ! C’est ça, le progrès ?

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - (QUESTION n°8bis)

PresAni / puisque nous abordons les aspects économiques et sociaux, c’est le moment de nous intéresser au sort des professions agricoles.
SeGref / les OGM amélioreront la vie des agriculteurs : leur travail sera facilité et leurs revenus augmentés, grâce à une plus grande sécurité. Ils auront plus de temps libre : vous les anti-OGM vous êtes des adversaires du progrès social ! Ce ne sont pas vos cris au scandale sur l’anti-social qui duperont les gens.

PresAni / ah, ah, qu’en dites-vous ?
Faucheur1 / nous plaidons non coupables, ...
PresAni / ce n’est pas ce que je vous ai demandé, j’ai compris que vous vous considérez comme des innocents purs… et durs !
Faucheur1 / sur le brevetage du vivant : Les découvertes biotechnologiques ne peuvent en aucun cas être brevetées au profit d’intérêts privés, car elles sont rendues possibles par le patrimoine naturel génétique qui appartient à tous et... n’appartient à personne !
Faucheur2 / (slogan) brevets sur le vivant = ruine des paysans !
Faucheur1 / les agriculteurs qui acceptent la filière OGM sont complètement dépendants d’une « offre commerciale en kit » qui comporte un type de semence et le pesticide correspondant, vendu par la même firme, bien sûr !
Faucheur3 / les seuls bénéficiaires sont les 4 ou 5 multinationales des semences qui fidéliseront de force les agriculteurs. Ces firmes contrôleront le marché, elles spéculeront sur les cours des céréales et feront fluctuer les cours à leur avantage : en abaissant le prix lors des opérations de rachats aux coopératives (donc aux exploitants agricoles) et en maintenant ou augmentant le prix lors de la mise en vente sur le marché.
Faucheur2 / les OGM creusent encore plus vite la tombe des petits paysans alors que ce sont les plus productifs (et les meilleurs au niveau qualité) ! la désertification rurale sera aggravée, on trouvera une exploitation agricole par ci par la au milieu d’immense surfaces cultivées. Vu d’en haut, c’est peut-être beau ? Vu d’en bas, c’est affreux.

PresAni / à vous AvocaGen
AvocaGen / je suis déjà intervenu sur la question de l’agriculture (voir question 1). Les progrès de ces dernières décennies ont considérablement amélioré les conditions de vie et de travail du monde agricole. L’arrivée des OGM accentue ce progrès social, comme l’a bien résumé l’acte d’accusation. Je n’ai entendu que des procès d’intention, comme d’habitude. J’espère que le jury tiendra compte de ces nombreux dérapages verbaux, ils sont en pleine cohérence avec les actes illégaux commis par les mêmes personnages.
PresAni / on approche de la fin, j’aimerai que toutes les parties en présence se ressaisissent en ne passionnant pas le débat. Restons rationnels, s’il vous plait ! Est-ce-qu’un membre du jury souhaite poser une question ?

Juré1 / je voudrai revenir sur la question des semences ; j’ai appris que si un agriculteur ressème des OGM dans son champ, il doit payer des royalties à la firme semencière. Est-ce-que ce sera pareil pour les jardiniers amateurs comme moi ? ?
Faucheur3 / la reproduction des plantes devient, grâce au brevet, le privilège des industries semencières. Elles commencent par les plantes les plus cultivées dans le monde.
Faucheur2 / Après les céréaliers et les éleveurs, les maraîchers à leur tour sont menacés de ne plus pouvoir reproduire eux-mêmes leurs semences.
Faucheur1 / Les jardiniers amateurs ne seront sans doute jamais poursuivis en cas d’utilisation fortuite non déclarée de semences OGM ; mais ils n’auront pas plus de choix que les professionnels pour les variétés à cultiver ! Les variétés locales, les mieux adaptées, les plus savoureuses, disparaîtront.
AvocaGen / l’Europe s’oppose à la possibilité de breveter les variétés végétales comme c’est le cas aux Etats-Unis. (Faucheur2 l’interrompt)
Faucheur2 / Attention, vous allez être accusé vous aussi de faire de l’anti-américanisme !!!
AvocaGen / Très drôle. L’Europe souhaite un échange permanent de matériel végétal, source de créativité et de compétitivité des entreprises européennes de semences. Le brevet, lui, n’autorise pas de tels échanges. En une phrase, la position européenne est « protéger sans confisquer ».
PresAni / accordons quelques instants au jury pour réfléchir
(le rideau se ferme)

SCENE 6 : Deux questions sur la démocratie, la légalité

(le rideau s’ouvre)

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - (QUESTION n°9)

PresAni / voici le dernier thème de cette séance : la démocratie, la légalité. Vous êtes accusés de MANIPULER les ESPRITS et d’ANGOISSER les populations : il va vous falloir plus de flegme que d’habitude pour vous expliquer !
SeGref / vous fondez votre légitimité sur des sondages qui laissent apparaître une forte opposition aux OGM (entre 70% et 80%). Mais cela n’est qu’une apparence : en fait les gens craignent les OGM parce qu’ils ne les connaissent pas. Vous répandez la peur dans les esprits, à une époque où nous avons tellement besoin de repères : vous êtes des fauteurs de troubles !

PresAni / Je devine que vous plaidez non coupables.
Faucheur1 / Oui ! La culture des PGM en plein champ, donc en milieu non confiné, a été successivement condamnée, en France, par une conférence de citoyens (1998), par le « Comité des 4 sages » (2002), par diverses consultations du public (2003-2004), et par les résultats de nombreuses enquêtes d’opinion.
Faucheur3 / Les courriers électroniques - procédé démocratiquement contestable - sollicités par les ministres de l’agriculture, de l’écologie et de la recherche ont été hostiles à plus de 90 % aux essais de PGM en milieu non confiné.
Faucheur2 / Le gouvernement en conclue cependant… qu’il faut poursuivre ces essais !
Faucheur3 / La Commission européenne n’est pas en reste : le 19 mai 2004, elle a levé le moratoire sur les importations de PGM malgré les résultats négatifs des enquêtes d’opinion (plus de 70 % d’opposants à ces cultures en Europe)
Faucheur1 / Les multinationales sont inquiètes et multiplient les campagnes de publicité pour convaincre les consommateurs de l’innocuité des pesticides, mieux même, de leurs bienfaits ! Idem pour les OGM, qu’elles valorisent aussi avec les plantes-médicaments. Comment ne pas soupçonner qu’elles espèrent ainsi vaincre l’opposition du grand public à l’agriculture et l’alimentation transgénique au nom de la lutte contre la maladie ?
Faucheur2 / Ce sont elles qui manipulent les esprits !

PresAni / à vous AvocaGen
AvocaGen / les arguments donnés par les faucheurs sont une nouvelle fois des procès d’intention à l’encontre des entrepreneurs responsables dont les initiatives ont, de tout temps, permis à l’humanité de progresser et de mieux-vivre. Personne ne trouve grace à leurs yeux : les Etats-Unis, la Commission Européenne, l’Etat français... S’ils arrivent à duper les citoyens des pays libres, eh bien ce sera la chienlit. Il faut sanctionner ces manichéens qui noircissent tout.

PresAni / est-ce-qu’un membre du jury souhaite poser une question ?
Juré3 / pouvez-vous préciser comment ces entreprises s’y prennent pour soit-disant manipuler les esprits ?
Faucheur3 / Prenons l’exemple de la lipase gastrique. Elle pourrait être produite en laboratoire en milieu confiné à une échelle industrielle et sans les aleas des cultures en plein champ (climatiques, parasites, ...). Elle serait bien plus avantageuse pour l’humanité et pour l’environnement.
Faucheur1 / Encore faut-il que la Recherche publique dispose d’un budget pour cela. Un budget bien moins important que les sommes astronomiques investies dans les PGM. Il faut savoir que 20 hectares de maïs sont nécessaires pour produire quelques grammes du produit à analyser.
Faucheur2 / Je n’ai pas pu dénoncer tout à l’heure une manipulation honteuse, mais maintenant j’ai le droit, et personne ne m’interrompra !
Ceux qui font de la pub scandaleuse pour faire accepter les pesticides osent écrire, dans des documents de propagande distribués dans les écoles, je cite le passage le plus démentiel : « des bananes modifiées génétiquement pour synthétiser des vaccins oraux, permettront de vacciner, de façon rapide et économique, une population nombreuse. Une cure de bananes transgéniques nous permettra d’être durablement protégés contre la maladie. Ce mode de vaccination répond aux attentes des pays en développement qui pourront ainsi facilement accéder à des vaccins contre l’hépatite B et contre les diarrhées bactériennes. ». C’est beau, c’est émouvant, non ?
Faucheur1 / il y a des maladies qu’on pourrait éviter tout simplement, en s’attaquant à la source si j’ose dire : si les populations pauvres accédaient à l’eau potable, ce serait radical pour prévenir le problème des diarrhées. Ces populations pauvres demandent d’abord à ce que leurs besoins fondamentaux soient satisfaits.
Faucheur2 / Evidemment ça ferait du tort au business… Bon, je le dis sans m’énerver, mais quand même : ils se foutent de notre gueule à tous !

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - (QUESTION n°10)

PresAni / nous terminerons par le problème que vous posez en ayant choisi d’agir dans l’ILLEGALITE
SeGref / vous préconisez ouvertement la désobéissance civile au lieu de faire confiance aux institutions démocratiques et aux responsables politiques élus par le peuple. Sous couvert d’action non-violente vous imposez votre vision des choses à la société entière, pourtant vous n’avez aucune légitimité : vous êtes des anarchistes terroristes, des délinquants purement et simplement ! Si on vous laisse dans l’impunité, c’en est fini de la démocratie et ce sera la loi de la jungle : chaque groupe de pression se croira libre de faire pareil.

PresAni / Et là, est-ce que vous plaidez non coupables, hmmmh ?
Faucheur1 / nous plaidons coupables, pour... (PresAni l’interrompt)
PresAni / Incroyable, vous êtes vraiment sûrs ?
Faucheur1 / vous ne m’avez pas laissé finir ma phrase : nous reconnaissons et assumons notre choix de la désobéissance civique, mais pas le reste de l’accusation !
PresAni / je me disais, aussi…
Faucheur2 / la démocratie est bafouée parce que les citoyens sont tenus à l’écart d’une question qui pose des enjeux fondamentaux de société.
Faucheur1 / Le recours extrême dont les citoyens disposent pour engager un débat de société sur la question essentielle des OGM est la désobéissance civique. C’est déjà en soi une faillite de la démocratie : le tribunal n’est pas le lieu institutionnel prévu pour débattre sur des enjeux de société
Faucheur3 / Quand le gouvernement encourage les intérêts privés ou les laisse s’imposer aux dépens de tous, quand la loi privilégie l’intérêt particulier au détriment de l’intérêt général, criminalisant ceux qui, en nombre restreint, ont osé l’enfreindre, il ne reste plus en conscience aux citoyens que d’affronter cet état de non-droit pour rétablir la justice au risque des condamnations possibles.
Faucheur2 / Nous agissons en plein jour et à visage découvert, et non pas dans la clandestinité. Notre but est d’alerter l’opinion publique, dans l’intérêt général, avant qu’il ne soit trop tard. Est-ce du terrorisme ?
Faucheur1 / Gandhi a dit " Renoncer à la Désobéissance Civile, c’est mettre la conscience en prison".
Faucheur3 / Nos actions non-violentes mettent le gouvernement devant ses responsabilités, mais celui-ci a choisi la répression. Ainsi nos dirigeants continuent-ils d’ignorer la volonté populaire et l’intérêt public. Pourtant, l’article 7 de la charte de l’environnement dit : « Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d’accéder aux informations relatives à l’environnement détenues par les autorités publiques et de participer à l’élaboration des décisions publiques ayant une incidence sur l’environnement. ». Ce dernier droit est bafoué.
Faucheur1 / La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen stipule que « la loi est l’expression de la volonté générale ». Ca veut dire qu’un travail politique réalisé par les citoyens est indispensable. Dans notre pays seuls les parlementaires font ce travail.
Faucheur2 / Ce n’est pas parce qu’on les élit pour plusieurs années qu’on leur donne carte blanche et qu’on doit aller se coucher pendant leur mandature.

PresAni / à vous AvocaGen
AvocaGen / imaginez ce qui se passerait si on laissait les commandos anti-avortement bloquer les salles d’opération dans les hôpitaux, ou encore si les chasseurs pouvaient se livrer à leur loisir en toute saison ? C’est simple : nous serions dans un Etat de non-droit ! Exactement le contraire de la démocratie qu’ils semblent vanter et réclamer. Je demande que les faucheurs soient privés de leurs droits civiques !

PresAni / est-ce-qu’un membre du jury souhaite poser une question ?
Juré2 / Je me demande si on peut mettre tous les groupes de pression « dans le même panier ». Mettons de coté ceux qui sont guidés par leurs intérêts particuliers comme les chasseurs. Considèrons le cas des commandos anti-avortement. Ils sont motivés par des raisons philosophiques ou religieuses, et agissent en toute conscience sans intérêt particulier. Leurs actions illégales sont-elles justifiées à vos yeux ?
PresAni / ah, ah ! Voici une question très délicate ! Que répondez-vous à ça ?
Faucheur3 / les militants anti-avortements ne se posent pas de question sur les enfants non désirés, sur la vie qu’ils auront après la naissance. Nous, nous posons les questions sur toute la chaîne de la vie et non pas seulement sur la seule conception.
Faucheur1 / Notre combat ne se limite pas à dénoncer les dangers des OGM. Nous avons le souci de proposer des alternatives qui sont crédibles et ne font souffrir personne. Et nous sommes prêts à présenter ces propositions devant vous.
Faucheur2 / Merci d’avoir précisé qu’on ne pouvait pas nous comparer à un groupe de pression du genre chasseurs (enfin, les extrèmes-chasseurs, qui ne représentent qu’une petite minorité), ça m’aide à rester calme !!!
PresAni / voici venu le moment pour le jury de se réunir pour délibérer.
(le rideau se ferme)

SCENE 7 : verdict du jury et conclusion

(le rideau s’ouvre) (Verdict du jury)
J123 / Malgré le caractère manifestement illégal des actions de fauchage, nous ne pensons pas qu’un tribunal puisse ignorer l’ampleur des problèmes posés par les OGM. Sans doute faudrait-il faire évoluer la législation avant d’engager des sanctions lourdes comme celle demandée par le gouvernement. En attendant, nous « condamnons » symboliquement les faucheurs à accomplir des TIG qui consisteront à organiser des débats publics, en veillant à respecter les divergences d’opinion, dans un esprit de tolérance et d’ouverture.

PresAni / qu’en pensez-vous, les faucheurs
Faucheur1 / nous souhaitons en parler entre nous avant de vous répondre.
(le rideau se ferme)

(le rideau s’ouvre) (Déclaration lue par les faucheurs)
Faucheur1 / nous sommes satisfaits de la décision du jury et nous sommes volontaires pour engager ce travail. Depuis que nous avons pris conscience des dangers amenés par les OGM, nous demandons un vaste débat public. Mais nous ne sommes pas dupes des intentions de gouvernements libéraux et de la Commission Européenne. Le seul débat objectif sans tabou ni censure ne peut être valable qu’avec une implication forte des citoyens, en toute indépendance des lobbies économiques. D’ailleurs il faudrait faire pareil en ce qui concerne l’industrie nucléaire et toutes les technologies qui engagent les générations futures : c’est une question de responsabilité.
Faucheur3 / Presque toutes les régions de France (sans compter celles dans les autres pays européens), et des milliers de communes se sont déclarées hors OGM, un referendum a été proposé par le CG du Gers... Toutes ces initiatives sont cassées par le gouvernement qui décide de passer outre pour le plus grand bénéfice des multinationales de l’agro-alimentaire.
Nous avons acquis la conviction que les OGM, lorsqu’ils sont sous contrôle des grandes firmes privées, constituent l’une des plus grandes menaces sociale et écologique pour l’humanité et la planète. Nous en avons donné les raisons.
Faucheur2 / Nous vivons une période où règne une nouvelle forme de dictature, sans visage : celle de l’économie libérale, du capitalisme financier qui sert les intérêts d’une poignée de privilégiés.
Les générations futures ne nous pardonneront pas si nous laissons carte blanche à une poignée de multinationales dont la devise est « semer la technologie pour moissonner les profits ».
Faucheur1 / Enfin, nous appelons à la mise en place de réseaux de production et de distribution alimentaires viables et respectueux des paysans, de la santé publique et de la préservation de l’environnement, en France comme partout dans le monde. Cela passe par une relocalisation de l’économie, une diminution drastique de la consommation de ressources naturelles et énergétiques. Les décisions politiques sont de plus en plus en décalage avec les attentes de la société : le contrôle citoyen doit être renforcé, réinventé.
Faucheur2 / « Résister c’est créer, créer c’est résister ! »

PresAni / AvocaGen, à vous le mot de la fin
AvocaGen / Le seul point sur lequel on peut être d’accord, c’est que la question des OGM demande à être expliquée davantage et plus clairement ; parce qu’ils apportent une révolution à l’échelon planétaire et qu’ils ne sont pas bien compris. L’inconnu fait peur, c’est normal. Souvenez-vous des réactions de méfiance, voire d’affolement, qu’ont suscité le chemin de fer ou l’électricité ! L’avenir n’appartient pas aux archaïsmes comme la traction animale ou la bougie.
Les considérations idéologiques sont aujourd’hui le principal frein à l’acceptation des OGM par la population. L’opinion publique, effrayée par les récentes crises sanitaires, comprendra mieux le procédé et l’utilité des OGM grâce à des explications claires et honnêtes.
Il faut exclure les opposants aux OGM de ce travail d’explication, car leurs arguments sont simplistes et réducteurs ; s’ils sont spécialistes de quelque chose, c’est seulement dans l’art de faire des procès d’intention.
C’est une très forte angoisse qui se cache derrière leurs critiques virulentes, Pourtant les procédures européennes d’évaluation des produits issus du génie génétique sont parmi les plus strictes au monde !
Quant à l’idée de proposer que ce soient des citoyens qui organisent les débats pour aboutir à de nouvelles décisions politiques, surtout pas. C’est une idée populiste ! Dans la foulée, pourquoi ne pas organiser des Etats Généraux comme en 1789, ceux-là même qui ont provoqué la chute de l’Ancien Régime ?

Faucheur2 / Oui, justement, on veut faire tomber les seigneurs qui saignent le tiers-etat !
Faucheur1 / Sans faire couler leur sang : on est non-violents.
Faucheur2 / Ils ont bien compris le danger que nous représentons ! C’est pour ça que les puissants veulent nous la boucler, et nous boucler !
AvocaGen / Votre tempérament impulsif vous égare. L’aventure de l’humanité est lié à sa curiosité et à sa capacité de maîtriser ses innovations. Pour les OGM, comme pour de nombreuses autres technologies, sachons être sages et curieux à la fois !

(le rideau se ferme)
(le rideau s’ouvre ; PresAni s’adresse au public)

PresAni / Nous avons fini ce tour d’horizon sur les questions de société que posent les biotechnologies. Il est grand temps que le public participe au débat !

FIN

Sources des arguments pro-OGM : publications du gouvernement, des multinationales semencières ou/et biotechnologiques, des chercheurs rassemblés sous l’expression « Liberté, j’écris ton nom »
anti-OGM : publications de la Confédération Paysanne, ATTAC, des ONG, des scientifiques (Seralini, Pelt, Velot, …)…et bien sûr le collectif des faucheurs volontaires d’OGM.

Jean-Pierre Masson,
Attac 45



Nous écrire : attac45@attac.org

|SPIP |squelette | |Plan du site |Suivre la vie du site RSS 2.0
|Valid XHTML 1.0 Transitional |CSS Valide !