ATTAC 53

Accueil > Comment participer à l’action d’ATTAC en Mayenne ? > Actions et publications d’ATTAC en Mayenne > Actions et publications anciennes > 2003 > Argumentaire pour convaincre du danger des OGM

Argumentaire pour convaincre du danger des OGM

2 modes d’amélioration des plantes et des animaux pour l’agriculture

vendredi 21 mars 2003, par Henri

2 modes d’amélioration des plantes et des animaux pour l’agriculture

1- La sélection : on choisit les meilleurs éléments d’une population de la
même espèce, en fonction des objectifs recherchés : rendement, rusticité,
précocité, et on les fait se reproduire entre eux. Tous les schéma de
sélection des plantes et animaux (schéma de testage) reposent sur ce
principe.

2- La transgénèse : on prend un gène d’intérêt dans une espèce et on
l’introduit dans le génome d’une autre espèce ou d’un autre règne en
fonction de l’objectif recherché. Le produit issu de la transgénèse
s’appelle OGM. Nous franchissons pour la première fois la barrière des
espèces.

2 Sortes d’OGM :

Les OGM thérapeuthiques Ex. Production d’insuline pour soigner les
diabétiques. Ils sont produits en milieu confiné.

Les OGM alimentaires cultivés en pleins champs. Quels sont les risques ?

a) Risques de pollution des écosystèmes

La reproduction sexuée des plantes fait intervenir, pour une bonne part
d’entre elles, la pollinisation croisée, ce qui a pour conséquence qu’une
plante OGM peut parfaitement transmettre les nouveaux gènes, intégrés dans
son génome, à une autre plante voisine non transgénique appartenant à la
même espèce. C’est ce qu’on appelle la pollution génétique. Celle-ci
contrairement à toute les autres pollutions crées par l’homme est
irréversible : elle se transmet de plantes en plantes sans qu’aucun
contrôle soit possible. Ex : aujourd’hui au Canada le colza non OGM
n’existe pratiquement plus du fait de la pollution génétique.

Il est aussi prouvé qu’une plante OGM peut aussi transmettre ses nouveaux
gènes à une plante de la même famille. Ex : le colza OGM transmet ses
nouveaux gènes à la ravenelle. C’est ce qu’on appelle la dissémination
génétique, également totalement incontrôlable

b) Risques pour la santé

Un des risques principaux est qu’un des gènes inséré dans une plante OGM
destinée à l’alimentation animale ou humaine, provoque la synthèse de
produits toxiques ou fortement allergènes. A ce jour on ignore totalement
les répercussions sur la santé provoquées par l’ingestion d’aliment
contenant des gènes de résistance aux antibiotiques, mais on sait que les
bactéries sont tout à fait capables de récupérer, puis d’échanger ces
gènes !Ainsi, la résistance aux antibiotiques peut se transmettre des
plantes cultivées aux bactéries qui vivent dans le sol, ou de celles-ci aux
bactéries de notre tube digestif. Cette résistance peut aussi être
« récupérée » par des bactéries pathogènes, ce qui peut engendrer de graves
problèmes sanitaires.

c) Sur le plan philosophique et sociétal

Tout le système transgénique repose sur la brévetabilité du vivant :
aujourd’hui il va devenir possible de s’approprier un gène qui existait
déjà dans la nature, donc patrimoine de tous, au profit de l’intérêt de
quelques-uns ! Cette confiscation du vivant a pour conséquence d’empêcher
le paysan de pouvoir ressemer à partir de sa récolte, sinon il sera
poursuivi pour vol de propriété intellectuelle

Les OGM vont permettrent de réduire la faim dans le monde. C’est un
argument que nous entendons souvent de la part des firmes biotechnologies.
En 40 ans, la production agricole dans l’Union Européenne a été multiplié
par 4 ! La faim dans le monde a t’elle reculée pour autant ? La faim dans
le monde est un problème de répartition des richesses, d’accession à la
nourriture, et la réponse à ce problème est de décision politique.

Les OGM vont permettrent de protéger l’environnement en réduisant l’emploi
des pesticides. Aux USA, respectivement 70 % du soja, 50 % du maïs, et 50 %
du coton sont transgéniques et la consommation de pesticides n’a pas
diminuée. En 2001 les 10 % de champs de soja les plus traités ( surtout
ceux ensemencés avec le soja Roundup Ready) ont reçus 34 fois plus de
traitement que les 10 % les moins traités (variétés conventionnelles) du
fait de l’accoutumance progressive des adventices. ( Source : rapport de la
Soil Association)

Les OGM vont accroître la productivité des plantes, donc profiter aux
agriculteurs.
Aux USA, les semences transgéniques coûtent 25 % à 40 % plus
chères aux agriculteurs et les variétés de soja Roundup Ready ont obtenu
des rendements inférieures de 6 % par rapport aux mêmes variétés
conventionnelles, et de 11 % par rapport aux variétés conventionnelles à
haut rendements . (Source rapport de la Soil Association)

Depuis 1999, le soja, le maïs et le colza OGM ont coûté 12 milliards
de dollars à l’économie américaine en subventions, baisse des prix, perte
de marché et rappel de produits (Rapport de la Soil Association)