Attac%65
décembre 2019 :

Rien pour ce mois

novembre 2019 | janvier 2020

Accueil > Collectifs > C3DSP > SAUVONS notre Service Public Postal

SAUVONS notre Service Public Postal

Article publié le mardi21 septembre 2010 , par Admin

Attention !

le Collectif Départemental a décidé de repousser la manifestation ci-dessous et a adopté une autre stratégie :
- Etablissement d’un dossier sur la casse de la Poste dans le département depuis 11 ans (travail fait) ;
- Dossier qui va être envoyé à tous les Elus du département ainsi qu’aux candidats aux cantonales ; ce dossier sera accompagné d’une lettre qui comportera un questionnaire (assez direct, notamment sur les directives européennes. Travail presque achevé et prêt à envoyer).

Tous ensemble

SAMEDI 29 JANVIER
à 10 heures devant la Poste Centrale de Tarbes

SAUVONS notre service public postal

La logique de La Poste depuis une dizaine d’année est assez significative d’une volonté d’agir par paliers plus ou moins importants pour diminuer le service public postal et sa présence notamment en milieu rural.

Aujourd’hui une nouvelle étape d’accélération de la casse de La Poste est programmée sur le département des hautes Pyrénées pour le dernier trimestre 2010.

Tous les guichets(1)(2) ne justifiant pas d’une activité jugée suffisante par la Poste (30 000 points d’activité) sont sous la menace, d’une transformation en agence postale communale(3), en relais poste(4) ou d’une forte diminution des heures d’ouverture : Aragnouet, Arras, Arrens-Marsous, Aventignan, Bernac-Debat, Bordes, Cabanac, Campan, Capvern-les-Bains, Chelle, Cieutat, Loudenvielle, Madiran, Monléon-Magnoac, Montgaillard, Pujo, Pouzac, Saint-Savin, Saint-Pé, Trébons, Tuzaguet, Vidouze, Vielle-Aure, ...

Pour les bureaux justifiant d’une activité supérieure mais jugée cependant encore trop insuffisante pour La Poste (Andrest, Benac, Castelnau-Rivière-Basse, Galan, Oursbelille, Pouyastruc, Sarrancolin, ...) cette dernière tente d’imposer des diminutions d’heures d’ouverture ce qui entraînerait à très court terme le passage en dessous de la barre fatidique des 30 000 point d’activité et donc une proposition de transformation en Agence Poste Communale(3) ou en relais poste commerçant(4).

A terme, sur le département des Hautes Pyrénées, plus de la moitié des 100 points de contact de La Poste seraient « externalisés » : agences postales communales (employé communal) ou relais postes (commerçants) et ne délivreraient qu’une partie des services rendus par un « vrai » bureau de poste.

- 1) Un bureau de plein exercice est un bureau de poste susceptible de faire toutes les opérations postales.

- 2) Un guichet rattaché (dénommé par La Poste bureau de poste), est tenu par un agent de la Poste, mais ne traite pas sa propre comptabilité, ne possède plus de Chef d’Établissement et ne voit la présence d’un conseiller financier que ponctuellement. Les horaires d’ouverture sont plus ou moins réduits.

- 3) Une agence postale communale est tenue par un employé communal et ne délivre pas l’ensemble des services rendus par un bureau de poste. La Poste subventionne les agences postales communales à hauteur de 800 à 900 euros par mois pendant 9 ans renouvelable une fois. Qu’en sera-t-il au terme de ce délai ? Pour l’agence postale ? pour l’agent communal ?

- 4) Un relais poste est installé chez un commerçant et ne pratique quasiment aucun service de La Poste

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0