Attac%65
mai 2019 :

Rien pour ce mois

avril 2019 | juin 2019

NON AU PACTE BUDGETAIRE

Article publié le vendredi11 mai 2012 , par Admin

Le collectif 65 pour un audit citoyen de la dette publique se fixe pour objectif de lancer un débat public visant au rejet du pacte budgétaire (Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance de l’Union économique et monétaire –TSCG). Ce pacte voulu par Sarkozy et Merkel a été signé le 1er mars 2012 par les chefs d’état ou de gouvernement européens. Au prétexte de la dette, il prétend imposer à l’Europe un carcan dangereux à la fois pour les conditions de vie des européens et pour la démocratie.
En effet ce traité est présenté comme un remède à la crise par les gouvernements européens et la Troïka (Commission européenne + Banque centrale+ Fonds monétaire international FMI).
Sa recette est simple : austérité généralisée en Europe. D’après ses promoteurs, nous aurions vécu au dessus de nos moyens et désormais, pour « rassurer les marchés », il nous faudrait consentir à des mesures douloureuses : fermetures d’écoles, d’hôpitaux, suppression des allocations sociales, remise en cause du droit du travail et « modération » des salaires…
Ce nouveau traité comprend plusieurs outils pour contraindre durablement (et sans débat démocratique) les Etats à effectuer des réformes « nécessaires » : la règle d’or qui impose un quasi équilibre budgétaire, ainsi qu’un arsenal punitif renforcé pour les pays « laxistes ». Le Mécanisme Européen de Stabilité confirme l’obligation de passer par les marchés financiers, tant pour combler les déficits publics, que pour éventuellement venir en aide aux États en trop grande difficulté. En effet, n’étant pas une banque, le MES ne pourra pas emprunter à la Banque centrale européenne (BCE) et devra le faire sur les marchés. Ainsi, l’orthodoxie de la BCE est maintenue.

Le pacte budgétaire dessine ainsi les contours d’une Europe technocratique qui écrase les peuples pour rassurer les marchés.

Il doit encore être ratifié par chaque pays. Or dans de nombreux pays européens, des initiatives sont prises pour empêcher la ratification. En Irlande un vote aura lieu le 21 mai. En Allemagne les mouvements sociaux se mobilisent pour repousser l’adoption du traité (prévue le 25 mai au Bundestag). L’enjeu est le même en Italie, en Espagne…
Il est essentiel de communiquer notre solidarité à l’égard de nos partenaires mobilisés pour faire barrage au « Pacte d’austérité ». C’est ainsi qu’une manifestation européenne est prévue à Francfort à l’initiative des mouvements sociaux, politiques allemands avec des participants venus de toute l’Europe le 19 mai.
C’est dans le contexte de cet agenda que nous organisons notre campagne départementale. Ces mobilisations vont de pair avec une campagne populaire, de terrain visant à toucher le plus grand nombre de citoyens du département que nous comptons rencontrer partout dans les semaines à venir.
Le collectif national a élaboré un kit de mobilisation qui comprend un questionnaire grand public, un fascicule d’idées reçues sur la dette et un document d’explication du Pacte Budgétaire. Nous allons le diffuser massivement entre autre dans les municipalités touchées par les emprunts toxiques qui plombent les budgets municipaux. (Points de rencontre : samedi 19 mai 10 heures marché Brauhauban à Tarbes et marché de Bagnères)

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0