Attac%65
mai 2019 :

Rien pour ce mois

avril 2019 | juin 2019

Accueil > Collectifs > Collectif Notre Dame des Landes (...) > Arrêt des violences et moratoire (...)

Arrêt des violences et moratoire immédiat sur le site de Sivens (81) !

Article publié le dimanche14 septembre 2014 , par Admin

Grands Projets Inutiles et Imposés... Ni ici, ni ailleurs !

Arrêt des violences et moratoire immédiat sur le site de Sivens (81) !

Militants des Hautes-Pyrénées devant la Préfecture de Tarbes

Porté par le Conseil Général du Tarn et par la Préfecture, le projet de barrage de Sivens (sur le Tescou au nord-ouest du Tarn) est présenté comme d’intérêt général. Il est en fait destiné à 70% pour l’irrigation intensive (retour du maïs irrigué) et pour 30% au soutien d’étiage (dilution des pollutions au lieu de les réduire à la source).

C’est un projet inadapté, dont le coût environnemental et financier est très élevé, au profit de pratiques agricoles qui sont une impasse pour les agriculteurs comme pour la société dans son ensemble.

Après avoir analysé les rapports qui fondent le projet, le Collectif pour la sauvegarde de la zone humide du Testet considère que ce barrage est inutile et qu’il devrait être abandonné dès maintenant au profit de mesures d’accompagnement des agriculteurs (pratiques agricoles économes en eau, ventes directes à la restauration collective locale, etc.) et de la mise en valeur pédagogique de la zone humide.

La CACG (Compagnie d’Aménagement des Coteaux de Gascogne, sise à Tarbes) est maîtresse d’ouvrage de ce projet. Ce modèle dépassé, réalisé ici entre autres sur le Gabas, déclaré illégal après sa construction... et donc « régularisé », inspire toujours d’autres projets dans notre département.

Siège de la CACG à Tarbes

La manière dont les autorités locales du Tarn, préfecture et Conseil général gèrent ce projet rappelle les méthodes utilisées dans d’autres projets inutiles comme celui de l’aéroport de Notre Dame des Landes : aucune concertation refus du Conseil général et de la préfecture du Tarn de débattre publiquement, refus du conseil général de suivre l’avis de la Commission d’enquête publique

Alors que les recours juridiques sont toujours en cours d’examen, le déboisement a commencé en présence d’environ 200 CRS et gendarmes qui sont intervenus violemment contre les occupants depuis le 1er septembre

Nous devons soutenir le Collectif qui demande :

  • le retrait des forces de l’ordre et l’arrêt des violences
  • le moratoire du projet et des études indépendantes
  • l’organisation d’un véritable débat démocratique impliquant la communication de tous les éléments du dossier, dont les avis des scientifiques.

Distribution de tracts devant la CACG à Tarbes

Intérêts particuliers, mégalomanie politique se conjuguent dans un scénario insoutenable. Le barrage de Sivens n’est pas seulement une cause locale, c’est une cause nationale et globale. Les opposants comptent à juste titre sur notre solidarité.


Collectif Notre Dame des Landes 65



SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0