Attac%65
août 2019 :

Rien pour ce mois

juillet 2019 | septembre 2019

Accueil > Collectifs > Collectif Stop TAFTA 65 > Journée mondiale de mobilisation (...)

Journée mondiale de mobilisation contre les traités de libre échange et d’investissement - 18 avril 2015

Article publié le samedi18 avril 2015 , par Admin

Depuis des décennies, les gouvernements négocient en secret des accords de libre-échange et d’investissement. Ces accords sapent nos droits, détruisent l’emploi et l’environnement dans le seul intérêt des multinationales. Les négociations transatlantiques avec les États-Unis (TAFTA) et le Canada (CETA) en sont de parfaits exemples. Sur tous les continents, les mobilisations s’amplifient pour dénoncer ces traités des multinationales et promouvoir la justice sociale et écologique.

Pour l’agriculture paysanne : Stop TAFTA !

Alors que l’agriculture à taille humaine et respectueuse de l’environnement étouffe sous le rouleau compresseur de l’industrialisation, TAFTA déverserait un déluge de produits agricoles à bas coût qui détruirait les filières agricoles, dérèglementerait l’utilisation de pesticides, renforcerait les droits de propriété intellectuelle qui bénéficieraient aux multinationales semencières et chimiques, faciliterait l’utilisation des OGM et mettrait à terre le système AOC. Il pousserait les paysans à la faillite, accélèrerait le dépeuplement des campagnes, la transformation de nos fermes en usines, et installerait encore plus profondément la malbouffe au cœur de nos vies.

Pour la santé : Stop TAFTA !

Alors que les systèmes de santé européens sont sous la pression constante des politiques d’austérité, le TAFTA vise à ouvrir des pans entiers de la protection sociale, de nos systèmes médicaux et hospitaliers aux intérêts des multinationales, et à faire primer ceux-ci sur l’intérêt général. Brevets sur les médicaments renforcés ; attaques contre la transparence des essais cliniques ; nouvelles possibilités données aux multinationales, y compris du tabac, pour attaquer les législations sur la santé publique ; abaissement des normes sanitaires et phytosanitaires.

Pour le climat : Stop TAFTA !

Alors que la crise climatique est le plus grand défi du XXIe siècle, le TAFTA va à l’encontre de la transition énergétique et écologique dont nous avons besoin pour éviter le désastre. Le TAFTA donnerait de nouvelles possibilités aux pétroliers pour stopper les initiatives et le développement des technologies de la transition et empêcherait d’interdire les méthodes d’extraction climaticides (gaz de schistes, sables bitumineux, etc.). L’augmentation des flux de marchandises de part et d’autre de l’Atlantique va à contre courant de la nécessaire relocalisation de nos économies.

Pour l’emploi : Stop TAFTA !

Alors que les travailleurs américains souffrent du refus de leur pays de ratifier les conventions internationales en matière de droits sociaux, le TAFTA vise à renforcer la concurrence entre les travailleurs des deux côtés de l’Atlantique. L’accord faciliterait la course aux bas salaires et au droit du travail dérégulé. Il permettrait aux multinationales d’accroître les pressions à la baisse sur les salaires et les conditions de travail. Les effets de la compétitivité par le bas ne s’arrêtent pas là : des études tirent la sonnette d’alarme et prédisent jusqu’à 600 000 pertes d’emplois en Europe dans la première décennie de l’accord. Pour les travailleurs européens et américains, c’est un système perdant-perdant, où seuls les actionnaires gagneront. Ce serait la fin pour l’emploi local et durable.

Pour la démocratie : Stop TAFTA !

Alors que le pouvoir du politique est de plus en plus faible, le TAFTA, en créant des règles supérieures aux lois, renforcerait l’impuissance des élus. L’accord créerait une nouvelle institution euro-américaine qui affaiblirait les parlements et les collectivités. Enfin, il mettrait en place des tribunaux privés au service des multinationales, qui pourraient contourner la justice, attaquer les lois qui les dérangent et obtenir des milliards de compensation.

Ensemble, nous pouvons arrêter les accords en cours de négociation et renverser les effets néfastes des accords passés. Nous pouvons faire avancer nos alternatives, qui placent les peuples et la planète avant les profits des multinationales.

Le Collectif STOP TAFTA ! des Hautes Pyrénées a participé à la mobilisation du samedi 18 avril 2015 avec un rassemblement à proximité des locaux tarbais de la multinationale VEOLIA. Celle-ci vient d’engager une procédure contre le gouvernement égyptien qui voulait instaurer un salaire minimum. Cela nuisant aux bénéfices de la multinationale, elle a recours a un tribunal d’arbitrage privé, cas de figure exemplaire de ce qui nous attend si le TAFTA est adopté.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0