Procès Carpentras

40 militant·e·s ont participé à une action symbolique à Carpentras (84) ce vendredi 19 janvier. Alors que Nicole Briend passera en procès le 6 février pour « vol en réunion » suite à une action de réquisition de chaises en mars 2016 dans l’agence BNP Paribas de Carpentras, les militant·e·s d’Attac, mais aussi des organisations soutenant Nicole, ont restitué les trois chaises réquisitionnées au Trésor public. Sur chaque chaise remise à des syndicalistes de Solidaires Finances publiques, un panneau précisait : « ce siège est un acompte de la banque BNP Paribas au Trésor public sur le montant de l’évasion fiscale qu’elle pratique et qu’elle doit à la société ».

Nicole Briend explique pourquoi rendre les chaises au Trésor public : « nous avions dit à BNP Paribas que nous lui rendrions ses chaises quand elle aurait fermé ses filiales dans les paradis fiscaux. Les actions des Faucheurs de chaises ont permis une victoire symbolique, puisque la banque a fermé ses filiales aux îles Caïmans. Mais BNP Paribas reste aujourd’hui la banque française la plus implantée dans les paradis fiscaux. Elle permet à ses clients d’échapper à l’impôt et pratique l’évasion fiscale pour son propre compte. Elle réalise 27,8 % de ses bénéfices dans les paradis fiscaux, alors qu’elle n’y a que 15,8 % de ses employé·e·s. Nous avons donc rendu ces chaises au Trésor public, car les recettes publiques sont fortement amputées par l’évasion fiscale. Par ce geste, nous voulons aussi affirmer que notre action de réquisition de chaises ne s’apparente pas à du vol et nous posons la question : qui vole qui dans cette affaire ? Qui porte préjudice à la société ? les militants qui dénoncent l’évasion fiscale ou BNP Paribas qui l’organise ? »

200 personnalités ont apporté leur soutien à Nicole Briend et affirment que son action est légitime. Plus de 12 000 personnes ont signé une pétition demandant sa relaxe. Raphael Pradeau, porte-parole d’Attac France, a donné rendez-vous à Carpentras les 5 et 6 février : « pour un grand rassemblement de soutien, avec notamment la présence de Cedric Herrou (Roya Citoyenne), Jon Palais (Faucheur de chaises acquitté à Dax en janvier 2017), Elsa Faucillon (députée communiste), Adrien Quatennens (député de la France insoumise)… Nous invitons tou·te·s les citoyen·ne·s scandalisé·e·s par l’évasion fiscale à nous rejoindre : alors que les scandales fiscaux se multiplient, il est intolérable que ce soient ceux qui dénoncent l’évasion fiscale qui se retrouvent devant les tribunaux, alors que les banques et les multinationales jouissent d’une impunité quasi totale. »

L'Evasion Fiscale

 Vous pensez tout savoir sur l'évasion Fiscale

 Regardez cette vidéo de 30 minutes
Monique Pinçon-Charlot, Michel Pinçon et David Leloup démontent les rouages de l’évasion fiscale et ses enjeux politiques. Depuis les plages paradisiaques des îles Caïman jusqu'au cœur de nos Etats où s'organise la fraude à grande échelle, ils mettent en lumière le cynisme et la cupidité des plus riches, mobilisés pour accumuler toujours plus d'argent... sur le dos des peuples
 
Cette vidéo de l'émission REGARDS est disponible à la fois sur YouTube et le site www.fgtb-wallonne.be
 

 

 

 

 

 

Un organisme alternatif au cœur des circulations financières

La Société financière de la Nef est une coopérative de finance éthique. Depuis sa création en 1988, elle exerce une double activité de collecte d’épargne et d'octroi de crédit dans le cadre d’un agrément de la Banque de France. 

 

L’épargne collectée est déposée par des particuliers, des associations et des entreprises. Toute personne physique ou morale désireuse de donner un sens à son argent peut ouvrir un livret ou un compte à terme (épargne bloquée pour une durée d’un à sept ans) à la Nef. 

 

Les financements accordés par la Société financière la Nef permettent de soutenir la création et le développement d’activités professionnelles et associatives à des fins d’utilité sociale,culturelle et environnementale. Par exemple dans le Vaucluse : financement d'une association d'aide à la personne, d’un boulanger bio, d’une éleveuse de volailles bio,et d'une micro Crèche. Mais aussi de la construction de l'école Montessori d'Avignon, de l'installation d'agriculteurs bio et d'un magasin de producteurs agricoles. Des choix de financement de l’ économie réelle, celle qui construit la société de demain.

 

Depuis près de 30 ans, la Société financière de la Nef est le seul établissement financier engagé dans la gestion responsable et transparente de l’épargne citoyenne en France, en publiant la liste des projets financés chaque année :  https://www.lanef.com/la-nef/publications/

 

 

EPARGNER A LA NEF :

Faire ce choix c'est :

  • exiger une gestion transparente et responsable des ressources financières ; 
  • exercer sa propre responsabilité sur son argent et sur le monde ; 

Donner du sens à son argent

L’argent du capital

En tant qu’épargnant, il est possible de donner du sens à son argent en l’orientant vers des domaines d’utilisation cohérents avec ses propres valeurs. La Nef propose des comptes d’épargne qui permettent de choisir les domaines d’affectation prioritaire : insertion et logement social, écologie, agriculture bio et énergies renouvelables, pédagogie, activités culturelles, etc. 

 L’argent de l’intérêt

Les comptes d’épargne de la Nef sont rémunérés ; aussi est-il possible d’orienter l’intérêt perçu sur son capital vers d’autres activités. La Nef propose à chaque épargnant de faire don de tout ou partie de ses intérêts à une association partenaire et ainsi de soutenir des actions particulières en faveur de la personne et de l‘environnement, en France ou dans les pays du Sud. 

 https://www.lanef.com/la-nef/partenaires/

 

 EMPRUNTER A LA NEF :

Participer à la construction d’une économie responsable

La Nef n’est pas un organisme de crédit classique. Son action s’inspire d’une vision résolument humaniste : elle place l’attention pour la personne humaine au centre des systèmes économiques et financiers et se situe dans une perspective de transformation sociale vers une économie fraternelle. 

 

Le CREDIT qu’elle accorde aux demandeurs s'appuie avant tout sur la CONFIANCE entre le ou les porteur(s) du projet et la personne chargée de représenter la Nef. 

 

Cette confiance résulte de la RENCONTRE entre la Nef et le porteur de projet qui permet d’apprécier la nature du projet, d’évaluer sa viabilité, et de percevoir les motivations des entrepreneurs sur la base de critères qui prennent en compte : 

  • l’impact du projet sur l’environnement et la société ;  
  • la nature des relations aux autres dans sa mise en oeuvre ;  
  • l’éthique du ou des entrepreneur(s) eux-mêmes. 

 La Nef veille à écarter de son champ d’action tout projet qui porterait atteinte à la dignité humaine ou nuirait gravement à la qualité et à la durabilité de l’environnement.

 

 

VIE COOPÉRATIVE :

La banque coopérative met en œuvre un fonctionnement favorisant la démocratie participative à tous les niveaux. Par exemple tout sociétaire a la possibilité de devenir sociétaire actif, engagé individuellement ou au sein d’un groupe local. Par sa présence sur le terrain et son écoute, le Sociétaire Actif fait vivre les valeurs d’humanité, de fraternité, de solidarité, et de transparence, véhiculées par la Nef, et participe activement au développement et à la démocratie de la coopérative en fonction de ses aspirations, de ses disponibilités et de ses compétences et joue un rôle dans la gouvernance de la Nef.

Pour nous contacter consulter le site  :http://www.lanef.com/

 

 

MAIS LA NEF C’EST AUSSI : 

Pour ceux qui ont un projet à plus-value écologique, sociale ou culturelle.

Pour ceux qui souhaitent contribuer à ces projets et les faire grandir.

Zeste : la plate forme de finance participative de la Nef sous forme de dons: https://www.zeste.coop/

Prêt de chez moi : plate forme de finance participative de la Nef sous forme de prêts :

https://www.pretdechezmoi.coop/

 

 

 

Lecteurs de cette infolettre en fonction de vos réactions de temps à autre un article sur l'actualité de la Nef pourra être publié.

 

D'autre part le groupe local des sociétaires de la Nef organise chaque 4° mardis du mois une réunion d'information sur la Nef.

rendez-vous à 19h au restaurant "Chez Françoise", 6 avenue du Général Leclerc à Avignon (face au conservatoire de musique) 

Le Pouvoir de l'Argent contre la Démocratie

La politique française est une agonie qui n'en finit pas, nous ne pouvons que souhaiter qu'elle se ré-invente.
Laurent Mauduit, journaliste à Médiapart nous explique les mécanismes qui ont amenés : Le pouvoir de l'argent contre la démocratie

{vembed M=./images/videos/pouvoir-argent-democratie.mp4}
 

Quand les actionnaires accaparent 60% des bénéfices des entreprises

L’équivalent de 60% de leurs bénéfices : c’est ce qu’ont versé à leurs actionnaires les 47 grandes entreprises françaises cotées en bourse que nous avons étudiées. Alors même que les suppressions de postes se multiplient et que l’investissement est en berne, plusieurs grands groupes hexagonaux continuent de redistribuer une proportion considérable de leurs profits aux actionnaires – y compris lorsque ces profits sont faibles voire inexistants. Notre enquête sur ce « coût du capital » révèle également que l’Etat est un actionnaire aussi gourmand que les autres.

Paradis fiscaux : les banques françaises enfin contraintes à la transparence

La réforme bancaire est toujours en discussion au Parlement. Et – surprise ! – elle pourrait contenir au moins une véritable avancée : l’obligation pour les banques de publier toutes leurs données concernant leurs activités dans les paradis fiscaux. De quoi faciliter la lutte contre l’évasion fiscale et les dissuader de trop recourir à d’obscures opérations financières, au risque de ruiner totalement leur réputation.

Les Experts

Attention aux faux « experts » en économie !

 Le matin à la radio ou le soir à la télé, on retrouve toujours la même petite bande de « spécialistes » en économie. Qui sont ces éternels invités qui nous expliquent la finance « en toute indépendance » ?

Olivier Pastré, Jean Hervé Lorenzi, Christian de Boissieu, Patrick Artus, Christian Saint-Etienne, Elie Cohen, Daniel Cohen, Jacques Delpla, Jean Paul Betbèze, Laurence Boone, Anton Brender,

Présentés comme « universitaires » ils se gardent bien de parler de leurs sièges à la Direction ou aux Conseils d’administration de banques et autres institutions financières.

Lire la suite : Les Experts

Le sénateur Milon répond sur le MES

La coordination des comités Attac de Vaucluse interpellait les Sénateurs Vauclusiens sur leur position de vote vis à vis du Mécanisme Européen de Stabilité.

 

Le Sénateur Alain Milon, qui a voté pour le 28 février, répond (réponse complète en pièce jointe)...

"L'objectif est de rétablir la confiance et la stabilité financière en Europe [...]

Ce traité [le TSCG] renforce l'intégration économique et budgétaire au travers d'une discipline accrue, mais aussi grâce à une convergence des compétitivités pour des objectifs de croissance partagés et d'emploi. [...]

Le mécanisme européen de stabilité n'affecte pas les conditions essentielles de l'exercice de la souveraineté de la France. Il n'y a pas de transfert de compétences, ni aucune limite à la souveraineté des Etats. [...]

Notre choix est responsable et nous sommes fiers de permettre à notre pays d’être un des premiers pays en Europe à ratifier ces textes majeurs pour notre avenir".

 

Monsieur Milon n'a pas bien lu les textes...

L'histoire, sans doute très proche, jugera de la responsabilité du choix !

 

La coordination des Attac de Vaucluse appelle les citoyen(ne)s à exiger


Création monétaire et décisions arrêtées lors du sommet européen des 8-9/12/ 2011

 

{include_content_item 113}

Questions d'Attac aux candidat(e)s à l'élection présidentielle

La crise financière amène aujourd'hui l'Europe et le monde au bord du gouffre. Après l'explosion des dettes publiques dues au sauvetage de l'industrie financière et à la récession de 2009, les États ont été pris en otage par les marchés qui exigent des réductions drastiques des budgets sociaux. Il n'y a eu aucune tentative sérieuse du G20 ni de l' européenne pour désarmer la finance.

We use cookies on our website. Some of them are essential for the operation of the site, while others help us to improve this site and the user experience (tracking cookies). You can decide for yourself whether you want to allow cookies or not. Please note that if you reject them, you may not be able to use all the functionalities of the site.

Ok