Attac Vendée

Le collectif "non à l’usine à cochons de Poiroux" dénonce la prochaine mise en route de la porcherie industrielle

vendredi 19 février 2016 par Stéphane Thobie

Aujourd’hui, 19 février se déroule sur le site de la porcherie industrielle de Poiroux une" journée porte ouverte" où l’ensemble des partenaires qui ont participé à la construction de cette usine sont invités par les associés de la SCEA le Village du Bois. Il est constaté sur place une forte présence de la gendarmerie ; les organisateurs se méfieraient-ils des opposants, toujours plus nombreux, à ce projet ? Le collectif "non à l’usine à cochons de Poiroux" rappelle que près de 10 000 personnes ont signé la pétition contre cette porcherie aux 23.000 porcelets/an. Parmi les signataires, certains élus locaux comme le Maire des Sables d’Olonne ont exprimé leur crainte pour l’état de l’eau du littoral, notamment avec le développement inéluctable des algues vertes. A l’origine de l’invitation à cette porte ouverte, on retrouve la société "Porc-armor" qui possède 40% du capital de la SCEA le village du Bois. Porc-armor est en fait une filiale de la société "Sanders", elle-même filiale du groupe..."Sofiprotéol-Avril" dont le PDG n’est autre que Xavier Belin actuel président de la FNSEA. Cette porcherie n’est donc pas un projet agricole local et familial, contrairement au discours de ses instigateurs, mais un projet industriel et financier qui aura pour conséquence de détruire les élevages traditionnels déjà en place. Ce projet met également en péril les activités touristiques et ostréicoles de ce département. Par ailleurs, cette usine s’apprête à être mise en service alors même que les recours, devant le tribunal administratif par plusieurs associations et des riverains membres du collectif "non à l’usine à cochons du Poiroux", n’ont pas été encore rendus, comme si les protagonistes savaient qu’ils n’ont rien à craindre, quelle que soit la décision des juges. Le collectif a également recensé, depuis plusieurs mois, un nombre important de création ou extension de porcheries d’engraissement de porcelets équivalent à la production de 40 000 porcs adultes/an supplémentaires en Vendée (un porc pollue comme 3 humains !). Ces projets, en augmentant les rejets épandus sur les sols, vont continuer à dégrader la qualité de l’eau (cf rapport du SAGE), déjà dans un état médiocre à mauvais en Vendée, ainsi que la qualité des eaux de baignade

Cependant, le collectif ne désarme pas et proposera une série d’actions dans les semaines à venir.

Le collectif "non à l’usine à cochons de Poiroux"


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 18117

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site communiqué de presse   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License