ATTAC 91

La dette

dimanche 29 mars 2015 par Comité Centre Essonne

La dette n°1
Le but des gouvernants était de modifier la répartition des richesses produites pour que les salariés, les retraités, la Fonction Publique, les Services Publics en aient moins et que les actionnaires en aient plus. Comment faire ?
Si un gouvernement, fût-il socialaud, annonce qu’il va baisser les retraites pour que les entreprises puissent augmenter les dividendes, il va mettre tout le monde dans la rue. Il fallait faire autrement.
Comme le crédit avait été privatisé dans un épisode précédent, (l’État ne peut emprunter que sur les marchés financiers), il suffisait de procéder en 2 temps :

  1. L’État baisse les impôts des plus riches (bouclier fiscal) et exonère les entreprises de certaines cotisations sociales. Et pour que l’État et la Sécu puissent continuer à fonctionner comme si de rien n’était, on emprunte sur les marchés financiers, on creuse le trou de la dette avec entrain et délectation.
  2. Puis on sonne le tocsin. On fait donner de la voix aux chiens de garde des journaux, radios et télés : "La dette va atteindre 100% du PIB ! C’est insupportable, inadmissible ! Et que finance cette dette ? La Sécu, la Fonction Publique, bientôt les retraites ! La France n’a plus les moyens de son modèle social ! Il faut purger la Fonction Publique, dérembourser, il faut geler les retraites, les désindexer ! Sinon, ce sera comme en Grèce !" Et on fait un pacte de compétitivité, de responsabilité, d’encularité...

Et voilà comment la dette a servi de médiation pour que les salariés et les retraités aient moins et pour que les actionnaires aient plus, sans mettre personne dans la rue...

Que faire ? Revenir aux fondamentaux de la création de l’État social en 1945, refoutre les patrons en prison pour collaboration et réfléchir...

La dette n°2
Comme nous l’avons vu à l’épisode précédent, les gouvernements ont baissé les impôts des plus riches et baissé les cotisations sociales payées par les entreprise. Dans le même temps, ils ont laissé faire l’évasion fiscale généralisée.
Résultat, il y a des masses colossales d’argent disponible. Qu’en faire ? Spéculer, oui mais c’est un peu risqué. L’idéal serait de trouver des emprunteurs solides et toujours solvables. Les États ! Il suffisait d’organiser le creusement des dettes, ce qui fut fait.
C’est rigolo que l’État soit obligé d’emprunter l’argent dont il vient de faire cadeau à ceux-là mêmes à qui il a fait le cadeau !
La dette sert donc aussi à trouver un débouché aux fortunes à sécuriser...

Que faire ? Prendre le pouvoir, même par les élections. Et répudier la dette illégitime comme l’ont déjà fait l’Équateur, l’Argentine et, pourquoi pas, la Grèce de Syriza !


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 79 / 1120259

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ATTAC Centre Essonne  Suivre la vie du site Histoires courtes   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License