ATTAC 91

La loi Macron expliquée par Gérard Filoche

Maison des syndicats d’Évry le 20 mars 2015
samedi 18 avril 2015 par Comité Centre Essonne

Gérard Filoche est en retard à cause de problèmes de circulation. En attendant, et comme une magnifique illustration de ce que pourrait être l’avenir selon Macron, des salariées de Appel24 viennent témoigner de leurs conditions de travail et de leur lutte. Appel24 est une société de télésecrétariat médical d’Évry dirigée par Monsieur Alain Karadjian. Les salaires sont minimum, l’argent de la formation est détourné, les droits sont bafoués, le harcèlement est patent. Les salariées, elles sont une dizaine, très dignes, expliquent leur combat. Elles sont en grève et réclament des augmentations de salaire et de la considération. Elles ont reçu le soutien de la CGT, elles sont encouragées par la salle et une collecte s’organise spontanément.

Gérard Filoche plante le décor tout de suite : la loi Macron, c’est l’émanation du droit anglo-américain, c’est la loi d’un banquier d’affaires qui a déjà fait fortune et qui a une vision sociale tout à fait méprisable puisqu’il veut plus de milliardaires alors que tout le monde sait que les énormes fortunes ne se bâtissent que sur la misère et le malheur des populations. La théorie du ruissellement économique (la fortune des riches qui enrichit aussi les pauvres), ce n’est que de la propagande, la réalité c’est celle du pompage (la misère du pauvre qui enrichit le riche)...
La loi Macron est composée de 106 articles. Les médias n’ont retenu que l’article sur le travail le dimanche mais c’est le nez rouge, en réalité il y a bien cet article mais avec 105 autres, tous aussi pervers les uns que les autres.
En piochant au hasard dans cette loi, on trouve un projet de privatisation du don du sang, le rétablissement du secret des affaires (pour que les futurs Cahuzac soient mieux camouflés), la protection du patrimoine des patrons qui font faillite, le droit pour les hôpitaux de spéculer à l’étranger... Il n’y a rien sur les retraites chapeau que les actionnaires donnent aux dirigeants qui les servent. Et le travail de nuit va s’appeler le travail en soirée.
La loi sur le repos hebdomadaire du dimanche a été votée en 1906 à l’unanimité, ce temps de repos commun donne un rythme à la société, permet de mieux vivre ensemble. L’attaquer n’a aucun sens économique, c’est un combat purement idéologique, pour casser du lien social. Quant aux avantages que pourraient en retirer les salariés, comme les augmentations, ou les protections, comme le principe du volontariat, c’est du pipeau, de la propagande.
Le plus grave est sans doute la modification de l’article 2064 du Code civil qui stipule qu’aucun contrat de gré à gré ne peut se substituer au contrat de travail régi par le Code du travail. La relation patron-salarié n’est pas égalitaire, c’est une relation de subordination (le patron commande et le salarié exécute) et le Code du travail est là, justement, pour compenser cette inégalité consubstantielle à la relation. L’abrogation de l’article 2064 permettra de se passer du Droit du travail, de transformer tous les salariés en auto-entrepreneurs, d’exhausser le rêve du MEDEF : instituer la soumission librement consentie, instituer la précarité comme horizon indépassable...
Le Code du travail, c’est l’indice d’évolution d’une société. Il est attaqué de façon organisée. Bayrou a fait un numéro à la télé en présentant le bouquin comme énorme par rapport à son équivalent suisse et prétendant que c’est cette masse de pages qui empêche l’économie française de redémarrer. Mensonges d’un ignare. D’abord il n’y a pas Code du travail suisse. Ensuite le Code français a 675 pages de lois et 3300 pages de commentaires (c’est Sagan annotée par Proust ose Filoche). Aux prud’hommes, il n’y a que 10 articles du Code qui servent, le Code est parfaitement opératoire.
La loi Macron, c’est l’étouffement programmé des Prud’hommes dont les décisions devront être justifiées et le nombre de conseillers réduit de moitié. C’est aussi la promotion des tribunaux arbitraux, la justice privée qui a donné 400 millions à Tapie. C’est le recul du droit des handicapés. C’est la promotion de l’épargne salariale qui intéresse tant les patrons. C’est la suppression du contrôle de licenciement, le salarié pourra gagner devant la Justice mais ne sera ni réintégré, ni indemnisé. Et les groupes ne seront plus responsables de leurs filiales...
Il y a aussi le travail des enfants. La loi Macron aggrave le démantèlement des protections de l’enfant au travail, notamment tout ce qui concerne la sécurité, pour que les patrons rechignent moins à embaucher des apprentis.
En conclusion, la loi Macron n’a qu’un seul objectif, c’est de tout casser dans le domaine social. La meilleure façon de combattre cette loi, c’est de la bien connaître. Car dans cette loi, il n’y a rien de bon, tout est mauvais dans le Macron.

Voici l’enregistrement audio de la conférence avec le minutage.
Intervention de Gérard Filoche
00:00:00 Macron, émanation du droit anglo-saxon
00:30:00 Macron méprisable : il veut des milliardaires
00:01:20 Théorie du ruissellement et réalité du siphonnage
00:02:20 106 articles tous pervers
00:02:40 Travail du dimanche, c’est le nez rouge, il y a 105 autres articles
00:03:20 Privatisation du don du sang
00:04:30 Secret des affaires
00:05:00 Les hôpitaux pourront spéculer à l’étranger
00:06:10 Protection de la résidence principale des patrons qui font faillite
00:06:30 Travail le dimanche
00:10:30 Repos dimanche, loi de 1906 votée à l’unanimité
00:12:10 Travail de nuit (en soirée pour Macron)
00:13:55 Quel est le but ? C’est idéologique pour casser le social
00:15:30 Modif de l’article 20-64 du Code civil : la relation de travail ne relève pas du Code civil mais du Code du travail
00:18:00 Le Code du travail est la compensation à la subordination volontaire
00:20:30 Projet du MEDEF : soumission librement consentie
00:22:50 Attaque organisée contre le Code du travail
00:24:30 La connerie de Bayrou. Le Code du Travail = 675 pages de loi et 3300 pages de commentaires
00:25:50 Il y a 10 articles qui comptent aux Prud’hommes
00:26:15 C’est l’indice d’évolution d’une société
00:27:30 Étouffement des Prud’hommes
00:29:20 Médecine du travail, recul du droit des handicapés, pas de contrôle des retraites chapeau, épargne salariale
00:31:00 Plus de contrôle de licenciement
00:31:50 Travail des enfants, moins de contraintes pour la sécurité
00:33:30 Un seul objectif, tout casser dans le social, c’est une loi où tout est mauvais !

Gérard Filoche aurait encore pu nous éclairer longuement sur cette loi Macron qu’il connaît parfaitement. Mais la journaliste qui dirigeait le débat a préféré limiter son intervention pour que les responsables syndicaux locaux puissent dire des choses. Il y a eu une grande frustration, d’autant qu’à la Maison des Syndicats, il n’y a pas de contraintes horaires drastiques... Dommage.

Intervention de la salle 1
Intervention de la salle 2


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 536 / 1112762

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ATTAC Centre Essonne  Suivre la vie du site Réunions publiques   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License