CMM - Citoyen du Monde à Montrouge N°92 - Janvier 2012 - « Les marchés » contre la démocratie

, par  Jean-Paul Allétru

Un nouvel absolutisme s’installe. Il a un nom : « gouvernance ». Comme l’écrit Isabelle Stengers, la gouvernance « … traduit bien la destruction de ce qui impliquerait une responsabilité collective quant à l’avenir, c’est-à-dire la politique. Avec la gouvernance, il ne s’agit plus de politique, mais de gestion et d’abord de gestion d’une population qui ne doit pas se mêler de ce qui la regarde ».

Ce nouvel absolutisme est né d’un long processus de développement du capitalisme total. L’Etat est l’ennemi à abattre. Pour Milton Friedman, gourou de l’ultralibéralisme, « l’Etat a pour unique fonction de protéger nos libertés contre ses ennemis extérieurs et contre nos concitoyens eux-mêmes : il fait régner la loi et l’ordre, il fait respecter les contrats privés, il favorise la concurrence ». Ainsi, dans l’Etat de Friedmann, le concitoyen peut être l’ennemi au même titre qu’un éventuel agresseur. Cela vise en plus des délinquants les concitoyens qui auraient la mauvaise idée de remettre le système en cause. Et l’Etat friedmanien protège la concurrence. Autrement dit, il accepte l’interventionnisme étatique pour peu qu’il soit la police des grandes entreprises privées. Par contre, toute autre intervention étatique consisterait en une intolérable ingérence au sein des marchés. Selon Naomi Klein (« La stratégie du choc »), l’Etat ...

...la suite à lire en ouvrant la pièce jointe...

CMM N°92 - Janvier 2012 - PDF
CMM N°92 - Janvier 2012 - WORD