Rapports ROULLIER - MORELON

lundi 16 avril 2001
par  attac92
popularité : 6%

Exposé

Les missions et rapports ROULLIER ET MORELON continuité

Les rapports ROULLIER et MORELON sont indissociables pour la bonne raison que la mission MORELON a été crée "pour approfondir les différentes hypothèses et propositions (du) rapport ROULLIER" (Lettre de mission de Paul QUILES - septembre 1991).

En conséquence, pour développer le projet d’aménagement du site de Billancourt nous allons plus particulièrement nous intéresser aux travaux delà mission MORELON.

A/ Apport primordial du rapport ROULLIER

Mais auparavant il faut rappeler l’apport primordial du rapport de Jean Eudes Roullier "Réflexion pour l’opération d’urbanisme du site de Billancourt" accompagné de deux études :
- celle réalisée par l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme de l’Ile de France (IAURIF- organisme que nous retrouverons souvent dans l’étude de ce dossier) portant sur "la mutation du site de Billancourt - Contexte et enjeux du projet" ;
- l’autre, étude paysagère d’Alexandre CHEMETOFF, "le méandre de l’île Seguin -16 question pour l’aménagement d’une boucle de la Seine entre le pont du Garigliano et le Pont de Sèvres".

Cette réflexion a eu le triple mérite :
- de ne pas se limiter au devenir des seuls terrains Renault,
- de faire redécouvrir un site exceptionnel (la rencontre de la Seine avec les collines, les terrasses de Bellevue et Sèvres, les îles Seguin, Saint-Germain, mais aussi l’Ile Monsieur au pied du parc de Saint-Cloud, actuellement triste dépôt SNCF pour Renault) et de formuler des propositions pour sa reconqu’te ;
- de proposer une vision d’ensemble et une approche novatrice pour l’aménagement non seulement des terrains Renault mais aussi de terrains contigus en particulier au Bas Meudon. Le "noyau dur" de l’opération couvrant environ 65 ha, surface comparable à celle de la Défense.

Nous n’entrerons pas dans les détails du rapport. Mais il faut savoir que la majorité des propositions majeures que nous trouverons développées dans le rapport MORELON ont été à l’origine formulées dans le rapport ROULLIER. Ainsi, la Cité Scientifique Internationale, la mixité sociale et urbaine, l’île Seguin sans voitures, le transport hectométrique Boulogne/Ile Seguin/Meudon, la base nautique sur le petit bras de Seine, toutes propositions que nous retrouverons au cúur du projet dans l’étude MORELON.

B/ Cadre, modalités d’exécution des missions, démarche suivie.

Le cadre : Ce sont des missions d’études commandées et financées par l’Etat (gouvernement Rocard et Cresson).

Les modalités d’exécution :
- à partir d’une lettre de mission fixant les objectifs
- mise à dispositions des moyens nécessaires
- large autonomie par rapport aux pouvoirs en place

La démarche suivie :
- large consultation (y/c élus, associations mais pas directement population, bien que suggéré par ROULLIER),
- études documentées

C/ Mission et rapport MORELON

1) Les objectifs

Lettre de mission de Michel ROCARD (janvier 1990) : Assurer pour les terrains libérés "une maîtrise foncière" de manière "à éviter tout risque de spéculation", mettre en úuvre à cette occasion une réalisation exemplaire répondant aux objectifs de rééquilibrage dans l’aménagement de la Région Ile-de-France, à la priorité accordée au logement social et à la diversification des activités industrielles et technologiques", ceci en concertation avec les collectivités locales concernées.

Lettre de mission de Paul QUILES (septembre 1991) : Une opération de "caractère exemplaire", la "spécificité et la qualité du site, sa place dans l’agglomération (Parisienne), l’importance du poids symbolique de ce haut lieu industriel, constitu(ant) des atouts pour réaliser un projet innovant qui allie qualité de la vie quotidienne et équipements de haut niveau." .

Dans la continuité du rapport ROULLIER, le rapport MORELON propose une grande ambition fondée sur des enjeux majeurs :

* rendre sa beauté et son unité a un site exceptionnel situé aux portes de Paris ;

* le site de Billancourt, l’Ile Seguin ont une grande valeur symbolique dans la mémoire collective, ceci appelle une vocation forte d’intér’t public ;

* sur un site d’une telle ampleur (65 ha) éviter la juxtaposition de parcs tertiaires (bureaux) et de lotissements résidentiels suivant la logique du marché, en créant un quartier vivant par sa mixité sociale et urbaine :
- mixité sociale par la création de logements accessibles à tous mais aussi d’emplois diversifiés ;
- mixité urbaine, quartier équilibré entre habitat, emploi et équipements collectifs, mixant les fonctions ;

* aménager le petit bras de Seine (côté rive gauche) en un pôle de loisirs de rayonnement régional (activités nautiques, sportives et ludiques ; activités diurnes et nocturnes bénéficiant du charme des rives et des coteaux à quelques minutes de Paris : guinguettes, restaurants, piscines, ...).

2) Les études

Pour proposer un projet cohérent à partir des propositions du rapport ROULLIER et en apprécier la faisabilité, un important programme d’étude, financé par l’Etat, a été réalisé de septembre 1991 à octobre 1993.

En plus d’une équipe permanente de 13 personnes composée d’architectes urbanistes, d’économistes, de financiers, de techniciens, y ont participé directement les services de l’Etat/Ministères et les services publics territorialement compétents (DREIF, DDE, Architecte des B‚timents de France, Syndicat des Transports Parisiens, SNCF, RATP, Port Autonome de Paris, Service de Navigation de la Seine,...) ainsi que dans une première phase les services techniques des communes et de Renault.

La Mission a également fait appel à de nombreux intervenants extérieurs, bureaux d’étude et consultants, pour des missions déterminées (par exemple le paysagiste Alexandre CHEMETOFF et l’architecte Renzo PIANO). Un collège d’experts de haut niveau, présidé par Jean Eudes ROULLIER a accompagné et enrichi le travail de la Mission.

Tout au long de l’étude la Mission est restée ouverte à des contacts avec les associations et les élus.

Ce rapport se présente sous la forme de plusieurs documents :
- l’un donnant une vue d’ensemble sur les études et analyses
- les autres présentant les propositions, dont une synthèse, et six cahiers développant les thèmes principaux.

Ceci n’étant d’ailleurs que le "sommet de l’iceberg" l’ensemble des études restant consultable au Centre de Documentation de l’Urbanisme à l’Arche de la Défense

3) Les propositions

Développant les objectifs précités elles portent sur :

3-1/ La vocation possible du site, l’élément fédérateur et dynamique du projet : La Cité Scientifique Internationale.

C’est-à-dire un ensemble comprenant :

* Un pôle international d’accueil et d’hébergement pour chercheurs, stagiaires et étudiants de haut niveau,

* Des équipements tournés vers l’information, les échanges et l’animation scientifique et culturelle,

* Un pôle de formation supérieure en direction des entreprises.

A lui seul le pôle d’accueil et d’hébergement, suivant les besoins recensés, pourrait représenter plus de 4000 logements spécifiques allant de la chambre d’étudiant type Cité Universitaire à la suite dans un parahôtelier 4 étoiles.

L’ensemble des activités de la Cité Scientifique internationale est susceptible de générer :
- des emplois propres à ces activités, emplois diversifiés allant du personnel d’hôtellerie au bibliothécaire et formateurs de haut niveau (environ 1000 emplois).
- des activités connexes dans le domaine commercial et des services (restauration, blanchisserie, librairie,...) mais aussi ludique (diurne et nocturne), culturel et sportif, en liaison notamment avec la mise en valeur du petit bras de Seine (base nautique, guinguettes,...) et plus largement le développement touristique des communes voisines (Meudon, Sèvres,...) favorisé par une possible ouverture estivale aux touristes des capacités d’hébergement du pôle d’accueil.
- un attrait, de par sa forte connotation technologique, pour des entreprises de provinces intéressées par un "pied-à-terre parisien", pour des PME/PMI úuvrant dans des "niches technologiques" pour lesquelles un immobilier intégrant toutes les fonctions, de la production ("propre") à la commercialisation, pourrait ’tre conÁu.

Et puisque l’on en est à l’emploi ceci n’excluant pas, bien entendu, un redéploiement des services de Renault que l’entreprise souhaiterait conserver sur place, l’arrivée d’un organisme de prestige international tel que l’OCDE, le développement d’entreprises de la communication dans la logique d’une tradition industrielle localement toujours vivante sur Boulogne-Billancourt et Issy-les-Moulineaux.

On peut seulement regretter qu’il ne soit pratiquement pas fait mention de maintenir le réseau d’entreprises et d’artisans existants (en particulier au Bas Meudon) qu’une dynamique d’implantation d’activité nouvelles trop systématique pourrait avoir tendance à éliminer.

3-2/ Le programme : La ville dans sa diversité.

Un programme c’est un contenu : logements, activités, équipements mais aussi une occupation du terrain en surfaces à construire, d’o_ quelques mots sur le périmètre de l’opération et sa constructibilité.

L’étude s’intéresse à un périmètre de 73 ha dont 64 ha sont considérés comme réellement constructibles. Il est proposé d’y construire ou conserver 1 100 000 m2 SHON (grossièrement 1 100 000 m2 de plancher) ce qui donne une densité moyenne de 1,8. Il s’agit de densité moyenne et non de COS, on reviendra là-dessus si vous le désirez. Disons pour le moment qu’il s’agit d’une densité du b‚ti assez forte en notant quelle n’est pas proposée égale sur tout le périmètre, et prévue par exemple plus forte à Boulogne rive droite qu’à Meudon.

Voyons comment se répartit le programme sur ces 1 100 000 m2SHON :
- Le coeur du programme, la Cité Scientifique Internationale en occupe un bon quart ;
- mais ce qui domine surtout c’est l’habitat, 420 000 m2 de logements classiques (auxquels il faut ajouter les 150000 m2 de logements du Pôle international d’accueil). Pour assurer la mixité sociale il est proposé de répartir ses 420000m2 (soit environ 4500 logements) en 1/3 social, 1/3 intermédiaire, 1/3 non aidés.
- les activités, 345000m2, auxquels il faut ajouter les activités propres à la Cité Scientifique Internationale, nous en avons déjà parlé,
- les équipements d’accompagnement, 80000m2SHON(+ 5000 pour CSI) : écoles (40000m2), commerces et services (30000m2),... pour les 13000 habitants attendus sur ces nouveaux quartiers.

Un tel programme riche en logements et emplois diversifiés peut se concevoir dans une mixité urbaine o_ habitat et activités se côtoient et se vivifient mutuellement sur l’ensemble du Val de Seine, l’Ile Seguin par son caractère emblématique accueillant les éléments les plus significatifs.

3-3/ Les déplacements : la desserte du site et l’insertion des infrastructures, Une attention particulière portée aux transports en commun et aux déplacements piétonniers.

Les principales propositions :

* Les transport en commun
- Tram Val de Seine (en cours, mais pas trapèze), déplacements des gares,
- Transport hectométrique semi continu (du métro M.Sembat au Bas Meudon en passant par l’Ile Seguin) ,
- Funiculaire (du Bas Meudon à la station SNCF Meudon Bellevue),
- Orbitale, rocade de métro automatique évoquée dans le SDRIF, mais concurrence avec Muse le projet cher à Monsieur PASQUA,

* Le réseau routier
- La VRGS (voie enterrée) avec en surface un boulevard urbain,
* La voie fluviale

* Les piétons et les deux roues (le Parc des Hauteurs),

* Le cas particulier de l’île Seguin (restrictions d’accès pour les voitures, reconstruction des ponts Renault).

3-4/ Le paysage : la renaissance du site (redécouvert grâce aux rapports ROULLIER /CHEMETOFF), la trame verte et bleue.

Cette rencontre entre la Seine et les premiers coteaux de l’ouest Parisien a créé un site exceptionnel reconnu par les hommes à travers l’histoire, d’o_ les ch‚teaux de Meudon, de Saint Cloud, de Bellevue au nom évocateur, célébré par les peintres, apprécié encore au temps des guinguettes. Puis à l’ère industrielle Renault est arrivé créant une autre histoire qui a aussi sa valeur, mais qui a occulté un temps la beauté du site. Le départ de Renault offre l’opportunité de sa renaissance.

La recomposition paysagère du méandre de la Seine, la mise en valeur de la trame verte et bleue est possible mais fragile, il faut une volonté. C’est le message lancé par les rapports ROULLIER et MORELON. Il a eu des échos, nous le verrons m’me au niveau du Schéma directeur du Val de Seine, mais la partie n’est pas encore gagnée face aux appétits immobiliers.

C’est donc ;
- Tout d’abord le panorama des coteaux à dominante végétale à protéger et dans certains cas à reconquérir. C’est la proposition d’un Parc des Hauteurs de la colline Rodin jusqu’au parc de Saint Cloud, lieu de promenade émaillé de points de vues remarquables.
- C’est la Seine, ses berges, ses îles à reconquérir également ; l’île Monsieur prolongement naturel sur la Seine du Parc de Saint Cloud à qui il faut rendre sa nature d’île, c’est l’île Seguin qui certes ne sera plus jamais verdoyante mais qui ne doit plus ’tre un obstacle à la vue sur les collines depuis la rive droite.
- C’est aussi sur cette rive droite l’ouverture de Boulogne sur la Seine sur la vue des collines par la création d’espaces verts publics et l’ouverture des voiries vers la Seine.

Tout cela le rapport MORELON le signifie fortement.

(Nous en arrivons aux propositions dites d’)

3-5/ L’aménagement : (Je ne m’étendrais pas sur ce chapitre, il s’agit d’) une démarche vers un projet urbain, traduite dans un schéma d’objectif reprenant l’ensemble des propositions que je viens de vous décrire et proposant divers scénarios, ce qui peut ’tre un apport précieux pour une concertation ouverte ultérieure.

Voici à titre d’exemple l’un des scénarios proposés pour Meudon. (>projection)

3-6/ Le montage :

Tout d’abord l’économie du projet, l’approche financière.

En suite des propositions argumentées sur les instruments de la conduite de l’aménagement.

A ce sujet le rapport souligne que les aménagements à réaliser ont "une identité d’intér’t général, de "bien commun", dépassant les seuls intér’ts communaux, m’me cumulés", appelant "un partenariat global et durable entre toutes les collectivités publiques (des communes à l’Etat), au service d’une vision d’ensemble du réaménageaient, dans l’espace et dans le temps".

Enfin un calendrier, qui n’a pas été tenu puisqu’il prévoyait un ensemble de démarches à partir de fin 1993.

D/Conclusion

Je viens de vous dire bien des choses, et pourtant j’ai la certitude d’avoir été trop simplificateur, c’est vous dire l’ampleur de ce rapport.

C’est pourquoi je trouve regrettable que ce rapport ait été mis sous le boisseau pour des raisons d’opportunisme politique et d’égoÔsme communal.

Certes il peut ’tre discuté sur un certain nombre de points. Mais alors discutons en, qu’il soit mis sur la place publique et qu’un grand débat soit ouvert en partant de toutes les données disponibles et en suscitant des propositions alternatives.

Ce n’est pas ce que nous propose le schéma directeur du Val de Seine.


Agenda

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois